achat de logements de résolution par la non-acceptation de la maternité de substitution

compraventa de vivienda

Est-ce que le promoteur de garder les sommes avancées lorsque la banque n'accepte pas la subrogation des acheteurs?

La resolución de contratos de compraventa de vivienda ha sido uno de los temas que han generado una mayor litigiosidad en los últimos años, l'effet de la crise du logement.

La consecuencia del rechazo del banco a la subrogación en el préstamo es que los compradores no pueden cumplir con la entrega del precio a la hora de elevar a escritura pública y la promotora resuelve el contrato. ¿Qué ocurre con las cantidades anticipadas?

La question clé est le libellé du contrat entre le promoteur et les acheteurs.

La Tribunal Supremo ha resuelto uno de estos casos en su Sentencia de 4 Mai 2016.

Los clientes solicitaron la la résiliation du contrat de vente de vivienda suscrito con la promotora “Patrimonial CYP” en diciembre de 2008, avec devolución de la cantidad entregada a cuenta del precio, un montant de 30.580 d'euros, sur la base des motifs suivants:

un) Incumplimiento de la cláusula que garantizaba que la entidad crediticia autorizaría la subrogación del comprador en el préstamo hipotecario concertado por la promotora.

b) Incumplimiento de la demandada por vender la vivienda a un tercero de forma indebida.

c) Le défaut du promoteur de l'obligation d'appliquer, emitir y entregar la póliza de afianzamiento en garantía de las cantidades anticipadas.

d) Nulidad de la cláusula octava del contrato por manque de réciprocité, en imposant des obligations disproportionnées aux acheteurs en cas de défaut.

Le promoteur quant à lui, alegó que el contrato había quedado resuelto por incumplimiento de los compradores, En ne pas accorder aux requérants l'acte (con pago del resto del precio) quand ils étaient nécessaires à cet effet.

Les clients ne pouvaient pas légaliser l'achat, en refusant la banque à laquelle le promoteur prêt subrogasen.

La Juzgado de Primera Instancia de Sevilla nº 4 Il a donné un jugement sur 23 Octobre 2012 estimando parcialmente la demanda y ordenando la devolución de 21.406 d'euros, le promoteur conservant la 30% del anticipo recibido. Consideró que había una resolución justificada y que la cláusula octava no era nula, pero debía ser moderada.

Ambas partes recurrieron y la Audiencia Provincial de Sevilla resolvió en sentencia de 9 Octobre 2013, qu'il n'y avait pas de retour à la requérante un montant, ni moderar la cláusula penal que no era nula sino perfectamente válida.

Donc, les choses, los compradores recurrieron en appel à la Cour suprême.

La maison avait été vendue à un tiers, et ce point n'a pas été discuté par les parties. La 10 Décembre 2009, la promotora solicitó la resolución del contrato. Donc, les deux parties conviennent de la résiliation du contrat (SSSS 25 Octobre 1999 et 26 Mai 2009).

Le contrat stipulait que "Le vendeur déclare que le prêteur a autorisé l'acheteur subrogation". Donc, Il ne peut pas être attribuée à l'opération acheteurs de frustration, mais il est de la responsabilité du promoteur.

En conséquence, les estimations des ressources, déclare la résiliation du contrat de vente et est condamné à le développeur de rembourser tous les paiements anticipés pour l'achat de logements avec leurs intérêts juridiques.

 

Consultez votre cas maintenant

 

Laisser un commentaire

Langue


Définir comme langue par défaut
Modifier la traduction


Abonnez-vous pour recevoir un fichier PDF livre


Juste pour vous inscrire recevoir par e-mail le lien pour télécharger le livre "Comment changer d'avocat" sous forme numérique.
Inscrivez-vous ici

Sígueme en Twitter




M'abonner

* Ce champs est obligatoire