Vicissitudes des accords de distribution

contrato de distribución

 

Est-ce que votre contrat de distribution augmentation unilatérale des prix par le fabricant? Si une compensation pour les investissements non amortis? Puis-je demander pour le fabricant d'intimidation?

Una vez transcurrida la “luna de miel” de los primeros años entre fabricante y distribuidor, es muy frecuente que las disputas vinculadas a contrats de distribution finir au tribunal.

Une «manœuvre» qui ne sont pas normalement prévu dans la rédaction de contrats est le unilatérale augmentation des prix par le fabricant, que puede dejar al distribuidor fuera de mercado.

La Cour suprême a résolu l'un de ces cas à sa Jugement 30 Mai 2016, dans laquelle sa doctrine se manifeste sur plusieurs points clés.

En 1996, fabricant connu Brugal rhum, Il a signé un contrat avec Zamora Distribuciones de Bebidas S.L.. (ci-après Zadibe) dans lequel la première désignation de celui-ci en tant que distributeur exclusif Espagne et Andorre pour certains produits.

Les deux parties ont été forcés exclusivement dans les produits et le territoire convenu.

les prix d'achat Zadibe et les conditions indiquées dans la liste des prix et Brugal devraient pour mettre en garde avec un minimum de quatre mois de leur entrée en vigueur de tout changement dans sa liste de prix.

Le plan marketing serait accepté et versé à 50% par Zadibe et Brugal.

Ils ont été approuvés comme motif de résiliation du contrat violer ou l'insolvabilité de l'une des parties, mais aucun retrait unilatéral ou l'avis doit être faite avec qui prévoyait.

Janvier, 2002, Brugal, Zadibe y Diego Zamora S.A.. (ci-après DZ) convenu que Zadibe, avec plein consentement de Brugal, cedía a DZ su todos los derechos y obligaciones de su accord de distribution.

En mai 2006 Il établit un augmentation des prix boîte de modification Ron Brugal Añejo passe 24 dólares a 40.80$ y el Ron Extraviejo pasa de 37$ un 58.60$.

La marque Brugal n'a pas été connu en Espagne grâce au travail de son distributeur, est venu d'avoir un 20.4% part sur le marché espagnol.

En febrero de 2008, DZ reçoit burorax Brugal par lequel il a été mis fin au contrat de distribution.

DZ a déposé une plainte contre Brugal par violation de la distribution des contrats et l'abus de droit, cherchant des millions en compensation consistente en:

  • 32.020.449€ pour l'annulation des défauts de conditions économiques de consentement imposée 2006.
  • 343.290.447€ por la ruptura del contrato de distribución.
  • 13.600.811€ pour les investissements non amortis.

Brugal il opposa et fit reconventionnelle contre € 8.594.411 en cas de non-respect par DZ de son obligation de payer les frais de publicité.

Le jugement de première instance a rejeté les demandes de dommages-intérêts et la revendication n'estimé 13.600.811 € en investissement non amorti de. En outre, il a rejeté la demande reconventionnelle.

Ambas partes recurrieron y la Audiencia Provincial fijó una indemnización por clientela de 28.606.296€. Revocó la indemnización por inversiones no amortizadas y desestimó la reconvención de Brugal.

Les deux DZ Brugal présente deux ressources spéciales pour la violation de la procédure et de cassation.

La Cour suprême rejette toutes les ressources et confirme l'arrêt de la Cour provinciale de Madrid de 10 Septembre 2013, et met en évidence les éléments suivants puntos clave del contrato de distribución.

1.- Sur l'intimidation dans le commerce

DZ allègue la violation de l'article 1.267 C.C. et la doctrine, étant donné que il y a intimidation lorsqu'une partie accepte une modification du contrat qui nuit afin d'éviter un préjudice grave dont l'apparition dépend du contraire.

Pour le Conseil, conformément à l'article 1.267 C.C., hay L'intimidation inspire quand un parti a fondé une crainte rationnelle et souffre d'une mauvaise imminent et grave dans sa personne ou des biens. Les exigences sont:

  1. Convenant dans un état rationnel de la peur et fondée.
  2. La crainte provient de la menace d'un mauvais qualifié.
  3. L'existence d'un lien de causalité entre la menace et le consentement.
  4. La menace doit être coupable ou intentionnelle et de l'injustice.
  5. La menace doit être causé par l'autre partie contractante ou par un tiers.

Dans ce cas,, pas ces conditions sont remplies: Se celebra el contrato entre dos empresarios sin que sea presumible una situación de desigualdad o de subordinación económica (Il doit être allégué et prouvé). Même nous sommes confrontés à des conditions générales du contrat.

"(.....) le contact constituant le concessionnaire qui veut examiner les conditions convenues et avertir que, ne pas parvenir à un accord, peut accorder la distribution à un tiers qui a accepté l'amélioration des conditions économiques ne peuvent pas être considérés comme des actes d'intimidation (....)".

2.- Sur indemnisation des clients

DZ revendications qui devraient être compensés sur la base de la marge brute, les frais de publicité et de marketing non actualisés.

Pour le Conseil, Article 28.3 LCA réglée pour limiter le montant annuel moyen de rémunération reçus au cours des cinq dernières années: Il ne précise pas la rémunération brute devrait appliquer, mais c'est la limite. Et l'application analogue des règles de la LCA du contrat de distribution est pas absolue ou automatique, mais doit prendre en compte les particularités de la même. À cet égard, il cite les STS 296/2007 de 21 Mars indiquant que, dans ces cas, indemnité devrait être calculée sur la rémunération nette, à savoir, sobre el porcentaje de beneficio que le queda al distribuidor tras descontar gastos e impuestos. Donc, étant donné à quel point le critère appliqué par la Cour provinciale.

3.- Sobre la indemnización de las inversiones no amortizables

DZ violation de l'article 29 LCA de compenser les investissements non été accepté non amorti.

Pour le Conseil, devrait compenser les investissements imposée par le principal, dans le développement des reports future. No son indemnizables las inversiones no amortizables como puedan ser las inherentes a las ventas. Y según los hechos probados en la Audiencia Provincial, la contribution du distributeur aux frais de publicité et de marketing n'a pas été imposée par le fabricant, mais il était une alliance librement acceptée par les parties.

En fin de compte, toutes les ressources sont rejetées et se confirma la Sentencia de la Audiencia Provincial de Madrid que establece una indemnización por clientela de 28.606.296€ por la rescisión unilateral del contrato de distribución y rechaza el resto de peticiones.

Consultez votre cas maintenant

Laisser un commentaire

Langue


Définir comme langue par défaut
Modifier la traduction


Abonnez-vous pour recevoir un fichier PDF livre


Juste pour vous inscrire recevoir par e-mail le lien pour télécharger le livre "Comment changer d'avocat" sous forme numérique.
Inscrivez-vous ici

Sígueme en Twitter




M'abonner

* Ce champs est obligatoire