Commentaires de l'STJUE 21 Janvier 2015, Rafael Juan Juan Sanjose

interes de demora

Une fois déclarée invalide par intérêt étant abusive pour retard de paiement, cette clause doit être expulsé du contrat et donc aucun intérêt, Ni juridique, ou de procédure, appliquer.

Nous publions ci-dessous le commentaire de l'arrêt de la Cour de justice de l'Union européenne par Rafael Juan Juan Sanjosé, Le juge suppléant de la Cour provinciale de Castellón.

 

_________________________

Commentaires de l'STJUE 21 Janvier 2015.
D.T 2ème loi 1/2013 - Intérêts de retard abusif

Rafael Juan Juan Sanjosé
Le juge suppléant de la Cour provinciale de Castellón

Index

1.- Conclusions de STJUE 21 Janvier 2015.-
2.- La D. T. 2Droit Th 1/2013 Il est pas contraire à la directive 93/13 / CEE.-
3.- Répondant aux questions posées par le juge espagnol.-
4.- Conclusión.-

 

 

1.- Conclusions de STJUE 21 Janvier 2015.-

Avant la fusion de résolutions concernant les conséquences à appliquer lors de la clause déclarée nulle par des intérêts de retard abusif et en tenant compte des décisions de la CJCE et les modifications législatives apportées dans la loi espagnole, la Cour de première instance et de l'Instruction n ° 2 de Marchena (Sevilla), déposée, par Auto 16 Août 2013 (1), une décision préliminaire sur cette question:

1. Si conformément à la directive 93/13 /CEE, de 5 Avril 1993, sur les clauses abusives dans les contrats de consommation, en particulier l'article 6.1 Directive, et de veiller à la protection des consommateurs et les utilisateurs en conformité avec les principes d'équivalence et d'efficacité, quand une juridiction nationale apprécie l'existence d'une clause abusive d'intérêts moratoires hypothécaire devrait procéder à déclarer la nullité de la clause et de son caractère non contraignant ou non procéder à modérer clause d'intérêt donnant le transfert interprète ou prêteur recalculer intérêt.

2. Si la deuxième disposition transitoire de la loi 1/2013 de 14 Mai, mais il ne comporte pas de limitation claire à la protection de l'intérêt des consommateurs, le tribunal impose implicitement l'obligation de faciliter une participation de clause de défaut engagés dans abusif, recalculer l'intérêt stipulé et le maintien de la validité d'une disposition qui avait un caractère abusif, au lieu de déclarer la nullité de la clause et le consommateur pas de lien vers.

3. Si la deuxième disposition transitoire de la loi 1/2013 de 14 Mai, contrevient à la directive 93/13 /CEE, de 5 Avril 1993, sur les clauses abusives dans les contrats de consommation, en particulier l'article 6.1 de cette directive, pour empêcher l'application des principes d'équivalence et d'efficacité dans le domaine de la protection des consommateurs et d'éviter l'application de la sanction de la nullité et aucun lien Clauses intérêt incursas retard abusif stipulé dans les prêts hypothécaires conclus avant l'entrée en vigueur de la loi 1/2013 de 14 Mai.

Ces problèmes sont résolus par la CJCE par des STJUE 21 Janvier 2015 (2), dans laquelle, analyse préliminaire de la législation espagnole et les différentes décisions de la Cour européenne elle-même conclut que:

Article 6, paragraphe 1, La directive 93/13 / CEE, de 5 Avril 1993, sur les clauses abusives dans les contrats de consommation, doit être interprété comme ne oppose à une disposition nationale selon laquelle l'audience du tribunal national une procédure de forclusion est lié à vous faire recalculer les montants dus en vertu de la clause d'un contrat de prêt , à condition que l'application de la disposition nationale:

* ne préjuge pas de l'évaluation par la juridiction nationale que le caractère abusif de la clause et

* ne l'empêche pas de la même congé de juge sans l'application de la clause en question dans le cas qui apprécie qu'il est «injuste» au sens de l'article 3, paragraphe 1, de cette directive.

