Droit du travail

Les accords peuvent obliger les entreprises du secteur afin fixer les salaires?

Nous avons commenté à cette occasion la décision de la Cour nationale 10 Septembre, à établir que, après la réforme du travail, accords sectoriels ne peuvent pas obliger les entreprises à fixer les salaires.

Indique le jugement que le décret-loi royal 3/2012 pas d'effet rétroactif, mais si elle déploie ses effets sur une norme inférieure hiérarchiquement.

Le principe de non-rétroactivité, pas obstacle à l'rétroactif appelé minimal (STS 27-06-00) parce que la nouvelle législation s'applique aux effets qui sont nés après effet. (STS 23-9-91).

Bien que le décret-loi royal 3-2012 pas d'effet rétroactif, ce qui n'exclut pas son application aux fins de la Convention depuis l'entrée en vigueur du règlement ayant le droit, même si elle avait été négocié avant cette date.

Dans le cas en question la Convention instituant la priorité des accords sectoriels de la Société à certaines questions. Ceci est contraire à la nouvelle formulation de l'article 84.2.a de ET, qui donne la priorité à l'accord de l'entreprise en ce qui concerne le montant du salaire et des allocations et de l'article 84.2.c ET, qui donne la préférence à la réglementation des affaires et le calendrier de distribution du temps de travail.

En conclusion, la Chambre sociale de la Cour nationale Annule plusieurs paragraphes de l'accord, spécifiquement, ceux qui sont considérés comme contraires à la nouvelle formulation de l'article 84.2 Partie A, avec effet au 12-2-2012.

====

25 La 24 WIll Fogasa?

Pays Fogasa 40% de compensation dans le cas où l'entreprise est sous 25 travailleurs.
Dans le cas qui nous, au moment de l'avis de licenciement, la société avait 25 Les travailleurs et le moment où le tir est efficace, eu 24 travailleurs. • Est-ce que le Fogasa?
Le jugement de la Cour suprême 2 Avril 2012, précise la portée de l'article 33.8 Statut des travailleurs (ET) qui établit la responsabilité de payer Fogasa 40% -huit jours par année de travail dans le libellé actuel- de l'indemnisation des licenciements objectives de moins de vingt sociétés travailleurs.
La date à prendre en considération pour calculer le nombre de travailleurs d'une entreprise nécessaire pour produire de l'obligation de paiement de l'indemnisation par le Fonds de garantie des salaires (Fogasa) de licenciement pour des raisons objectives, c'est qu'il a lieu l'extinction de la relation de travail et non dans celui communique avec le préavis de licenciement à l'employé.
Dans le cas présent, Fogasa nié que fournir « touchés par la maison de disques avait plus de 24 travailleurs à la date de la décision de mettre fin à ». Cependant, la Haute Cour de Justice (TSJ) Castille-et-León, compris que « l'événement donnant lieu à l'obligation de Fogasa pas communiquer la décision de mettre fin à, qui peut ou peut ne pas produire les effets escomptés par l'entreprise, mais la cessation effective de la relation de travail est ce qui génère des obligations d'indemnisation qui doivent participer à Fogasa ».
La Cour suprême confirme cette décision dans son appel à l'unification de la doctrine, rejet de la conclusion de l'arrêt de contraste, la Cour suprême de l'Andalousie, considérée comme la date d'envisager la cuisson de la communication.
Le jour qu'il convient de noter est le fait que le travail est rejetée.
Mais aussi, la Haute Cour a rejeté la date à prendre en considération peut être la communication, fondée sur cet article 33.8 ET a la responsabilité d'indemnisation pour « des travailleurs dont l'emploi a été éteint (…) Cela confirme que si la responsabilité se pose à la résiliation du contrat, la date de l'événement peut être rien d'autre que l'extinction de cette, jamais celui dans lequel vous communiquez l'avenir cessation ».
====

GHOST DE LICENCIEMENT??

abogado despido verbal

Si un travailleur dit qu'il a été tiré et la société nie verbalement ce?

