Le conjoint garant a-t-il le statut de consommateur?

anular fianza

 

Le garant n'agit pas en tant que consommateur comme lorsqu'il est marié dans la communauté et que son conjoint exerce une activité professionnelle ou commerciale

  Consultez votre cas gratuitement maintenant

La pertinence de la question est que si le garant se considère comme un consommateur, Votre garantie sur un prêt pourrait être annulée en raison d'un manque de transparence et d'abus.

Cependant, si vous n'avez pas le statut de consommateur, il ne pourra pas le faire.

Dans le cas où les époux auraient pour régime économique celui de la propriété communautaire, si l'un d'entre eux est entrepreneur et qu'une dette d'entreprise est garantie,  l'autre n'aura pas le statut de consommateur qui lui permettrait de demander l'annulation de la caution. Même s'il n'a pas signé le prêt en tant que co-garant, al haberlo hecho el « cónyuge-empresario »,  répond la communauté de propriété.

La chambre civile de la Cour suprême a résolu l'un de ces cas en condamnation 28 Mai 2020, avec la Résolution n ° 203/2020. Rejeté l'appel interjeté par D. Maximino et Mrs.. Lorena contre la condamnation prononcée par la section 1 du tribunal provincial de Pontevedra. Il considérait que Mme.. Lorraine Je n'avais pas la qualité d'un consommateur, et, donc, ils ne pouvaient pas prétendre qu'ils existaient dans le contrat de prêt signé avec Banco Santander, les clauses abusives, en ce sens que, Dans les contrats avec des adhérents professionnels, les contrôles de transparence et d'abus du LCGC ne peuvent pas être effectués.

Rappel des faits

La 27 Septembre 2007, entre Banco Santander et Canteria Oviedo, S.L.U., un accord de prêt immobilier a été signé, qui a été novée le 15 Juin 2011. D. Maximino et Mrs.. Lorena était garante de la solidarité. Ils se sont mariés en communauté. Aussi, D. Maximino était le seul partenaire de cette entreprise.

Cantería Oviedo, S.L.U. arrêté de payer le prêt, et Banco Santander ont intenté un procès ordinaire le 24 Septembre 2015 contre D. Maximino et Mrs.. Lorraine.

Primera Instancia

Le Tribunal de première instance et l'instruction n ° 1 de O Porriño a condamné le 30 Décembre 2016. Il a confirmé la demande et condamné D. Maximino et Mrs.. Lorena paiera solidairement le montant de 70.000 €, plus les intérêts moratoires convenus dans l'acte de novation du prêt hypothécaire.

La Cour a estimé qu'ils n'avaient pas la qualité de consommateurs, afin qu'ils ne puissent pas prétendre que le prêt contenait des clauses abusives.

Cour provinciale

D. Maximino et Mrs.. Lorena a interjeté appel.

La 1ère section du tribunal provincial de Pontevedra a rendu une décision 25 Mai 2017, rejetant l'appel. Il considérait que Mme.. Lorena n'était pas une consommatrice parce qu'elle n'était pas étrangère à l'entreprise du prêt car elle était mariée dans la propriété communautaire à D. Maximino, partenaire unique de la société commerciale.

Cour suprême

D. Maximino et Mrs.. Lorena a interjeté appel. Ils ont allégué qu'il y avait eu violation du articles 3 TRLGCU et 2, 5, 7 et 8 la LCGC, par rapport à la ATJUE de 19 Novembre 2015.  Aussi, Mlle.. Lorena avait la qualité d'une consommatrice car elle n'avait jamais exercé d'activité commerciale malgré le fait que dans le prêt hypothécaire elle était co-caution.

La chambre civile de la Cour suprême a rejeté l'appel, parce qu'il a conclu que Mme. Lorena n'avait pas le statut juridique de consommateur, pour être copropriétaire du capital social de Cantería Oviedo, S.L.U., être marié en communauté.

Elevée la STS 594/2017 de 7 Novembre, qui a dit que << La jurisprudence a établi le lien entre les biens communs et la dette contractée par l'un des époux au moyen d'une garantie ou d'une caution (comment était le cas), Lorsque cette activité légale est due au trafic ordinaire du commerce ou de l'activité commerciale à partir de laquelle l'économie familiale est nourrie et à l'exercice duquel le consentement exprès ou tacite a été donné par l'autre conjoint qui n'approuve ni ne garantit (phrases 868/2001, de 28 Septembre; 620/2005, de 15 Juillet; et 572/2008, de 12 Juin; parmi d'autres)".

La articles 6 et 7 del CCom établir que "Dans le cas des affaires d'une personne mariée, Les biens du conjoint qui l'exerce et ceux acquis par ces résultats sont liés par les résultats de ceux-ci., pouvoir vendre et hypothéquer l'un et l'autre. Pour que les autres biens communs soient liés, le consentement des deux époux sera nécessaire.. (...) Le consentement mentionné dans le article précédent lorsque le commerce est effectué en connaissance de cause et sans opposition expresse du conjoint qui doit le fournir. "

Et article 1365 CCivil Etats "La propriété communautaire répondra directement au créancier des dettes contractées par un conjoint: (...) Dans l'exercice ordinaire de la profession, l'art ou le commerce ou dans l'administration ordinaire de ses biens. Si l'un des conjoints était un commerçant, les dispositions du Code de commerce seront respectées. "

Conclusion

La condition de consommateur n'est pas indiquée lorsque la société emprunteuse est une entreprise individuelle et que le partenaire unique et son conjoint sont mariés en régime de propriété communautaire., puisque le conjoint est copropriétaire du capital-actions de la société commerciale débitrice. Même si vous n'avez pas signé le prêt en tant que co-garant, en en ayant fait l'unique partenaire, responsable solidairement de la caution de ce, Ne pas pouvoir prétendre à l'aliénation à l'objet commercial du prêt qui exclurait le lien fonctionnel et permettrait de reconnaître le statut juridique du consommateur.

  Consultez votre cas gratuitement maintenant

 

Laisser un commentaire

Langue


Defini comme langue par défaut
 Modifier la traduction


Abonnez-vous pour recevoir un fichier PDF livre


Juste pour vous inscrire recevoir par e-mail le lien pour télécharger le livre "Comment changer d'avocat" sous forme numérique.
Inscrivez-vous ici

Sígueme en Twitter



M'abonner

* Ce champs est obligatoire