"Persianazo 'et administrateurs de la responsabilité

Responsabilidad

Cuando una empresa “echa el cierre” o hace un « persianazo” y no paga sus deudas, Est-il possible d'être dirigée contre ses dirigeants?

Nous espérons que le lecteur n'a jamais eu lieu, mais il est un cas tout à fait courant dans notre société actuelle que, à l'occasion de certaines relations commerciales, partie, en essayant d'éviter de payer une dette légale, proceda a “echar el cierre” o a hacer un “persianazo”, vendre ses actifs, et il n'alloue rien pour satisfaire ses créanciers. Que peut-on faire dans de tels cas?

L'arrêt de la première chambre de la Cour suprême n ° 472/2016, de 13 Juillet, resuelve un caso sobre dicha controversia en relación a la action individuelle contre les administrateurs. Les faits sont les suivants:

1. Moldex Metric AG& CO. Direction KG en Espagne (ci-après, Métrique) il a été une société dédiée à la commercialisation de la protection respiratoire et de l'ouïe, et entretient des relations commerciales avec Cepys commerciales, S.L. (ci-après, Cepys). En raison de ces relations, Cepys devait Metric 109.019,31 €.

2. les gestionnaires Cepys étaient Constancio et Violet. Aussi, Cepys partagé adresse professionnelle et le contact téléphonique avec deux autres sociétés, Guantenic S.L.. y Foxline contrôle S.L. depuis 2008, Cepys en effet cessé leur activité, la vente de tous ses actifs, mais les administrateurs ne fréquentaient pas les dettes de l'entreprise avec les liquides perçue des ventes et a procédé à liquider et de dissoudre la société par la procédure prévue à cet effet.

3. La entidad Metric interpuso demanda de juicio ordinario ante el Juzgado de lo Mercantil Nº 02 Barcelone contre Guantenic S.L.. y Foxline contrôle S.L. et solidairement contre Constancio. Dans la plainte exercée, d'un côté, une acción de responsabilidad contra el administrador de Cepys, Constancio, y una acción de reclamación del crédito contra las sociedades Guantenic S.L. y Foxline contrôle S.L., par levantamiento del velo.

4. El Juzgado de lo Mercantil Nº 02 Barcelone, par Sentence 11 Mai 2012, Il a estimé que le recours en responsabilité contre le gestionnaire Cepys, Constancio, sur la compréhension qui avait été établi le lien entre la fermeture du fait Cepys et le non-paiement de la dette 109.019, 31 €. De l'autre côté, Il a rejeté le crédit de réclamation d'action en levant le voile.

5. Contra dicha sentencia la representación de Constancio interpuso recurso de apelación ante la sección 15ª de la Audiencia Provincial de Barcelona, qui a confirmé l'appel en pleine demande -desestimando, par tanto- dans l'affaire 17 Juillet 2013, au motif que le requérant n'a pas établi le lien entre la fermeture de fait Cepys et le non-paiement de la dette 109.019, 31 €.

6. Et la broderie, contra dicha sentencia fueron interpuestos un recurso extraordinario por infracción procesal y un recurso de casación ante la Sala Primera del Tribunal Supremo, que résolue par le jugement que nous commentons.

En ce qui concerne le recours extraordinaire pour violation procédurale, l'entité Metric a affirmé que l'arrêt de la Cour provinciale de Barcelone avait violé l'article 217.7 Loi sur la procédure civile (concernant la charge de la preuve en ce qui concerne la facilité et la disponibilité de probation chacune des parties au différend).
Il comprend parce que la Cour provinciale a examiné l'appel au motif que le demandeur n'a pas réussi à prouver l'existence d'un lien direct entre la fermeture de fait (impliquant la vente de biens sociaux) Metric par défaut et de la dette, en omettant que Constancio était le défendeur qui était en position plus facilement de prouver qu'il avait pour le paiement des dettes sociales liquide dérivé de l'actif vendu avec la fermeture de fait de la société débitrice et qui, conformément à l'article 217.7 LEC, devrait essayer.