Nous analysons le jugement de la Cour suprême 19 Décembre 2011.
En fait, l'hypothèse d'un travailleur dit qu'il a été congédié par la compagnie verbalement, continuer à venir travailler et poursuit l'entreprise pour licenciement. La société nie que le travailleur a été congédié.
Après la conciliation, le procès en première instance et l'appel, interpose un appel à l'unification de la doctrine de la Cour suprême.
Le thème sous-jacent est de déterminer qui a le fardeau de la preuve. La Cour suprême a conclu:

"Seconde.- L'appelant soutient que la décision viole l'article. 217 Le LEC ., en relation avec les arts. 54 et 55 Partie A ., établir le point de contradiction concernant la charge de la preuve sur l'existence ou non d'un licenciement verbal, contradiction à estimer car les peines atteignent simultanément des solutions de compteur par rapport à qui a le fardeau de prouver l'existence d'un licenciement qui prétend le demandeur d'avoir produit un verbale, sans donner d'autres circonstances prouver ce fait.
Et la bonne doctrine sur la question en discussion est le contraste de l'arrêt, c'est, c'est le demandeur doit prouver que le licenciement fait-verbal- établir l'effet juridique prévu ( art. 217.2 Lec .); sans qu'il puisse être soutenu sur une probation prétendue facilité le défendeur, car le travailleur peut bien aller à l'entrepreneur, l'écrit, accompagné par des témoins, la suite du rejet de cette demande pour avoir été, l'obligeant à admettre que cela fonctionne, tandis que pour l'employeur, non pas comme un abandon de l'objet de travailleur, un tel test serait négatif. »

Les considérations qui précèdent conduisent, comme indiqué par le Procureur, pour estimer une ressource.

Il donne à la société la raison. C'est le travailleur qui réclame et donc, qui doit avoir testé son licenciement.

====

ERE supprime pas UNE DEMANDE D'travail non rémunéré EXTINCTION DES SALAIRES

L'affaire traite de l'arrêt de la Cour du travail de Pampelune # 3 de 1 Mars 2012 est la suivante:
Un travailleur dépose une plainte pour mettre fin à la relation de travail par les valeurs par défaut de la Société en vertu des dispositions de l'article 50 Partie A.
Plus tard, la société présente un ERE à licencier des employés.
La Cour dans son arrêt dit:

"Le retard dans le paiement des salaires si elle est ici, car il est réalisé d'une manière systématique, et avec un retard de plus de deux mois, et s'étendant sur une et demi, organisme d'arbitrage aux fins spécifiées dans Art.50 du Statut des travailleurs, ce qui détermine l'action résolutoire prévue et, à la fois, action du montant de la réclamation pour les deux dû l'entreprise paie, et sans laquelle il n'y a aucune preuve du paiement du mensuel Janvier, laissant ainsi de côté ce qui est le but de cette procédure, sans préjudice de tout droit dans une autre procédure pour les demandeurs.
À la conclusion obtenue ne peut être maintenue ou invoquer le fait que le défendeur a maintenant mettre un disque de caractère d'extinction de régulation de l'emploi depuis cet enregistrement a été déposée à la même date à laquelle a eu lieu l'acte de jugement, et même pas encore été résolu par l'autorité du travail, ne pas être dans tous les cas, provoque l'estimation de l'action juridictionnelle enerve exercé avant l'application d'un ajustement de la force de la part de l'accusé. En fin de compte, conformément à la justification, nous pouvons seulement estimer la demande, déclarer la cessation du contrat de travail qui lie l'entreprise aux plaignants, et de condamner la défenderesse à payer la compensation légale en vertu de l'art. 50.2 Statut des travailleurs, en fin de compte, se réfère à une indemnité pour licenciement abusif ".

Quant à la question de ce que devrait être le montant de l'indemnité, en tenant compte de l'entrée en vigueur du décret-loi royal 3/2012, (car si l' 45 Al de la journée 33) spécification s'applique «au prorata par périodes de douze mois moins d'un an", c'est à dire à la question de la façon de procéder avec les jours qui ne parviennent pas à remplir la totalité du mois, appliquer aux deux sections ou seulement l'un d'eux et dans ce cas ce que.
Le juge a expliqué qu'il existe deux formules de calcul:
1. "Comprenez que s'applique la répartition par mois des restes des deux parties de la période calculable, l'année précédente et à la suite de l'entrée en vigueur "
2. "Comprenez que s'applique la répartition par mois des vestiges de la période d'un calculable, spécifiquement ce serait après l'entrée en vigueur et appliquer une règle de pure arithmétique pour la période antérieure à l'entrée en vigueur "
Cette seconde formule est celle qui désigne le juge le plus approprié afin d'éviter les cas de double comptage des mois.
====

TRAVAILLEUR économiquement dépendant (COMMERCE) RELATION DE TRAVAIL? civile ou commerciale?

Pour clarifier la question, discuté de la décision de la Cour suprême, 4e chambre de la Social 24 Novembre 2011.

