Puis-je embaucher un échange par téléphone?

swap

 

Un swap peut être contractée par téléphone, à condition que la banque remplit son obligation de divulgation.

Seulement dans le cas où il a été dûment informé à propos de l'échange et en particulier sur leur de frais d'annulation, Il ne serait pas désactivable par l'existence d'une erreur dans le consentement.

Ce critère est le Cour suprême, recueillies dans son arrêt du 3 Décembre 2015, que revisamos a continuación.

La 8 Octobre 2008, par conversation téléphonique (enregistrement dont le dossier montre) Il a eu lieu Embauche d'un swap, d'un montant notionnel de 30 millions la première année, 20 la deuxième et 10 el tercero, entre la société et BBVA Logifruit.

Après cette conversation, BBVA a envoyé l'Logifruit document de confirmation de l'accord de swap daté 27 Octobre 2008.

La 13 Novembre 2008, BBVA Logifruit renvoyé à un burofax dans laquelle il exprime le rejet du contrat et exigeait que la Banque ne ferai pas de frais ou paiement en raison de l'échange.

La Banque a répondu que si vous voulez résilier le contrat, Je devais payer environ 665.000 d'euros.

Ils se sont produites 5 liquidations pour Logifruit, mais depuis Avril 2009, toutes les colonies étaient négatifs, additionnant le nombre de 1.194.618 d'euros.

Le but de échanger était la couverture générale de la société, mais il avait pas de relation avec aucune des politiques qui avaient souscrit. Et l'initiative a été l'embauche Logifruit: Il ne trouve pas de conseils par la Banque.

Le BBVA a déposé plainte contre Logifruit à être condamnée à payer à 1.194.618 euros pour les colonies de l'échange.

Logifruit, Il a répondu à la plainte et a apporté une demande reconventionnelle en nullité pour absence de l'accord de swap et le retour de 69.872 euros pour le retour de charges indues et 93.451 pour les engrais abusives. Il n'y avait pas la confirmation du contrat, est, Il avait exprimé son désaccord de façon fiable, dans le délai légal prévu pour les contrats de téléphone. Alternativement demandé l'annulation par le vice erreur de consentement, à la suite de l'échec par la banque de son obligation de divulgation.

Le Tribunal de première instance n ° 19 Valencia a rejeté la demande de BBVA et a confirmé la demande reconventionnelle de Logifruit, BBVA condamnant le paiement des montants mentionnés ci-dessus, imposer des coûts à la banque. Le recrutement n'a pas été confirmée, de sorte que le contrat était nul pour inexistante. En plus de sa peine, il fait référence à l'absence d'informations sur le coût de l'annulation.

BBVA a lancé un appel à la Cour provinciale, neuvième section qui a rejeté l'appel et confirmé le jugement de première instance. Il a estimé que le contrat n'a pas obtenu à améliorer pour absence de confirmation.

Si la Banque, interpuso recurso extraordinario por infracción procesal (dont elle a été déclarée irrecevable) et faire appel à la Cour suprême.

La banque allègue que:

1.-Il y avait plein accord au contrat par la conversation téléphonique.
2.- L'exigence de confirmation imposée par l'article 33 de RD 217/2008, pas conditionner la validité du consentement téléphone ne permet pas le retrait unilatéral ou le désengagement par le client.

La Cour suprême a examiné les trois motifs.

L'exécution du contrat est produite par le concours de l'offre et l'acceptation par téléphone.

Les exigences d'inscription des enregistrements et une confirmation écrite des exigences formelles "ad probationem" mais son échec ne détermine pas l'absence ou de la nullité de l'entreprise.
Même dans le cas des consommateurs, en droit 22/2007 sur la commercialisation à distance de produits financiers, Hors swaps, il serait un droit unilatéral de retrait.

Il doit alors statuer sur l'appel contre l'annulation du swap sur le terrain par le Tribunal de première instance, à ne pas poser des questions sur les frais d'annulation.

La Chambre réitère le point de vue de ses arrêts récents que nous avons discuté dans d'autres entrées. La banque doit présenter un rapport:

1.- Le Caractéristiques du produit, en particulier le risque de colonies négatives.

2.- Le coût (au moins environ) annulation du swap dans une période de baisse des taux d'intérêt (STS 491/2015 de 15 Septembre).
Dans le recrutement de téléphone, pas la possibilité d'annulation et coûté mentionné. Et la Chambre dit:

"Dans ce cas, nous ne pouvons pas nier que la connaissance du coût éventuel d'annulation était essentielle et pertinente au moment de la conclusion du swap, et inexcusable d'être un devoir d'information sur les dangers spécifiques du produit (art.79 BIS3 LMV), qui a violé la banque ".

Est, continue (se référant à de frais d'annulation) indiquant:

"Cette information bien menée pourrait être comprise, Il aurait indiqué, avant de faire le swap, pas après (...)".

L'absence de cette information affecte un élément essentiel du contrat est importante et que pour avoir connue, le client ne se serait pas engagé. Et il est excusable pour le service spécial d'information article 79 à 3 LMV exige la banque de vendre des produits complexes.

En fin de compte, l'annulation de l'échange du consentement de erreur et demande reconventionnelle à la clientèle confirmée.

Consultez votre cas maintenant

Laisser un commentaire

Langue


Définir comme langue par défaut
Modifier la traduction


Abonnez-vous pour recevoir un fichier PDF livre


Juste pour vous inscrire recevoir par e-mail le lien pour télécharger le livre "Comment changer d'avocat" sous forme numérique.
Inscrivez-vous ici

Sígueme en Twitter




M'abonner

* Ce champs est obligatoire