Comme nous l'avons précisé le communiqué de presse n ° 9/15 (3), délivré par la Cour de justice de l'Union européenne le même jour 21 Janvier 2015, la Cour note que l'obligation de respecter le taux d'intérêt plafond pour retard de paiement dans aucun moyen empêche le juge de considérer une clause que ces intérêts se sont établis est abusive. En effet, La Cour souligne que la juridiction nationale peut évaluer le caractère éventuellement abusif d'une clause sur l'intérêt déterminé en conformité avec un taux inférieur à celui prévu par la loi espagnole. Ne pas être considéré comme un taux d'intérêt de retard inférieur à trois fois le taux d'intérêt légal est nécessairement équitable au sens de la directive. Par ailleurs, dans le cas où le taux d'intérêt pour retard de paiement stipulé dans une clause dépasse les dispositions de la législation espagnole et devrait être soumise à une limitation, cette circonstance ne l'empêche pas que, si la clause est abusive, la juridiction nationale peut en tirer toutes les conséquences prévues par la directive, procédure, si, d'annuler la clause.

Certes, la décision de la CJCE est quelque peu obscure et donne lieu à toutes sortes d'interprétations, comme cela a été, Nonobstant ce qui, et afin de clarifier la question, dans les paragraphes suivants, nous allons essayer de répondre à chacun des problèmes soulevés, et de donner notre interprétation de ce qui constitue réellement Jugement analysé.

2.- La D. T. 2Droit Th 1/2013 Il est pas contraire à la directive 93/13 / CEE.-

Comme nous l'avons vu ci-dessus, la Cour de justice détermine catégoriquement que la deuxième disposition transitoire de la loi 1/2013 Il est pas contraire à la directive 93/13 / CEE, mais il soutient que cela ne préjuge pas le juge de déclarer la clause en question abusif, y ello en base a que:

La deuxième disposition transitoire de la loi 1/2013 Il établit une limitation des intérêts de retard au titre des prêts ou des crédits pour l'achat de la résidence et garantis par des hypothèques sur les biens en question. Ainsi, il prévoit que la procédure d'exécution extrajudiciaire ou la vente initiées et pas achevées après l'entrée en vigueur de la loi qui est, la 15 Peut 2013-, et dans laquelle vous avez déjà réglé le montant en demandant que l'exécution extrajudiciaire ou la vente est distribué, ce montant doit être recalculé en utilisant intérêts de retard calculés à partir d'un taux ne dépassant pas trois fois le taux d'intérêt légal, lorsque le taux d'intérêt pour retard de paiement fixé dans le contrat de prêt hypothécaire en excès de celui-ci.(p.35)

Et continue à exposer, et celui-ci se trouve à la base de sa décision, qui que le gouvernement espagnol a souligné tant dans ses écritures et à l'audience, Comme l'avocat général aux points 38 et 39 ses conclusions, la portée de la deuxième disposition transitoire de la loi 1/2013 Il comprend tout contrat de prêt hypothécaire et, de cette façon, ne correspond pas à la directive 93/13, qui ne se réfère aux clauses abusives dans les contrats conclus entre un fournisseur et un consommateur. Il en résulte que l'obligation de respecter le taux d'intérêt plafond de retard équivalent à trois fois le taux d'intérêt légal, comme il a été imposée par le législateur, ne préjuge en rien de l'appréciation par le juge de l'iniquité d'une clause qui établit des intérêts de retard.(p.36)

A savoir, ce qui est la distinction la CJCE sont les cas où les parties au contrat en litige êtes un professionnel et un consommateur, dans lequel nous nous comprenons mutuellement entrent en jeu de la directive, reste, que l'autonomie, Compte tenu de l'égalité des armes entre les parties, vient complètement. Et si clair au point 38 lorsque la Cour européenne considère que quand une juridiction nationale saisie d'un litige entre le pensionnat privé seulement, Vous êtes tenu, d'appliquer les règles de droit national, de considérer toutes les règles du droit national et à interpréter, dans la mesure du possible,, à la lumière du texte et de la finalité de la directive applicable à cet égard de parvenir à une solution conforme à l'objectif poursuivi par celle-ci (Käsler phrase et Káslerné Rabai, UE:C:2014:282, paragraphe 64).

Ainsi conclure que, nous devons considérer que, dans la mesure où la deuxième disposition transitoire de la loi 1/2013 ne fait pas obstacle à la juridiction nationale peut, en présence d'une clause abusive, exercer ses pouvoirs et d'exclure l'application de cette clause, la Directiva 93/13 Il ne fait pas obstacle à l'application d'une telle disposition nationale. (p. 39)

Et cela implique en particulier, d'un côté, que lorsque la juridiction nationale doit examiner une clause d'un contrat relatif à des intérêts moratoires calculés à partir d'un taux inférieur à celui prévu par la deuxième disposition transitoire de la loi 1/2013, la fixation par la loi de ce plafond ne l'empêche pas cette juridiction pour évaluer l'injustice possible d'une telle clause dans le sens de l'article 3 Directive 93/13. Ainsi, pas être considéré comme un taux d'intérêt de retard inférieur à trois fois le taux d'intérêt légal est nécessairement équitable au sens de la directive.

