Responsabilité et "risques de la vie"

Responsabilidad

 

Comment faire la différence entre "les risques généraux de la vie" et les situations qui génèrent un passif?


La Responsabilité Il est du devoir d'indemniser les blessés par un débiteur qui porte atteinte à un droit de conduite.

Il peut générer Responsabilité donc «propres faits» comme «totalement indépendant" (dans les cas où la responsabilité tombe sur quelqu'un d'autre que l'auteur du délit, par exemple,, parents sur les enfants à leur charge).

Dans notre système juridique, coexister responsabilité contractuelle et délictuelle, de sorte que, parfois,, il est difficile de les distinguer.

Car il responsabilité contractuelle il doit y avoir un contrat ou de la relation contractuelle et les dommages doivent être causés par la défaillance ou mauvaise exécution du objet du contrat.

Inversement, nous sommes confrontés délictuelle En cas de dommages par le violation des obligations générales de conduite, indépendamment de toute obligation survenant entre les parties. A savoir, même si il pourrait y avoir une relation contractuelle entre les parties, le dommage est en dehors de la réalisation de l'accord.

La Cour suprême elle-même reconnaît la difficulté de distinguer entre les deux concepts, entre autres, dans son arrêt du 19 Juillet 2005.

Cependant, la différence est pas trivial, pour responsabilité contractuelle pour la prescription a une durée de 5 ans (article 1964 Code civil dans sa rédaction par la loi 42/2015 de 5 Octobre) et délictuelle dispose d'un délai d'un an seulement (article 1968 le Code civil en ce qui concerne 1902 C.C.).

Dans le délictuelle, est particulièrement difficile distinction entre «Risques de la vie" et risque coupable ou de négligence.

Considéré "Les risques généraux de la vie" ceux qui auraient pu être anticipé par le rugueux, qui sont dues à la distraction des blessés, ou par des obstacles survenant dans normale (l'étape dans un restaurant -STS 30 Mars 2006-, tuyau d'irrigation utilisée pour les services municipaux -STS 2 Mars 2006-, porte tournante d'un hôtel -STS 17 Juin 2003-, tomber sur un marché humide de plancher -STS 22 Février 2007- ).

Dans ces cas,, Il n'a pas considéré comme ayant la responsabilité délictuelle, mais la victime doit supporter les conséquences de son accident.

La Cour suprême a statué sur une affaire liée à cette question, dans l'affaire 22 Décembre 2015.

En Juillet 2011, D. Rafael et son épouse ont été en train de finaliser l'achat d'un véhicule "Garages Berria". La voiture était dans un parking à côté de la rivière Deba. En allant à l'arrière du véhicule, D. Rafael tombé dans la rivière, mort sur le coup. Le véhicule a été séparé du vide à une distance, pour différentes versions, entre 50 cm et deux mètres. Un petit parking trottoir qui sépare la rivière avec une chute de six mètres.

La terre n'a pas été détenue par la société, mais poursuivi il a été intégré dans l'activité de négociation facto. La société, Il avait demandé au Conseil municipal de construire un mur de défense, mais a été autorisé seulement un brise-lames.

Les héritiers de D. Rafael a poursuivi la compagnie et son assureur.

Le Tribunal de première instance numéro 1 Bergara a rejeté la demande dans la phrase 26 Mars 2013.

Demandeurs, Ils ont fait appel à la Cour provinciale de Guipuzcoa phrase 9 Octobre 2013 Il a rejeté l'appel.

Ainsi, les héritiers ont déposé appel à la Cour suprême pour violation de l'article 1902 Code civil.

Le Conseil considère la raison. Il estime que pour faire fonctionner l'élément 1902 de C. Civil être précis action ou omission imputable à celui prévu responsable. En l'absence de clôtures de sécurité, On pouvait s'y attendre pour un risque que le défendeur serait générée comme cela est arrivé. L'entreprise a essayé de construire un mur et non autorisé, mais il n'a pas précisé que intentasen installer des clôtures.

Il est pas un cas de ce que la doctrine considère "Les risques généraux de la vie", Compte tenu du l'événement ne pouvait pas être prévu par l'accident, que le risque créé a dépassé les normes moyennes (STS 20.12.2007).

Le comportement de la défenderesse, relevante aime à reconsidérer Suficientemente dans erigirla causent des dommages: Il a utilisé pour l'affichage d'un champ suivant à une banque de six mètres, où la chute a eu lieu avec des conséquences graves indiqué.

Elle est ratifiée comme doctrine jurisprudentielle:

"Lors de la détermination du lien de causalité juridique, Il doit être évaluée interférences victime, la prévisibilité et la possibilité d'éviter l'accident par la victime avec la diligence normale, et de créer le risque potentiel provoquant ".

En fin de compte, les estimations des ressources, Maison de la peine a été condamné et la compagnie d'assurance pour compenser avec 149.644 euros aux héritiers du défunt par délictuelle.

Consultez votre cas maintenant

Laisser un commentaire

Langue


Définir comme langue par défaut
Modifier la traduction


Abonnez-vous pour recevoir un fichier PDF livre


Juste pour vous inscrire recevoir par e-mail le lien pour télécharger le livre "Comment changer d'avocat" sous forme numérique.
Inscrivez-vous ici

Sígueme en Twitter




M'abonner

* Ce champs est obligatoire