L'accumulation de la clause de pénalité pour les dommages nécessite l'accord express

compraventa vivienda

 

Vous pouvez construire jusqu'à la clause de pénalité convenue, l'indemnisation des dommages-intérêts pour rupture de contrat?

  Consultez votre cas maintenant

La Cour suprême, dans l'affaire 3 Juillet 2019, No.. résolution 387/2019, nous rappelle que accumulons la clause de pénalité convenue, la réparation des dommages, il doit y avoir un accord exprès à cet égard également créditée de tels dommages.

Rappel des faits

La 21 Avril 2006 Mlle.. Filomena et D. Jenaro est entré dans une contrato de compraventa de vivienda -pending construction de logements avec des entreprises commerciales Edivama SA.

Le prix fixé pour la vente était 336.408 d'euros. Remis à des acheteurs compte la quantité de 59.285 d'euros.

Il a été convenu que le logement serait livré avant le jour 15 Mars 2008. Si le passé que le logement de la date n'a pas été livré, l'acheteur peut choisir d'exiger du vendeur à la livraison ou à la résiliation du contrat.

La date limite a été manquée par le vendeur. Les acheteurs intéressés ont déposé plainte une déclaration a violé le contrat et être condamné à rembourser les sommes payées au titre des prix.

La 30 Juin 2010 11 Section de la Cour provinciale de Valence a rendu son jugement. Il a rejeté la demande des acheteurs et a déclaré contrat valide et efficace de vente. Il a condamné les acteurs à accorder acte et paiement de 277.177 d'euros, comme le reste du prix à payer.

Au mois de Juin 2013 le vendeur a donné aux acheteurs une burofax. En cela, ils ont exigé le paiement de diverses sommes d'argent et leur a également demandé à comparaître devant l'acte notaire public d'accorder.

Les acheteurs ont envoyé une autre burofax qui a communiqué son intention de respecter les engagements. Et la broderie, Ils exigeaient le vendeur pour leur permettre l'accès au logement pour le Tasara un expert et d'obtenir un prêt hypothécaire.

Octobre 2013 Les acheteurs notariales ont reçu une communication du vendeur. Ils ont été informés de la la résiliation du contrat de vente parce qu'ils avaient répondu à aucune des exigences ou étaient allés au notaire.

La vendeuse Edivama SA a procédé à la vente de la propriété à un tiers sous contrat.

La 14 Juillet 2015 Les acheteurs ont intenté un procès contre Edivama SA. Ils ont demandé la résiliation du contrat est déclarée non conforme à la loi,  il était le vendeur qui avait violé le contrat et que la décision a été prise à la demande des acheteurs en raison de la violation. Ils ont également appelé à la condamnation aux acheteurs Edivama SA de retourner le montant payé pour 61.400 d'euros, plus 3% par application de la clause de pénalité et des intérêts.

Edivama SA est opposé à la demande. Il a fait une demande reconventionnelle et a demandé une déclaration conformément à la résolution de la loi par sa partie. También, il convenait d'avoir approuvé le montant de 61.400 euros reçus par les acheteurs.

Primera Instancia

La 25 Avril 2016 le Tribunal de première instance n ° 3 Valence a rejeté le jugement la demande et la demande reconventionnelle élevée.

Cour provinciale

Les plaignants ont fait appel du jugement de première instance en appel.

Pour sa part, le défendeur a contesté et a également contesté la décision en ce qui concerne le rejet de la demande reconventionnelle.

La 2 Décembre 2016 6e section de la Cour provinciale de Valence a rejeté l'appel. Si bien, a estimé le défi posé par Edivama SA.

Ainsi,, Il a annulé la décision du tribunal inférieur concernant la demande reconventionnelle, l'estimation de celle-ci dans son intégralité.

Dit à l'auditoire que la résiliation du contrat par Edivama Il était conforme à la loi. Alors, Il avait le droit de retenir le montant de 61.400 euros reçus d'acheteurs. Ceci est pour l'application du septième alinéa de l'AGB et l'existence d'un dommage de vendre la propriété à un tiers pour un prix bien inférieur à celui convenu avec les demandeurs.

