Comment perdre une réclamation pour responsabilité des administrateurs d'entreprise?

abogado responsabilidad administradores

3 Points pertinents dans une demande de responsabilité des administrateurs pour dettes d'entreprise

 

  Consultez votre cas gratuitement maintenant

La revendication de la responsabilité des administrateurs de l'entreprise c'est une façon d'essayer de recouvrer des dettes. Cependant, Ce n’est pas une route facile. Dans cette entrée, nous passons en revue les principaux écueils qui se posent dans ce type de procédure, suite à la sentence de la chambre 15 de la Cour provinciale de Barcelone de 22 Septembre 2020 (Res. Non. 1958/2020).

Des sociétés commerciales ont été créées pour permettre la création d'un patrimoine distinct et éviter que la faillite de l'entreprise n'endommage les actifs individuels des associés. À partir de cette base, pour le succès des réclamations en responsabilité des administrateurs, le lien de causalité du dommage doit être prouvé et les tribunaux exigent un effort argumentatif de la part du plaignant.

Rappel des faits

MILLENIUM et EUROMAQ ont signé une police d'assurance garantissant toutes les dettes douanières et fiscales encourues par EUROMAQ.

Le premier payé à l'AEAT 73.000 € le 26 Septembre 2012.

MILLENIUM a intenté une action en rachat contre EUROMAQ. Le recouvrement n'a pas pu être rendu effectif car EUROMAQ a abandonné son siège social et a disparu de facto.

Alors Millennium a poursuivi D. Jesus Manuel et D. Pierre Jésus, en tant qu'administrateurs d'EUROMAQ, l'exercice action en responsabilité pour dettes d'art. 367 LSC, considérant qu'ils ont manqué à l'obligation de dissolution de la société lorsqu'il y avait un motif de dissolution, que le procès était lié à la situation d'insolvabilité de la société dont ils étaient administrateurs et au fait qu'ils n'avaient pas demandé la faillite. Ils ont également exercé le action en dommages-intérêts d'art. 241 LSC pour avoir manqué à leurs devoirs d'administrateur, causant des dommages équivalents au montant que Millenium a dû payer à l'administration fiscale.

Primera Instancia

Le Tribunal de Commerce nº 8 Barcelone a rendu son arrêt sur 14 Octobre 2019, rejetant la réclamation déposée par MILLENNIUM INSURANCE COMPANY LIMITED. Acquitté D. Jesus Manuel et D. Pierre Jésus.

La Cour a estimé qu'en ce qui concerne l'action de responsabilité de l'article 367 LCC, n'a pas identifié la cause de la dissolution et concernant la responsabilité pour les dommages de l'article 241, les hypothèses requises par la loi et la jurisprudence ne se sont pas réunies.

Cour provinciale

MILLENNIUM INSURANCE COMPANY LIMITED a interjeté appel.

Responsabilité des administrateurs ex art. 367 LSC

La rédaction de l'article 367 LSC ne spécifie pas la production de dommages ou l'existence d'un lien de causalité. Il suffit que la société encourt une cause impérative de dissolution et que l'administrateur, violer leur obligation légale, ne convoquez pas de réunion pour dissoudre l'entreprise dans les deux mois. Dans ce cas, les administrateurs seront responsables des obligations sociales postérieures à la survenance de la cause légale de dissolution. Et c'est présumé, sauf preuve du contraire, que les obligations réclamées sont datées après la cause de la dissolution.

Pour que l'action en responsabilité prospère, les conditions suivantes doivent être remplies:

“a) que l'existence d'une dette due par la société et en faveur du créancier demandeur est prouvée;

b) qu'il soit prouvé que, moins, Deux mois avant le dépôt de la réclamation, la cause impérative de la dissolution était manifestée et l'administrateur devait être connu;

c) que l'administrateur défendeur l'était au moment de la cause de dissolution et pendant les deux mois suivants;

d) que l'administrateur laisse ce délai s'écouler sans convoquer une assemblée générale pour convenir de la dissolution ou supprimer la cause; et

et) avec la faveur de la présomption indiquée, que l'obligation ou la créance réclamée a été contractée ou est née après la survenance de la cause de dissolution. "

Si la cause de la dissolution n'est pas correctement identifiée, l'action sera rejetée. Vous devez aller à causes de dissolution envisagées dans l'article 363 le LSC Que fils « valeur marchande ».   Recordemos que ces causes n'incluent pas une situation d'insolvabilité qui pourrait nécessiter une procédure de faillite.

