Contrat d'assurance et procédure de quantification des dommages

Seguro de incendio

 

Comment l'article est-il appliqué 38 de la loi sur les contrats d'assurance pour quantifier les dommages subis lors d'un incendie?

 Consultez votre cas gratuitement maintenant

Quand un incendie se déclare, l'un des problèmes qui génère le plus de litiges devant les tribunaux est la quantification du dommage. Article 38 LCS réglemente une procédure extrajudiciaire qui a pour but de faciliter le règlement de la réclamation le plus rapidement possible lorsque les parties sont en désaccord sur la quantification économique des dommages qui en découlent..

Cette procédure est impérative et a des délais courts. De plus, son application soulève des doutes. Dans cet article, nous examinons l'un de ces cas résolus par le La section 1 de la Cour provinciale de León en statuant sur 28 Juillet 2020, avec aucune résolution 490/2020. Il a accueilli l'appel interjeté par Mme.. Ofelia contre la condamnation prononcée en première instance par non. 2 de Ponferrada. Il a condamné REALE SEGURO GENERAL, S.Un. (ci-après, RÉEL), condamnée à payer à Mme. Ophélie, 17.939,41 € à titre d'indemnité pour la production de la créance, augmenté avec les intérêts prévus dans l'art. 20 LCS, qui s'est accumulée à partir de la date à laquelle le rapport d'expert est devenu définitif.

Rappel des faits

À l'endroit que Dña avait assuré. Ophélie, il y avait un incendie. Comme REALE ne voulait pas payer le montant assuré après le sinistre, Mlle.. Ofelia a déposé une plainte, exercer l'action de réclamation de montant, pour l'assurance multirisque que j'avais contractée avec REALE. Il a présenté à titre d'appréciation du dommage un rapport d'expertise établi conformément aux dispositions de l'art. 38 LCS.

Primera Instancia

Le Tribunal de première instance n ° 2 Ponferrada a condamné le 31 Janvier 2020, rejetant le procès intenté par Dña. Ofelia contre REAL.

La Cour a estimé que les dispositions de l'art. 38 LCS, bien ça existait écart entre l'assureur et l'assuré, pas seulement dans le montant de l'indemnisation, mais aussi dans la couverture de la police. Aussi, La Cour a conclu que la communication faite par Mme. Ophélie avec REALE était de mauvaise foi.

Cour provinciale

Mlle.. Ofelia a fait appel.

Procédure d'article 38 LCS

Pour résoudre le contenu et l'interprétation de l'art. 38 LCS, la Cour a évoqué la jurisprudence établissant la nature et la portée de la procédure extrajudiciaire établie dans ledit précepte.

D'un côté, le STS 14 Septembre 2016, avec aucune résolution 536/2016, citant les STS de 25 Juin 2007, a conclu que "(...) le but que la loi attribue à la procédure établie dans le précepte, (...) est de faciliter le règlement de la réclamation le plus rapidement possible lorsque les parties (...) Pas d'accord sur la quantification économique des dommages qui en découlent, articuler, en fonction de cet objectif, une procédure impérative pour les justiciables, Bien que ce trait impératif disparaisse lorsque l'écart ne se concentre pas uniquement sur la quantification, comme cela se produit dans les cas où l'assureur n'est pas d'accord avec le fond de la réclamation, pour remettre en question l'existence même du sinistre, votre couverture par la police d'assurance, ou d'autres circonstances susceptibles d'influencer son lien de causalité ou le résultat ".

(...) « el procedimiento previsto en el art. 38 LCS Il s'agit d'une procédure extrajudiciaire de règlement du dommage visant à parvenir à un accord sur le montant et la forme de l'indemnisation et non à résoudre des questions sur les causes du dommage et l'interprétation du contrat. (...)" (STS 197/2010, de 5 Avril).

Rapport d'expert du défi

Aussi, Il a également établi que le rapport d'expert pouvait être contesté, être une entreprise légale, pour les causes générales de nullité établies dans le arts. 1265 et suivi du CCivil. Cet avis serait contraignant si a acquis la fermeté pour ne pas avoir été contestée dans les délais légalement établis dans un tel précepte.

Même si, après l'analyse de la doctrine et de la jurisprudence, la Chambre a conclu que l'art. 38 LCS il a suivi que, lorsqu'elle n'a pas été contestée dans le délai légalement établi, la concordance de divergences dans la portée de la couverture de la politique pourrait être soulevée dans la phase judiciaire et que, Il pourrait être discuté au-delà du montant de l'indemnisation.

Il estime que la Chambre, car la compagnie d'assurance n'a pas contesté l'expertise dans les délais légalement établis par l'art. 38 LCS, ne pouvait pas en phase judiciaire faire valoir une mauvaise utilisation de la procédure, non seulement la date limite de nomination d'un deuxième expert, mais il n'a pas non plus contesté le rapport d'expert préparé par Mme. Ophélie.

Désaccord sur la portée et la couverture de la police

Après avoir évalué si le désaccord sur la couverture de la police avait déjà été soulevé lors des premières conversations entre les parties, La Chambre a conclu que les questions sans rapport avec le montant de l'indemnisation n'étaient pas clairement précisées, ni dans l'existence de la réclamation ou l'interprétation de la police. Donc, les dispositions de l'art. 38 LCS. Le fait que la situation de sous-assurance ait été évoquée ne justifierait pas non plus l'invalidité de la procédure de ladite disposition, car il s'agissait strictement de somme d'indemnisation. Tout écart aurait dû être allégué lors de la phase de contestation du rapport d'expert.

Mauvaise foi de l'assuré lors de la communication avec l'entreprise par l'intermédiaire du médiateur

Quand l'accident s'est produit, et Dña. Ofelia a reçu le montant d'indemnisation que REALE a jugé correct, Mlle.. Ofelia a désigné un expert et l'a communiqué au médiateur en assurance.

Dans le premier cas, On a considéré que Mme.. Ofelia n'avait pas effectué correctement la procédure de l'art. 38 LCS par communication via le médiateur en assurance.

Cependant, la Chambre a évoqué l'art. 12.1 de la loi sur la médiation en assurance, qui a déclaré que "Les communications que le preneur d'assurance fait à l'agent d'assurance qui sert d'intermédiaire ou qui a négocié dans le contrat auront les mêmes effets que si elles avaient été faites directement à la compagnie d'assurance."

Donc, il n'y avait pas de mauvaise foi de la part de Mrs.. Ophélie.

Conclusion

Article 38 LCS réglemente une procédure extrajudiciaire qui a pour but de faciliter le règlement de la réclamation le plus rapidement possible lorsque les parties sont en désaccord sur la quantification économique des dommages qui en découlent., visant à parvenir à un accord sur le montant et la forme de l'indemnisation et à ne pas résoudre les questions sur les causes de la perte et l'interprétation du contrat. S'il n'y a aucun doute sur les causes du sinistre et la couverture de la police, la procédure d'article 38 LCS est impératif.

 Consultez votre cas gratuitement maintenant

 

Laisser un commentaire

Langue


Defini comme langue par défaut
 Modifier la traduction


Abonnez-vous pour recevoir un fichier PDF livre


Juste pour vous inscrire recevoir par e-mail le lien pour télécharger le livre "Comment changer d'avocat" sous forme numérique.
Inscrivez-vous ici

Sígueme en Twitter



M'abonner

* Ce champs est obligatoire