Le cas est le suivant: Un transporteur, revendiquer le statut de travailleur économiquement dépendant (COMMERCE) a déposé une plainte auprès du tribunal du travail, à des dommages-intérêts pour annulation par le client ne sera pas causer. Le jugement de la Cour a accueilli le moyen de la compétence contestée par le défendeur et déposés ensuite portée en appel par les deux parties, ont été licenciés. La question est de savoir si cette juridiction est compétente pour résoudre les problèmes découlant de la mise en œuvre des contrats appelés COMMERCE, quand il s'agit de contrats conclus avant l'entrée en vigueur de la Loi 20/2007 qui répondent aux exigences de la présente, être classés en tant que tels. La solution passe, précédemment, déterminer si ces contrats passés automatiquement régies par la loi 20/2007 , après son entrée en vigueur, ou si l'application de cette règle à leur nécessaire adaptation de ces contrats, il, en vertu de la deuxième disposition transitoire de la loi mentionnée dans le cadre du premier décret royal transitoire 197/2009, de 23 Février , la concurrence en raison de la décision du tribunal est déterminée par le temps, ces contrats deviennent COMMERCE, la date à laquelle sont dignes de ce score et passer régie par la loi 20/2007.

La Cour suprême a notamment dans ses critères de jugement:
" »Contrairement au cas de l'obligation de notification prévue à l'article. 12.2 ANNÉE , dans lesquelles « le travailleur autonome doit être indiqué dans le contrat état de dépendance économique du client qui embauche, ainsi que les variations qui se produisent sur ». Ce n'est plus une exigence formelle, mais elle est associée avec les connaissances nécessaires par l'employeur de l'un des budgets du contrat: la dépendance économique. Généralement que cette situation soit connue par les travailleurs indépendants, il est celui qui a les informations sur les clients de fournir des services et les gains sur les. Inversement, à l'insu de ce fait le client qui un contrat peut être supposant un contrat auto-emploi salarié alors qu'en fait, leur intention est d'établir un contrat civil ou commercial en commun avec ordinaire indépendants. Ainsi,, communication de la dépendance est une condition préalable à l'existence de l'accord sur l'établissement de relations contractuelles. "" ..... "L'application du régime juridique, cours, obligatoire lorsque les conditions nécessaires à cette. Mais la signature du contrat n'est pas. Un travailleur autonome et votre client devez connaître la nature du contrat qu'il a signé et le client doit savoir que vous êtes l'embauche d'un service qui doit être fourni dans une situation de dépendance économique. Par conséquent, le travailleur est tenu de signaler ce fait ou le fardeau de prouver, si, que le client connaissait l'embauche. Si sachant ce fait est embauché, régime juridique applicable, mais essayez d'être exclus par les parties ou par les termes de l'accord conclu. La loi vise à assurer que la connaissance de la clientèle sur les conditions dans lesquelles les contrats.

Eh bien, dans ce cas a été contracté avant l'entrée en vigueur de la loi, et aucune preuve qui, à tout moment après cette date prendra contact avec le client la dépendance économique du travailleur, il n'a pas été établi que la société connaissait cette circonstance. Ainsi,, le lien entre l'acteur et l'entreprise cliente ne pouvait être qualifié comme un lien dépendante auto-emploi lui-même et à ce stade il est indifférent que l'information n'a pas été réalisé dans la disposition transitoire LETA 2-3e de la formulation précédente 15/2009 -, ou après l'expiration de ce délai. »
"...."
"Dans ce cas, il est clair que pour le moment il ya une cessation n'a pas adapter le contrat, ou s'était passé à l'intérieur 18 mois pour l'adaptation; période a commencé à courir à partir de l'entrée en vigueur de l'arrêté royal 197/2009, la 5 Mars de cette année ".

Donc, ni était la date limite pour l'adaptation, ni avait communiqué à l'entreprise cliente de la dépendance. En conséquence, il n'y avait pas de contrat auto-emploi salarié et ne pouvait pas être l'ordre social compétent pour connaître de la demande présentée dans la présente procédure qui n'est pas dérivée de ce contrat, ou d'un régime professionnel applicable en vertu de la LETA. »

Si le contrat est signé après l'entrée en vigueur de la LETA, appliquer les règles prévues par le même. Mais dans ce cas, le contrat antérieur.

En guise de conclusion, initialement signé le contrat entre les parties était civile ou commerciale, si le nouvel, ou est devenu TRADE et, par conséquent,, la juridiction sociale n'était pas compétent pour résoudre les problèmes résultant de son licenciement, ne pas être applicable à l'art. 17 Agir 20/2007. Il a rejeté l'appel à l'unification de la doctrine.

====

Langue


Définir comme langue par défaut
Modifier la traduction


Abonnez-vous pour recevoir un fichier PDF livre


Juste pour vous inscrire recevoir par e-mail le lien pour télécharger le livre "Comment changer d'avocat" sous forme numérique.
Inscrivez-vous ici

Sígueme en Twitter




M'abonner

* Ce champs est obligatoire