La Cour suprême considère cette ressource, étant entendu que, vraiment, Constancio était pour le défendeur d'établir que la liquidité avait conduit la fermeture dérivée faite à la satisfaction des dettes sociales en circulation, car il était lui dans la meilleure position pour démontrer cette réalité.

En ce qui concerne le appel, l'entité Metric allègue la violation des articles 133 et 135 alors Loi sur les sociétés consolidées, referidos a la Action unique responsabilité des administrateurs, dans la mesure où, según el recurrente, effectivement cela signifiait la fermeture de la vente d'actifs dont le liquide ne soit pas utilisé pour payer des dettes, ainsi que le retard dans le paiement arrive à échéance en émettant des billets à ordre qui a ensuite n'a pas assisté.

La première chambre de la Cour suprême, élever sa peine 253/2016, de 18 Avril, indique, pour l'évaluation de la responsabilité individuelle des administrateurs pour les dettes des entreprises, la loi exige que les conditions suivantes:

i) Un comportement actif ou passif des administrateurs;

ii) Ce type de comportement est imputable au conseil en tant que telle;

iii) Que la conduite est administrateur illégale pour violation de la loi, statuts ou ne conviennent pas à la norme ou motif requis d'un homme d'affaires de diligence ordonnée et un représentant loyal;

iv) Le comportement illégal, fautivement négligente, est capable de produire des dommages;

à) Le dommage doit être déduit directement au tiers sous contrat, sans nuire aux intérêts de la société; et

nous) Le lien de causalité entre le comportement illégal de l'administrateur et les dommages directs causés aux tiers.

Aussi, sur la base de son jugement 396/2013, de 20 Juin, également fait apparaître la distinction entre action en responsabilité contre les administrateurs pour les dommages causés à la société, qui est la substance dans l'action dite sociale, et acción de responsabilidad contra los administradores por daños causados a socios o terceros, qui est la substance dans l'action dite individuelle (en appel). Cette distinction, rappelle l'arrêt, Il est la raison pour laquelle la loi exclut l'exercice de l'action individuelle de réclamer des dommages a subi le partenaire de ses actifs à la suite de dommages causés à la société (dans la mesure où de tels dommages ont été infligés indirectement par le partenaire, par le biais des dommages causés directement à la société).

Finalement, et en se référant à l'affaire, rappelle que para que pueda imputarse al administrador de una sociedad el impago de una deuda social como daño ocasionado de manera directa al tercero acreedor, devrait “existir un incumplimiento nítido de un deber legal al que pueda anudarse de forma directa el impago de la deuda social”.

Le déplacer vers le cas spécifique, significa que “no basta con acreditar que la sociedad hubiera estado en causa de disolución y no hubiera sido formalmente disuelta, mais doit prouver que, la dissolution correcte et la liquidation ont été faites si elle avait été possible de créancier effectué le paiement de la dette. "

Pour le raisonnement ci-dessus, atendiendo a que era el administrador demandado quien debía haber acreditado que había destinado el líquido obtenido con la venta de activos a la satisfacción de las deudas sociales.

Pot otra parte, la Chambre considère que con el cierre de hecho Constancio consiguió 1) retarder le paiement arrive à échéance en émettant des billets à ordre il a assisté à pas atteint la maturité et 2) affecter la valeur des biens sociaux à autre extrémité de la satisfaction des dettes sociales. donc finalement, la Cour suprême considère le recours.

Quels sont les résultats de cette affaire, en fin de compte, qui est possible, de toute façon, recouvrer une dette légitime, aun cuando se produzca un cierre de hecho o « persianazo » por parte del deudor, à condition de faire un effort considérable Argumentative. Y el deudor será quien deba probar su diligencia.

Consultez votre cas maintenant

Laisser un commentaire

Langue


Définir comme langue par défaut
Modifier la traduction


Abonnez-vous pour recevoir un fichier PDF livre


Juste pour vous inscrire recevoir par e-mail le lien pour télécharger le livre "Comment changer d'avocat" sous forme numérique.
Inscrivez-vous ici

Sígueme en Twitter




M'abonner

* Ce champs est obligatoire