Contrato de Agencia: sans objectifs il n'y a pas de brèche

contrato de agencia

 

Une baisse des ventes est-elle suffisante pour mettre fin à un contrat d'agence?

 

  Consultez votre cas gratuitement maintenant

Afin de résoudre le contrat d'agence pour rupture d'agent, l'entreprise doit prouver que l'agent a agi injustement et contre la bonne foi. Il ne suffit pas de revendiquer une baisse des ventes, pour éviter d'être condamné à payer compensation pour la clientèle.  Si le contrat d'agence ne comprend pas Objectifs de vente, la société peut avoir une mauvaise surprise lorsque le contrat est résilié.

Dans cet article, nous passons en revue la récente décision du Section 1 de la Cour provinciale de Gérone de 18 Mai 2020 (Resolución 511/2020),  qui a partiellement accueilli le recours formé par ESPADRILLES BANYOLES S.L., condamnant l'appelant à payer 1.800.000 € de commissions courues et impayées et le paiement de 600.000 € de compensation pour les clients à D. Arthur, confirmer la condamnation portée en appel pour tout le reste, après la résiliation du contrat d'agence.

Rappel des faits

Entre ESPADRILLES BANYOLES S.L., y D. Arturo a signé un contrat d'agence le 15 Juillet 2012, pour la vente de chaussures et sacs de la marque "Castañer".

À travers trois lettres, de 14 Janvier, 11 Avril 1 Juillet 2016, ESPADRILLES BANYOLES S.L., a résilié le contrat d'agence pour rupture contractuelle de D. Arthur. Dans ces lettres, justifié la résolution de la même.

D. Arturo a intenté une action en justice contre ESPADRILLES BANYOLES S.L.. A demandé l'exécution du contrat d'agence, donnant droit au montant de 1.822.405,80 € pour la notion de commissions courues et non perçues et l'indemnité de résiliation du contrat consistant en 1.126,96 € à titre d'indemnité pour défaut de préavis de quatre jours et 605.208,74 € compensation pour les clients.

Primera Instancia

Le Tribunal de première instance n ° 5 de Gérone a condamné le 30 Avril 2019, l'estimation de la demande de pièce déposée par D. Arthur. Condamné ESPADRILLES BANYOLES S.L., s'avérer 605.285,74 € en concepto de indemnización por clientela, 1.126,96 € à titre d'indemnité pour défaut de préavis de quatre jours et 1.822.405,80 € pour les commissions accumulées et non perçues, en plus des intérêts au taux d'intérêt légal de l'argent.

Cour provinciale

ESPADRILLES BANYOLES S.L., interpuso recurso de apelación.

Prescription présumée de réclamations pour commissions accumulées et non perçues, irrecevabilité de ladite réclamation, la brèche par D. Arturo qui a justifié la résiliation du contrat et contesté le montant de l'indemnisation des clients.

Résiliation du contrat d'agence

ESPADRILLES BANYOLES S.L., justifié dans les lettres de résiliation du contrat qu'il a été résolu par rupture contractuelle par D. Arthur, en raison d'une baisse du chiffre d'affaires en Italie.

Cependant, section considéré dans le contrat d'agence il n'y avait pas de clause sur le nombre de ventes, visites clients, augmentation de la clientèle, etc, ne pas pouvoir être considéré comme une cause de rupture contractuelle perte de clientèle. Il était impensable de penser que D. Arturo a produit la baisse des ventes, lorsque votre rémunération ou vos commissions dépendaient des ventes que vous avez réalisées.

