Questionnaire de santé et d'assurance-vie à Barcelone

Seguro vida Barcelona

 

En embauchant une assurance-vie, l'entreprise doit présenter une assurance maladie complète et sans ambiguïté

 Consultez votre cas maintenant

Si le questionnaire de santé est ambiguë ou incomplète, indemnisera à moins qu'il ne prouve l'existence d'une fraude ou de négligence grave.

Le preneur d'assurance doit répondre honnêtement et avec diligence au questionnaire de santé présenté par la compagnie d'assurance. Si cela ne présente ou est incomplète, Il est l'assureur qui assume les conséquences.

L'article 1 de la Cour provinciale de Barcelone, dans l'affaire 22 Juillet 2019 numéro de résolution 481/2019 Il a résolu le différend entre une personne et la compagnie d'assurance avec laquelle elle avait signé une vie politique d'assurance et d'invalidité. Alors, déclaré invalide garanti, l'assureur a refusé de verser une indemnité au motif qui ont répondu au questionnaire se cachaient les pathologies déterminants de fait. Finalement, la Cour a statué en faveur de l'assuré.

Rappel des faits

En 2003  Mlle.. Maria Esther a signé une assurance-vie individuelle avec OCASO commerciale S.Un.

Cette politique a porté sur la contingence principale de la mort et plus, inter, et invalidité permanente assuré absolue. Le capital garanti est 30.000 d'euros.

par phrase 4 Novembre 2010 Cour supérieure Dña. Maria Esther a été déclarée en situation de incapacité permanente et absolue pour tous les travaux.

Sur 25 Juin 2012 Mlle.. Maria Esther a informé l'assureur de la demande et a demandé le paiement du capital garanti.

La 9 Avril 2013 l'assureur a répondu en rejetant sa demande inexactitude des déclarations du preneur d'assurance dans le questionnaire de demande d'assurance.

Mlle.. Maria Esther a intenté un procès contre l'assureur OCASO. Il a allégué que, à la date de l'assurance d'exécution n'a pas souffert d'aucune maladie. Il a souligné que l'invalidité reconnue a une blessure cause clinique. Principalement dans une fibromyalgie diagnostiquée entre 2005 et 2006 (ans après la signature de la politique).

Le procès d'assurance a contesté et soutenu:

  • exception de fraude Il a nié parce que le demandeur avait souffert des troubles du système nerveux, faible sur 15 jours, prendre des médicaments et subir un trouble psychologique.
  • Et le droit Inaction parce qu'il a subi une dissimulation de pathologies qui a causé l'invalidité du contrat.
  • La matérialisation du risque n'a pas été causé par la résolution de l'INSS, mais à cause de la souffrance de toute couverture susceptible de maladie.
  • L'existence de la mauvaise foi et la fraude.

Primera Instancia

La 26 Mars 2017 le Tribunal de première instance n ° 2 à Mollet del Valles a rendu un jugement rejetant la plainte déposée en pleine.

Le juge a apprécié l'accord de fraude dans les réponses données par le preneur d'assurance au questionnaire afin que "les réponses fournies par le demandeur ne sont pas conformes à la vérité et consciemment réduit au silence les principales maladies pour votre santé et au moment de la conclusion de l'assurance que vous étiez bien connu et a dû être exprimé à l'assurance, car il est certain Ils ont influencé l'évaluation des risques".

Cour provinciale

contre jugement, le demandeur a déposé un recours fondé sur les motifs suivants:

1.- appréciation erronée de la preuve. Le demandeur était actif à la professionnellement date de l'assurance. Et, pathologies pour lesquelles a été déclarée en invalidité ont été diagnostiqués après la signature de l'assurance.

2.- application erronée et l'interprétation de la jurisprudence de la Cour suprême concernant les articles 10 et 89 LCS. En effet, le questionnaire de santé qui lui a été présenté était imprécis. Spécifiquement, section 8 f) in fine il a fait référence à "toute autre maladie ". En outre, il contient aucune mention de troubles psychiatriques.

La 22 Juillet 2019 L'article 1 de la Cour provinciale de Barcelone a rendu un arrêt confirmant l'appel.

La Cour a fait référence à l'art. 10 Droit des contrats d'assurance (LCS) qui a déterminé que "Taker devoir de déclarer toutes les questions qui peuvent avoir une incidence sur l'évaluation du risque est soumise au questionnaire à soumettre et ne dépend pas de sa propre volonté autonome".

Alors, cités décisions antérieures qui se sont développées cette disposition.

Les STS 8 Novembre 2007 a noté que, "Article. 10, au lieu de concevoir un plan général et abstrait les limites du devoir du preneur d'assurance de déclarer toutes les circonstances connues de lui qui peuvent influer sur l'évaluation des risques, a limité ce devoir limiter la réponse au questionnaire soumis vous assurer la. pas un devoir spontané ou indépendant du preneur d'assurance, mais le devoir de répondre à un questionnaire et apparaît".

Les STS 4 Janvier 2008 empiété sur la même idée en déclarant que "le respect des obligations de déclaration imposées à l'assuré doit être évalué par rapport à ... l'objet du contrat et la degré de clarté et de précision du questionnaire soumis à ce".

Les STS 16 Mars 2016 et 4 Décembre 2014, a ajouté que "Article 10 de la Ley de Contrato de Seguro… ha concebido plus d'une déclaration de service, un deber de contestación o respuesta del tomador de lo que se le pregunta por el asegurador, ya que éste…debe preguntar al contratante aquellos datos que estime oportunos”.

