contrat de travail: Calatrava condamné dans le Suprême

Responsabilidad

 

La Cour suprême a confirmé la peine de Santiago Calatrava LLC à payer € 2.960.781 pour les différences résultant des travaux de contrat avec Jovellanos XXI.


En Août 2002, Santiago Calatrava LLC (ci-après SC) y Jovellanos XXI (ci-après JXXI) Ils sont entrés dans un contrat de collaboration por el que la primera prestaría determinados servicios de arquitectura e ingeniería, impliquant le développement d'un projet de construction de deux ensembles de logements à Oviedo.

Surgidas las diferencias entre ambas SC reclamó a Jovellanos XXI, 7.285.000 euros por los trabajos realizados. Frente a dicha petición JXXI formuló reconvención reclamando 25.825.376 d'euros, par déficiences constructives et contractuelles des travaux.

Le Tribunal de première instance n ° 10 Oviedo a rejeté la demande de SC et partiellement confirmé la JXXI reconventionnelle condamnant le premier à payer 3.272.659 d'euros.

SC fait appel et la Audiencia Provincial de Oviedo estimó su demanda, JXXI condamnant le paiement de 7.285.000 € et en même temps partiellement confirmé la JXXI reconventionnelle, SC condamnant le paiement de € 10.245.781, et compenser les deux montants, Il laisse un solde en faveur de JXXI de 2.960.781 €.

SC fait appel à la Cour suprême interposant un recours extraordinaire pour violation procédurale (dont elle a été déclarée irrecevable) et d'appel.

El primero de los motivos niega la legitimación de JXXI para reclamar por la caída de la cimbra del hormigonado del graderío, se fondant sur le bénéfice de la solidarité incorrecte, lorsque l'appelant, la responsabilidad de los agentes en el proceso constructivo es mancomunada. La Sala desestima el motivo. Sans objet Planification Droit de la construction, pues el daño no está sujeto a la misma sino que se trata de un daño entre partes, réparé par le défendeur avant la réception des travaux. Non applicable tant pour la LOE et la jurisprudence relative à l'article 1.591 le C.C., mais nous sommes confrontés à la responsabilité contractuelle pour les dommages de l'art. 1.101 le C.C. La chambre dispose de deux points de la responsabilité de base:

  1. SC était responsable de la gestion et de l'exécution du projet et donc responsable de mettre les bonnes personnes pour exécuter le projet.
  2. L'embauche d'un architecte de renommée internationale devrait être corrélative à la demande de reddition de comptes.

Le deuxième moyen est tiré d'une violation des articles 1.137, 1.138 et 1.145 le C.C. en cuanto al resultado de la inmovilidad de la cubierta del Palacio de Congresos. Pour le Conseil, la mobilité est l'une des caractéristiques du projet et si non atteint, estamos ante un incumplimiento contractual. Se trata de un contrato de obra en el cual, se debe conseguir un resultado concreto. La no consecución de dicha movilidad ha generado un daño evaluable a la promotora.

En fin de compte, l'appel est rejeté et le jugement de la Cour provinciale de Oviedo est confirmé 6 Février 2014, Jovellanos XXI condamnant le paiement des montants dus et Santiago Calatrava LLC à la les dommages causés par sa responsabilité dans le contrat de construction.

Consultez votre cas maintenant

Laisser un commentaire

Langue


Définir comme langue par défaut
Modifier la traduction


Abonnez-vous pour recevoir un fichier PDF livre


Juste pour vous inscrire recevoir par e-mail le lien pour télécharger le livre "Comment changer d'avocat" sous forme numérique.
Inscrivez-vous ici

Sígueme en Twitter




M'abonner

* Ce champs est obligatoire