Cour suprême

Les plaignants ont fait appel la condamnation pour violation de la procédure et les recours. Il a soulevé une question juridique qui a généré l'intérêt de cassation: la possibilité d'accumuler l'application de la clause de pénalité pour le vendeur a accepté une indemnisation pour les dommages causés reportables qui ont été plus élevés.

SA Edivama le défendeur opposé à la demande. Cassation présumé manque d'intérêt.

La 2 Juillet 2019 la Cour suprême a rendu son arrêt n °. résolution 387/2019 la résolution du conflit.

L'action en contrefaçon de procédure:

La Chambre a confirmé l'appel pour vice de procédure. Il est vrai que l'arrêt attaqué a enfreint l'obligation de motivation exhaustive de l'art. 218 LEC. Par conséquent, il y a eu violation de la procédure qui avait clairement pris son annulation.

En appel:

La demande de ressources a été la déclaration inadéquation de la réparation des dommages à Evidama au-delà du résultat de l'application de la clause pénale dans le contrat. donc opposer à une application cumulative oui appliqué le jugement de première instance.

La clause pénale était un contrat préétabli par la clause du vendeur comme condition générale du contrat. Fourni à titre d'indemnité, un 3% sur le montant qui aurait dû être payé par les acheteurs au moment de la résolution. cette rétention 3% j'avais une but compensatoire des dommages causés par la violation, sans compensation appropriée dépasser.

Le vendeur réclamé une perte économique de la vente à un tiers. Mais il pourrait saisir la demande condamnant les acheteurs à soulever acte public et satisfaire le prix du contrat en cours. Si bien, Il n'a pas.

Hall a dit le jugement n °. 197/2016, de 30 Mars, pourquoi "Qu'exceptionnellement il fonctionne la fonction cumulative, lorsque expressément convenu que le créancier peut demander une indemnisation pour les dommages causés et éprouvés et, aussi, il a accepté une clause pénale…Pourtant, seulement quand je l'exprime médiatise pacte ne sera pas un substitut à une indemnisation, mais de façon cumulative, de sorte que le créancier peut exiger du débiteur, plus la pénalité prévue, réparation des dommages causés, mais toujours ils ont été testés (parce que contrairement à la clause pénale figurant dans les procédures pénales, où aucun test sont nécessaires certains, la compensation ordonnée avec qui est soumis aux règles générales de preuve Art. 217.2 LEC )…Au contraire, en l'absence d'accord sur, doctrine a dit opère uniquement la fonction d'établissement et, si, les STS 21 Février 2012, rec. 21/2009, stipule que « si les parties, volontairement et pour le bien du principe d'autonomie qui proclame l'article 1255 condigo civile Ils ont convenu d'une clause pénale, Ils doivent se conformer à la fonction de liquidation imposées par l'article précité 1152, Ils sont ayant échoué d'accord sur ce qu'ils ont fait- fonction cumulative Il permet à le dernier paragraphe de cet article ».

Donc, la Chambre considéré la réparation des dommages a dû être réduite à la quantité résultant de l'application de la 3% les montants qui auraient dû être livrés par les acheteurs au moment de la résolution.

Conformément à la loi a déclaré la résiliation du contrat conclu par les parties sur 21 Avril 2006, réalisée par Edivama S.A.. et communiquée le 31 Octobre 2013, Pendant ce temps, le droit de conserver le montant de 8.315,31 euros d'acheteurs satisfaits.
Et il a condamné Edivama S.Un. les acheteurs de retourner le montant restant de 53.084,69 euros plus les intérêts légaux de la 31 Octobre 2013.

Conclusion

Contenterons l'application cumulative d'une clause de pénalité ainsi que la réparation des dommages quand il a été expressément convenu entre les parties et les dommages sont testés. En l'absence d'un accord exprès, il ne sera pas cumulative de la rémunération, mais la fonction substitutive et ejerccerá son liquidateur Article 1152 CC.

  Consultez votre cas maintenant

Laisser un commentaire

Langue


Defini comme langue par défaut
 Modifier la traduction


Abonnez-vous pour recevoir un fichier PDF livre


Juste pour vous inscrire recevoir par e-mail le lien pour télécharger le livre "Comment changer d'avocat" sous forme numérique.
Inscrivez-vous ici

Sígueme en Twitter



M'abonner

* Ce champs est obligatoire