Violation de livraison dans la vente de maisons

compraventa vivienda sobre plano

Puis-je résilier le contrat si je ne remets pas le logement dans le délai convenu?


Ceci est un cas qui a été fréquente, compte tenu des circonstances économiques qui traversent l'Espagne: deux personnes, contesté le juridique, conclure un contrat de vente de biens qui n'a pas encore été bâtiment fini, et le vendeur accepte de livrer dans un certain délai. Si cette période est écoulée sans livrer la propriété, l'acheteur peut-il défendre la violation?

Un cours similaire est celui qui résout le Première chambre de la Cour suprême dans son arrêt 4051/2016, de 14 Septembre 2016, dont il est l'objet de cette ressource. Les faits étaient les suivants:

Promociones Prau SA et Aguera Web fiducie SL tenu à l'achat privé date du contrat 18/01/2007, moyennant quoi la première engagée à vendre à la seconde vivienda familier (ensuite construction) pour un prix 1.049.000 d'euros, plus 7% TVA.

Le contrat convenu, entre autre, la date limite pour la livraison de ces logements serait le 30/11/2008, et que l'acheteur ne pouvait pas exiger la livraison avant cette date ou demander la résiliation du contrat lorsque le vendeur a obtenu la certification de l'achèvement des travaux avant le jour 30/10/2008. Aussi, il a été établi que, si le jour 30/10/2008 le vendeur n'a pas obtenu la licence de la première occupation, automatiquement, il est entendu ce délai prolongé de trois mois, après quoi la partie qui vend pourrait à nouveau donner trois mois ou bénéficier d'un logement sans avoir d'abord permis d'occupation.

Le certificat de travaux finaux a été publié le 27/04/2009, près de six mois après la date limite établie dans le contrat. Le premier permis d'occupation a été obtenu le jour 02/07/2009.

La 02/04/2016, Aguera Web confiance SL requise Promociones Prau SA a dû mettre fin à la convention d'achat 18/01/2007.

La 06/04/2009, 19 jours avant certificat de fin a été émis des œuvres, Promociones Prau SA a déposé une plainte demandant au tribunal d'ordonner Aguera Web Confiance SL (il avait donné compte 253.000 €) pour remplir la totalité du contrat.il a compris, bien que le contrat a été établi que le logement a été soumise avant 30/11/2008, également convenu de «accorder des conditions plus longues pour l'événement à cette date n'a pas pu terminer le travail de la maison" (se tromper, comme il est évident, la date limite pour l'obtention de la licence de la première occupation, la date limite pour la délivrance du certificat final des travaux).

dans 20 jours ouvrables, Aguera Web Fiducie SL a répondu à la poursuite à la recherche de son rejet total et, aussi, Il introduit une demande reconventionnelle pour obtenir une déclaration a résilié le contrat et Promociones Prau SA condamne le retour du montant payé à l'avance (253.000 €). Il a compris que la partie qui vend avait sérieusement violé la période convenue (mettre fin à la 30/11/2016 au moins pour la délivrance du certificat final des travaux), aucune circonstance pouvant justifier.

Le Tribunal de première instance n ° 15 Madrid a rendu un arrêt en date du 07/09/2011 par laquelle elle a rejeté la demande de respect du contrat et a confirmé la demande reconventionnelle demandant la résolution, étant entendu que

1) fait n'a pas été contesté l'existence d'un retard dans la livraison des logements.

2) il n'y avait pas de doute que le délai de livraison était 30/11/2008.

3) Il n'a pas démontré que l'absence de livraison rapide est due aux modifications apportées par l'acheteur.

4) Il n'a pas établi que l'acheteur avait montré en fonction du retard.

La Cour provinciale de Madrid a rendu un arrêt sur 06/02/2011 en confirmant le jugement de première instance en ce qui concerne le rejet de la demande, mais aussi il a rejeté la demande reconventionnelle, placer les parties dans une situation d'incertitude juridique complète. Cette décision a adopté, étant entendu que, bien qu'il y ait eu un retard de près de six mois, le retard n'a pas un motif suffisant pour résilier le contrat, parce que «le délai convenu n'a pas été voulue par les parties comme essentielle".

Contre ce jugement, le reconveniente défendeur, Agüera Web Confiance SL, appel sur la base de deux motifs; le premier, pour violation de l'article 1124 Code civil; et un second, violation des articles 1088, 1089, 1091 et 1255 le Code civil en liaison avec l'article 1281.1 le même corps juridique.

L'appelant allègue que le premier moyen, que la Cour provinciale viole l'article 1124 le Code civil quand décidant de ne pas apprécier la pertinence de resolutoria de manquer la date limite pour la fourniture de logements, parce que le libellé des dispositions contractuelles expressément établi le caractère essentiel du terme, et parce que manquer la date limite complètement déjoué le but du contrat pour l'acheteur.
Quant à la deuxième raison, entiende que la Audiencia Provincial vulneralos artículos 1088, 1089, 1091 et 1255 Código Civil en relación con el artículo 1281.1 le même corps juridique, parce que, ne comprenant pas résilié le contrat, ne pas appliquer certaines dispositions du contrat qui lui a donné précisément le caractère essentiel terme, et omet la force obligationnel de l'accord entre les parties.

La première chambre de la Cour suprême, dans son arrêt 4051/2016, de 14 Septembre 2016 résolve estimer l'appel, pour les raisons suivantes:

1) les parties ont convenu délai pour la livraison 30/11/2008, et 30/10/2008 pour la délivrance du certificat de travail final (enfin émis 27/04/2009);

2) il n'a pas réussi à montrer bonne raison pour le retard de livraison.

En fin de compte, en cas de Le non-respect d'un délai fixé à caractère essentiel, la partie touchée par un tel manquement peut exercer l'action en annulation du contrat de sorte que les deux parties sont renvoyées immédiatement dans la situation antérieure à l'événement lui-même.

Consultez votre cas maintenant

Laisser un commentaire

Langue


Définir comme langue par défaut
Modifier la traduction


Abonnez-vous pour recevoir un fichier PDF livre


Juste pour vous inscrire recevoir par e-mail le lien pour télécharger le livre "Comment changer d'avocat" sous forme numérique.
Inscrivez-vous ici

Sígueme en Twitter




M'abonner

* Ce champs est obligatoire