Pour cette, après avoir fait référence à art. 9 LCA, Indien:

"La baisse des ventes ne génère pas en soi de non-conformité, même pas, bien qu'une telle diminution soit imputable à l'agent pour avoir mené une politique de gestion incorrecte d'un point de vue commercial. (...) Il ne suffit pas d'attribuer une diminution des ventes à l'agent en raison d'une mauvaise gestion commerciale, mais il devrait être imputé, le de avoir agi injustement et contre la bonne foi. L'agent doit agir avec la diligence d'un entrepreneur ordonné dans la promotion des produits de l'entrepreneur et doit suivre une série d'instructions raisonnables, mais il maintient son autonomie. "

pour la section il n'a pas été prouvé que D. Arturo a rompu le contrat d'agence, car une baisse des ventes n'impliquait pas un défaut, ainsi que d'avoir refusé de visiter tous les clients. En fait, D. Arturo a présenté plusieurs rapports sur les causes qui pourraient influencer la baisse des ventes. Dans ce cas,, était chez ESPADRILLES BANYOLES S.L., qui était chargé de prouver que la visite des clients était l'instrument essentiel pour maintenir ou augmenter les clients.

Réclamation pour commissions impayées

Cette raison a été rejetée par la section, pues en la sentencia dictada en primera instancia, se analizó de forma minuciosa la prueba practicada, llegando a la conclusión de que existieron comisiones que, debiendo haber sido pagadas, no lo fueron. Se rechazaron ciertas cantidades, como las comisiones por pedidos no enviados o por ventas no percibidas, o por las ventas en un outlet. El Juzgado se basó no solo en la prueba pericial aportada por la parte demandante, sino también en la testifical de Dña. Adelina.

No se invirtió la carga de la prueba, pues la pericial presentada se centró en demostrar que no se le habían pagado las comisiones a las que tenía derecho. Que la parte recurrente no estuviera de acuerdo con la prueba, no significó una alteración de la carga de la prueba.

Ordonnance

La parte recurrente alegó prescripción de las comisiones no percibidas con anterioridad al 20 Avril 2014, en base a los arts. 121-123 CCivil.

De l'autre côté, también trajo a colación para fundar su recurso, que según el art. 15.2 LCA, qui dit que “El agente tendrá derecho a exigir la exhibición de la contabilidad del empresario en los particulares necesarios para verificar todo lo relativo a las comisiones que le correspondan y en la forma prevenida en el Code de commerce. Également, tendrá derecho a que se le proporcionen las informaciones de que disponga el empresario y que sean necesarias para verificar su cuantía.”

pour la section,  resultaba extraño que ahora la parte recurrente alegara que D. Arturo podía haber solicitado en su momento dicha documentación, cuando extraprocesalmente se pidieron para otros asuntos, y ESPADRILLES BANYOLES S.L., se negó, por lo tampoco admitió este motivo. El cómputo del plazo no empezaba a contar hasta que el demandante no fuese conocedora de la información para su reclamación.

Compensation pour les clients

La parte recurrente solicitó que se rebajara la cuantía fijada en primera instancia porque consideró improcedente incluir las comisiones devengadas de ventas de clientes perdidos.

Cependant, section considéré, “podría aceptarse una reducción equitativa de la indemnización si la pérdida de clientela y de ingresos fuera imputable exclusivamente al agente, pero no quedó suficientemente acreditado.”

Estableció la cuantía en 603.000 €.

Conclusion

Es obligación del agente actuar en el ejercicio de su actividad profesional de forma leal y de buena fe, avec la diligence d'un homme d'affaires ordonné. Cependant, une diminution des ventes n'est pas une raison suffisante pour résilier le contrat pour rupture de contrat. L'incertitude des objectifs de vente dans le contrat est bénéfique pour l'agent et préjudiciable à l'entreprise.

 

  Consultez votre cas gratuitement maintenant

Laisser un commentaire

Langue


Defini comme langue par défaut
 Modifier la traduction


Abonnez-vous pour recevoir un fichier PDF livre


Juste pour vous inscrire recevoir par e-mail le lien pour télécharger le livre "Comment changer d'avocat" sous forme numérique.
Inscrivez-vous ici

Sígueme en Twitter



M'abonner

* Ce champs est obligatoire