À l'expiration des hypothèques multidevises

Quand commence la période d'exercice d'une action en nullité pour erreur dans un prêt hypothécaire multidevises??

Consultez votre cas maintenant

 

Dans un contrat multidevises hypothécaire,  la consommation se produit avec l'accord de testaments entre le prêteur et l'emprunteur. La remise d'argent et les paiements sont des actes d'exécution du contrat déjà parfait. Pour le calcul du délai d'exercice de l'action en nullité pour cause d'erreur (1301 CC), le contrat ne peut être compris comme consommé avant que les emprunteurs aient pu connaître les faits déterminants de l'erreur. Mais le contrat n'est pas consommé lorsque tous les frais sont payés, mais quand l'accord des volontés est produit.

Ensuite, nous faisons un commentaire sur le Arrêt de l'Assemblée plénière de la Cour suprême du 10 Janvier 2020, qui établit que la durée d'annulation du consentement d'un accord de prêt multidevises ne s'étend pas à toute la durée du prêt, il commence lorsque le prêt est consommé (et il est entendu consommé avec l'accord des volontés)  ou lorsque le client est conscient de son erreur si ladite conscience est après la consommation.

Fuentes interesadas se han apresurado a indicar que había « resurgido » la caducidad de los préstamos hipotecarios multidivisa. Sin embargo, Cas 10 Juillet 2020, en dépit d'être de la plénière, no va a afectar en absoluto a las reclamaciones por préstamos hipotecarios que están « sub iudice », ou en attente de lever, comme à la fin de l'entrée nous expliquons.

La Chambre civile plénière de la Cour suprême sur 10 Juillet 2020, avec aucune résolution 417/2020, a rejeté l'appel extraordinaire pour violation de procédure et l'appel interjeté par les emprunteurs,  après avoir considéré que la durée de l'action en nullité des quatre ans fixée dans l'article était écoulée 1301 CCivil, à partir du moment où ils ont appris le vrai contenu du contrat de prêt hypothécaire jusqu'au moment où ils ont intenté une action en justice.

Rappel des faits

D. Gines. Mlle.. Agustina et D. Heraclio sous contrat avec BANCO DE VALENCIA, S.A., un contrato de multidevises hypothécaire, par acte public le 4 Mai 2007. Ce contrat a été référencé en yens japonais.

La 28 Octobre 2011 ils ont signé un acte de modification de la novation du prêt hypothécaire. Tous les trois sont apparus comme des emprunteurs.

D. Gines. Mlle.. Agustina et D. Heraclio a déposé plainte le 19 Décembre 2014, contre CAIXABANK, S.A., demandant qu'il soit déclaré que D. Ginés et Dña. Agustina n'étaient pas des prêteurs hypothécaires, aussi bien que nullité partielle du prêt la novation, concernant le contenu lié à leur détermination en devises étrangères, par erreur-vice de consentement et il sera déclaré que le montant dû par D. Heraclio était le solde impayé du prêt référencé en euros et constitué du montant initialement prêté (400.000 €) et votre intérêt convenu dans ce cas (Euribor plus un point de pourcentage), moins les montants déjà payés pour cela en euros.

Et, deuxièmement, se déclarer le nullité totale du prêt hypothécaire et sa novation, par erreur de consentement, et CAIXABANK sera condamné, S.A., y a D. Héraclius à restaurer, réciproquement, les prestations reçues et l'annulation des garanties hypothécaires constituées en raison de l'absence de déclaration d'obligation garantie. »

Pour sa part, CAIXABANK, S.A., expiration présumée de l'action, que les trois étaient des emprunteurs et qu'il n'y avait pas d'erreur de consentement.

Primera Instancia

Le Tribunal de première instance n ° 45 Madrid a rendu son arrêt sur 20 Octobre 2016, rejetant la demande.

J'ai apprécié l'exception d'expiration parce que lorsque la poursuite a été déposée, plus de quatre ans s'étaient écoulés depuis que le plaignant avait pris connaissance, "Eh bien à cette date, la banque l'informe à la fois que les versements ont augmenté en raison de l'appréciation du yen par rapport à l'euro et que le montant en attente d'amortissement est supérieur au capital prêté. »

Cour provinciale

D. Gines. Mlle.. Agustina et D. Heraclio appel.

La 25e section du tribunal provincial de Madrid a statué sur 27 Juin 2017, considérant partiellement l'appel pour omission incohérence de la résolution émise en première instance, mais a rejeté ce D. Ginés et Dña. Agustina n'étaient pas emprunteurs du prêt hypothécaire. Entièrement confirmé dans le reste de la phrase.

Cour suprême

D. Gines. Mlle.. Agustina et D. Heraclio a déposé un recours extraordinaire pour violation de procédure et recours.

Sur recours extraordinaire pour violation procédurale ils alléguaient une violation des droits fondamentaux reconnus dans l'art. 24 CE. La raison a été rejetée.

Sur appel ils ont allégué les raisons suivantes:

Premier: violation de l'art. 1740 CCivil.

Segundo: art d'infraction. 1301 Doctrine civile et contradictoire des audiences provinciales le jour initial du calcul de la durée d'expiration des prêts multidevises.