La más reciente STS de 7 Février 2019 señalaba que “…lo que la sala debe examinar es si el tipo de preguntas que se le hicieron le permitieron ser consciente de que, en ne mentionnant pas leurs pathologies, Je me cachais des données pertinentes pour une évaluation précise du risque".

Donc, concluyó la Audiencia que la obligación del tomador de contestar el cuestionario quedaba centrada y delimitada a los términos propios del cuestionario y a su misma existencia.

Par conséquent, para que la aseguradora quedara liberada del pago de la prestación era necesario que el cuestionario se hubiera rellenado inadecuadamente por dolo o culpa grave del asegurado. Lo que excluía las situaciones de errores leves o de imprecisiones sin malicia ni desidia grave.

La Cour a cité les STS 30 Mai 2018 en la que el asegurado era un médico psiquiatra y en cuya actuación el Alto Tribunal no apreció dolo o culpa grave. Alors, según la sentencia se preguntó al asegurado “de forma meramente genérica si había padecido o padecía en ese momento cualquier enfermedad o intervención que además fuera <<exceptionnel>>…adjetivo que…está dotado de un matiz de subjetividad que no puede operar en perjuicio del asegurado...".

Y concluyó contundentemente la sentencia que “…la falta de concreción del cuestionario debe operar en contra del asegurador, pues a este incumben las consecuencias de la presentación de una declaración o cuestionario de salud excesivamente ambiguo o genérico, ya que el art. 10 LCS, en su párrafo primero, exonera al tomador-asegurador de su deber de declarar el riesgo tanto en los casos de falta de cuestionario cuanto en los casos…en que el cuestionario sea tan genérico... ".

Puis, la Audiencia entró a analizar si el 14 Octobre 2003 quand Dña. María Esther suscribió el cuestionario de salud debió manifestar la dolencia que posteriormente determinó su invalidez.

El informe médico del INSS del día 25 Novembre 2008 refería antecedentes patológicos de fibromialgia. Pero la fibromialgia aparecía reseñada por primera vez en el añ0 2005 y el servicio de reumatología refería haberla tratado desde el año 2006, no antes.

Donc, cuando se cumplimentó el cuestionario por Dña. María Esther esta no había sido diagnosticada de fibromialgia, resultando inadmisible para la Audiencia que se pretendiera vincular sus dolencias con la presencia del “dolor crónico” del que fue diagnosticado en el año 2003.

Sobre el cuestionario de salud, la Audiencia determinó que las preguntas que este contenía no permitían que la aseguradora se representara la necesidad de reseñar distintas patologías que había sufrido (menopausia precoz, histerectomía y anexectomía, osteopenia…). Donc, su silencio al respecto no podía suponer una actuación gravemente negligente o dolosa en los términos del art. 10 LCS.

La pregunta 8 f) del cuestionario de salud relativa a “Antecedentes Clínicos” decía: <<¿Ha padecido o padece algún tumor, cancer, Diabète, SIDA o cualquier otra enfermedad no mencionada en los apartados anteriores?>>.

El Juzgado de Instancia consideró que Dña. María Esther debió manifestar las dolencias funcionales que sufría cuando le fue formulada la pregunta. Siendo que la pregunta, en su final, era imprecisa y ambigua.

Aussi, sur cuestionario de salud no existía tampoco ninguna pregunta relacionada directamente con la salud mental. La pregunta 8 b) del mismo decía: <<¿Ha padecido o padece algún trastorno del sistema nervioso como convulsiones, parálisis, pérdida de conciencia, etc?>>.

La asegurada respondió que no, y la respuesta, según la Audiencia, era cierta. No tenía obligación de precisar que tuvo un episodio de depresión o una distimia, y ello porque estos diagnósticos no tenían la gravedad que se infería de la pregunta.

La Audiencia citó la sentencia del Tribunal Supremo de 30 Mai 2018 y también la 222/2017 por las que: "el hecho de que la tomadora no manifestara los antecedentes de psicosis que padecía desde hace mucho antes no permitía concluir que estuviera ocultando datos de salud relevantes para la valoración del riesgo, <<pues no se le preguntó específicamente sobre si padecía o había padecido enfermedad o patología afectante a su salud mental>>".

Pour tout ce qui précède, la Audiencia concluyó estimando el recurso y revocando la sentencia de instancia. Il a ordonné à l'assureur de verser au demandeur le montant de 30.000 euros au capital garanti. Plus, intérêt légal compté depuis l'incident a été signalé à l'assureur.

Conclusion

Ainsi, vous pouvez apprécier la fraude ou de mauvaise foi dans la conduite du preneur d'assurance sera nécessaire de prouver que le questionnaire de santé lui a permis d'être conscient que, en ne mentionnant pas leurs pathologies, Je me cachais des données pertinentes pour l'évaluation appropriée des risques.

 Consultez votre cas maintenant

 

Laisser un commentaire

Langue


Defini comme langue par défaut
 Modifier la traduction


Abonnez-vous pour recevoir un fichier PDF livre


Juste pour vous inscrire recevoir par e-mail le lien pour télécharger le livre "Comment changer d'avocat" sous forme numérique.
Inscrivez-vous ici

Sígueme en Twitter



M'abonner

* Ce champs est obligatoire