Pour mieux comprendre les conclusions de la CJCE, partager la GOMEZ vue BALLUGUERA (4), en ce que des clauses négociées et il distinguer la clause imposées.

Alors, Balluguera soutient que la Cour de justice, au point 36, se fondant sur les conclusions 36 ff. Procureur général 16 Octobre 2014, Il exerce la différence entre les termes négociés individuellement et imposée, pour indiquer que puisque la règle a sauvé une zone qui respecte ou comprend une première, toutefois exclus du champ d'application de la directive 93/13 / CEE, el recálculo es aplicable a ellas, depuis pas venir au sein de la directive 93/13 / CEE, ceci ne peut pas servir de base pour empêcher une telle application.

Ainsi,, comprendre aussi que Balluguera Gomez, que seule directive est applicable aux obligations imposées et non pas ceux qui sont négociés individuellement qui sera mise en œuvre intégrale de la deuxième disposition transitoire de la loi 1/2013 combiné avec l'article 114 LH, ce qui suit, dans la pratique, DT 2ème sera relégué à des cas très spécifiques, reste inopérant dans la plupart des cas étudiés par les tribunaux.

3.- Répondant aux questions posées par le juge espagnol.-

Après avoir analysé la décision rendue par la Cour de justice en résulte que, malgré résoudre chacun des trois questions soulevées par la Cour de Marchena, Il fait de façon un peu déroutant, pour en finir avec une conclusion, si pas étudié en profondeur le sujet en question peut être trompeuse. Voilà pourquoi alors, et comme un résumé répondre, comme le fait la Cour européenne, chacune des questions, mais de telle sorte que nous pouvons comprendre, plus clairement, la solution aux problèmes soulevés par la juridiction nationale.

un) Tout d'abord, la Cour se demande si Marchena apprécié l'existence d'une clause abusive d'intérêts moratoires hypothécaire devrait procéder à déclarer la nullité de la clause et de son caractère non contraignant ou non procéder à modérer clause d'intérêt donnant le transfert interprète ou prêteur de recalculer intérêts.

* En réponse, la CJCE répondit catégoriquement déclarer nulle et ne doit pas être toute retenue ou l'intégration.

b) Par la suite, les questions de juridiction nationale si la deuxième disposition transitoire de la loi 1/2013 de 14 Mai, mais il ne comporte pas de limitation claire à la protection de l'intérêt des consommateurs, le tribunal impose implicitement l'obligation de faciliter une participation de clause de défaut engagés dans abusif, recalculer l'intérêt stipulé et le maintien de la validité d'une disposition qui avait un caractère abusif, au lieu de déclarer la nullité de la clause et le consommateur pas de lien vers.

* La Cour européenne a estimé que la 2ème DT est pas incompatible avec la directive 93/13 / CEE et depuis il, Comme nous avons discuté ci-dessus, Il peut être appliqué à des cas de conditions négociées individuellement. Maintenant, vous ne pouvez pas appliquer lorsque les dispositions sont imposées. Par conséquent laissé en vigueur la législation espagnole examiné.

c) Enfin des questions si la deuxième disposition transitoire de la loi 1/2013 de 14 Mai, contrevient à la directive 93/13 /CEE, de 5 Avril 1993, sur les clauses abusives dans les contrats de consommation, en particulier l'article 6.1 de cette directive, pour empêcher l'application des principes d'équivalence et d'efficacité dans le domaine de la protection des consommateurs et d'éviter l'application de la sanction de la nullité et aucun lien Clauses intérêt incursas retard abusif stipulé dans les prêts hypothécaires conclus avant l'entrée en vigueur de la loi 1/2013 de 14 Mai.

* La solution que la CJCE est que seule sera contraire quand il vient aux contrats entre professionnels et consommateurs, et limiter, comme nous l'avons déjà dit son effet pratique.

Il introduit également une Cour européenne de nuance, même si elle n'a pas été explicitement demandé par la juridiction nationale, sur la base des conclusions formulées, et il est même en dessous de la limite imposée par l'article 114 LH, selon les circonstances, la juridiction nationale traitant de la question, Vous pouvez déclarer la clause avec les connotations qui ont étudié au dessus de zéro.