Et à cet égard, il est important de faire la qualification suivante:  Le moyen de 367 LSC nous permet de revendiquer les dettes générées après l'existence de la cause de dissolution.  Si nous alléguons la fermeture de facto (le « persianazo ») comme cause de dissolution, que indirectamente permite intuir que se « cesa en el ejercicio de la actividad que constituye el objeto social », nécessairement, la dette serait plus tôt: la dette aurait pris naissance avant la cause de la dissolution. On ne pouvait pas le réclamer de cette façon.

Responsabilité pour les dommages d'art. 241 LSC

La Chambre a exigé que trois conditions soient indispensables pour que l'action réussisse:

“a) un acte de négligence imputable à l'administrateur;

b) que le dommage en est dérivé pour le créancier ou le partenaire; et

c) qu'il existe un lien précis et direct entre l'acte illicite et le dommage réclamé, à savoir, lien de causalité. "

Aussi, a évoqué l'arrêt de la Cour suprême de 13 Juillet 2016, qui obligeait le demandeur:

«Il doit y avoir une violation plus claire d'une obligation légale à laquelle le non-paiement de la dette sociale peut être directement lié.

(….) faire un effort argumentatif dans la réclamation, à partir de laquelle il est possible d'attribuer au défendeur la charge de prouver l'absence d'un tel lien de causalité.

(….) il n'est pas possible de recourir indistinctement à la voie de la responsabilité individuelle des administrateurs pour toute rupture contractuelle "

Pour le Conseil, EUROMAQ cesó en su actividad, se limiter à présenter de l'art. 5 LC, sans faire la déclaration de concours, la société n'a donc pas été liquidée de manière ordonnée. Cependant, MILLENIUM n'a pas fait l'effort argumentatif requis par la jurisprudence, et es el demandante el que debe acreditar la existencia de nexo causal entre los incumplimientos legales y el daño.  Spécifiquement, apunta a que no constaba que Euromaq dispusiera de bienes que hubieran permitido el cobro de la deuda si se hubiera liquidado ordenadamente la sociedad.

La Chambre a également rejeté ce motif.

Conclusion

La « persianazo »,  « cerrojazo » le « cierre de facto » de la empresa no conlleva necesariamente la responsabilidad de los administradores.

1.- Se deben computar los tiempos para comprobar si ha habido prescripción.

2.- En la vía del artículo 367 LSC, debe demostrarse la existencia de alguna de las causas del artículo 363 LSC y solo se pueden reclamar las deudas nacidas con posterioridad a la aparición de dicha causa.

3.- Si se pretende la acción del artículo 241 LSC, el demandante debe demostrar la existencia del acto negligente por el administrador, el daño sufrido por el acreedor, et surtout, la existencia de causalidad, à savoir, que se habría podido cobrar de no existir dicho ilícito.

El déficit en cualquiera de dichas exigencias, probablemente conducirá a la desestimación. Por ello es recomendable que se asesore con un abogado experto en responsabilidad de los administradores societarios.

  Consultez votre cas gratuitement maintenant

Laisser un commentaire

Langue


Defini comme langue par défaut
 Modifier la traduction


Abonnez-vous pour recevoir un fichier PDF livre


Juste pour vous inscrire recevoir par e-mail le lien pour télécharger le livre "Comment changer d'avocat" sous forme numérique.
Inscrivez-vous ici

Sígueme en Twitter



M'abonner

* Ce champs est obligatoire