La la première raison a été rejetée par la Chambre en considérant que:

«L'accord de prêt bancaire est généralement perfectionné par la délivrance d'un consentement par le prêteur et l'emprunteur ou les emprunteurs, et la remise ultérieure d'argent par le prêteur à l'emprunteur est un acte d'exécution., pas la perfection du contrat. »

Début du délai d'exercice du recours en annulation en raison d'un défaut de crédit hypothécaire en devises

La Chambre a évoqué la doctrine jurisprudentielle établie dans le STS 769/2014, de 12 Janvier 2015.

"Un prêt libellé en devises étrangères, même s'il n'est pas soumis à la réglementation boursière et, spécifiquement, au règlement MiFID, c'est un contrat qui présente une complexité particulière, donc la référence à une devise pour fixer le montant en euros des versements périodiques et du capital en attente d'amortissement, détermine non seulement la fluctuation de la tranche de prêt, ce qui peut être très important, mais aussi la possibilité que malgré le paiement de ces frais à temps, l'équivalent en euros du capital en attente d'amortissement par le client ne diminue pas, voire augmente même si un temps considérable s'est écoulé depuis le début du paiement des acomptes périodiques.

(...) la consommation du contrat, dans le seul but de déterminer le moment initial de la durée d'exercice de l'action en annulation du contrat par erreur ou intention, ne peut être établie avant que le client n'ait pu prendre connaissance des faits déterminants de l'existence de ladite erreur ou fraude. »

En fin de compte, para la Sala, D. Gines. Mlle.. Agustina et D. Heraclio a pris conscience du vrai contenu du contrat de prêt, lorsque la redevance mensuelle a dépassé 2.000 € et, la banque les a informés qu'ils devaient un capital en euros supérieur à ce qui leur avait été initialement remis. La réclamation a été déposée après les quatre ans réglementés dans l'art. 1301 CCivil, raison pour laquelle l'appel a été rejeté.

Conclusion

Dans un contrat de prêt hypothécaire multidevises, aux fins du début du délai d'exercice de l'action en nullité, le contrat ne peut être compris comme consommé avant que les emprunteurs aient pu connaître les faits déterminants de l'erreur. Se rige por el plazo de cuatro años del art. 1301 CCivil. Y el plazo comienza a correr cuando hay acuerdo de voluntades entre prestamista y prestatario, que se produce con la oferta vinculante o la firma de la escritura del préstamo.

¿Por qué la Sentencia no tiene relevancia frente a las reclamaciones de « prêts hypothécaires en devises multiples »?

Cependant, retomando nuestra tesis inicial, esta sentencia del Pleno, no va a tener trascendencia sobre los procedimientos sobre préstamos hipotecarios multidivisa que están en los tribunales, ni siquiera sobre los que estén pendientes de plantear. Y ello por los siguientes motivos.

 L'action qu'ils ont menée dans l'affaire

Si bajamos al detalle del caso que resuelve la STS de 10 Juillet 2020, se ejercitaban exclusivamente las acciones de anulación por error en el consentimiento (si bien principalmente una anulación parcial o subsidiariamente una acción de nulidad total del préstamo).    No habían ejercitado la acción de nulidad por falta de transparencia del clausulado multidivisa.

 Les tribunaux ne considèrent pas le recours en annulation comme une erreur

Desde la STS del Pleno de 15 Novembre 2017, la doctrina del Alto Tribunal es que el cauce para la reclamación es la nulidad del clausulado multidivisa por falta de transparencia, pero no la anulación por error en el consentimiento. Las reclamaciones que ejercitan exclusivamente acciones por error en el consentimiento son sistemáticamente desestimadas por los tribunales. Así que en el caso de las STS de 10 Juillet 2020, si no se hubiese estimado la caducidad se habría desestimado la acción de anulabilidad por vicio del consentimiento.

 L'action en nullité pour manque de transparence est radicale et imprescriptible

Salvo reclamaciones anteriores a la STS de 15 Novembre 2017, la inmensa mayoría de los procedimientos sobre « prêts hypothécaires en devises multiples » ejercitan la nulidad por falta de transparencia del clausulado multidivisa. Se trata de nulidad de condiciones generales de la contratación que es radical, absolu, plena e imprescriptible: No caduca nunca. Así que por mucho que se empeñen los letrados que defienden a las entidades financieras, las reclamaciones de préstamos hipotecarios multidivisa en las que se ejercita la acción de nulidad por falta de transparencia, no están caducadas y no lo estarán nunca. Y las que se planteen en el futuro por el mismo cauce, tampoco habrán caducado, independientemente de su fecha.

Consultez votre cas maintenant

Laisser un commentaire

Langue


Defini comme langue par défaut
 Modifier la traduction


Abonnez-vous pour recevoir un fichier PDF livre


Juste pour vous inscrire recevoir par e-mail le lien pour télécharger le livre "Comment changer d'avocat" sous forme numérique.
Inscrivez-vous ici

Sígueme en Twitter



M'abonner

* Ce champs est obligatoire