4.- Conclusión.-

Comme corollaire de ce qui précède avant, si il est vrai que la Cour n'a pas déclaré contraire au droit communautaire disposition transitoire de la loi Deux 1/2013, oui qui a laissé peu vidée de sa substance, laissant sa performance limitée aux cas dans lesquels les clauses d'intérêt par défaut ont été négociés individuellement.

Cependant, et en ligne avec la déclaration faite par la Cour provinciale de Valence à la Journée de l'Unification des critères lieu le 30 Mai 2014, de certaines hypothèses, même si la clause est imposée, lui-même peut entrer en jeu DT 2nd Law 1/2013, et nous devons donc faire la distinction entre:

un) Événement que le juge comprenne, compte tenu des circonstances, que la clause est nulle pour abusive, si encore moins que les paramètres fixés par l'article 114 LH.

* Dans ce cas, il reste à son expulsion du contrat sans possibilité de recalculer sans DT appliquer la 2ème loi 1/2013.

b) Bien sûr que, malgré pas déclaré inéquitable, les intérêts sont au-dessus de la limite fixée par l'article. 114 LH, par exemple, en supuestos en que aplicando tres veces el interés legal sea un 12% el máximo, y el moratorio pactado fuera un 13-14% et il est entendu qu'il serait disproportionné, pero sí excedería del máximo previsto legalmente.

* Dans de tels cas, nous comprenons que le tribunal devrait procéder à un nouveau calcul selon DT 2nd Law 1/2013 combiné avec l'article 114 LH.

Et aussi sur les conséquences de la nullité de la clause d'intérêt par abusif, nous partageons le point de vue de ces tribunaux provinciaux et la doctrine, ils considèrent que, une fois cette nullité de la clause doit être expulsé du contrat et donc aucun intérêt, Ni juridique, ou de procédure, Il doit être appliqué et cela ne peut être remplacé que par une clause abusive une disposition supplémentaire de la loi nationale, cuando, como dice la STJUE de 30 Avril 2014, au détriment du consommateur assiste à une situation dans laquelle un contrat entre un professionnel et un consommateur ne peut pas exister après la suppression d'une clause abusive.

Ni les intérêts de procédure applicable à comprendre l'article 576 LEC et depuis il ne relève donc pas l'envoi de la voiture en marche entre les décisions ou résolutions condamnant expressément dit que la procédure concerne la fourniture, sin que nos encontremos en este caso ante el supuesto especial del artículo 816 la LEC, específicamente previsto para el juicio monitorio.

En fin de compte, nous comprenons que la banque de motu proprio, ne peut pas, lors du dépôt de la forclusion, les accueillir modérer l'intérêt convenu à celles établies à l'article 114 LH, ni, sauf dans les cas décrits ci-dessus, Cela peut être le juge, avoir à expulser tout simplement la clause de contrat, si elle considérée comme abusive et donc nulle, sans appliquer aucun intérêt.

Juan Juan Rafael Sanjose

Le juge suppléant de la Cour provinciale de Castellón.

__________________________________________

Notas:

(1) http://www.legaltoday.com/files/File/pdfs/PROV_2013_277058.pdf

(2)http://curia.europa.eu/juris/document/document.jsf?text =&docid = 161545&pageIndex = 0&doclang = FR&mode = LST&dir =&occ = premier&partie = 1&cid = 76246

(3) http://curia.europa.eu/jcms/upload/docs/application/pdf/2015-01/cp150009es.pdf

(4) BALLUGUERA GÓMEZ, C. "Si le retard est abusif INTÉRÊT ne peuvent pas être modérée ou recalculer – La différence entre l'engagement et la négociation du contrat sauve la vie de la disposition transitoire 2ème loi 1/2013 – Cour de justice 21 Janvier 2015 », http://www.notariosyregistradores.com/CONSUMO/BREVES/2015-interes-demora-abusivo.htm

________________________________________

Consultez votre cas maintenant

Laisser un commentaire

Langue


Définir comme langue par défaut
Modifier la traduction


Abonnez-vous pour recevoir un fichier PDF livre


Juste pour vous inscrire recevoir par e-mail le lien pour télécharger le livre "Comment changer d'avocat" sous forme numérique.
Inscrivez-vous ici

Sígueme en Twitter




M'abonner

* Ce champs est obligatoire