Les différences entre la reprise de dette de contrat et garantie

aval vs asuncion de deuda

 

La garantie d'une dette ou approbation ne implique pas une hypothèse de la dette et cette différence peut avoir des conséquences importantes.

À l'occasion peut être interprété que ce est des termes similaires, mais les conséquences sont différentes. Examiner la question d'une affaire, résolue par le jugement de la Cour suprême 19 Novembre 2014.

Le propriétaire de la société "Cea Chocostar Ibérica SL" signature en Octobre 2008 une «lettre d'intention» de vendre l'entreprise à deux citoyens autrichiens. Ces vont acheter dans le futur 100% société, à un prix fixe. À la même date, les deux citoyens autrichiens paient 1.000.000 euros à "Cea ibérique Chocostar". Janvier, 2009, les deux Autrichiens ont signé un document qui se lit:

"Ils garantissent et garantir le paiement, aux banques qui sont énumérés ci-dessous, des montants dus à ces banques, au moment de la signature de la présente garantie pour Cea Iberica SL, montants indiqués ci-dessous ".

Plus tard, la société "Cea ibérique Chocostar" et son propriétaire poursuite formulé contre les citoyens autrichiens, leur demandant de payer 2.450.503 d'euros, dans l'accomplissement de l'obligation de payer la dette bancaire de la société.

Le Tribunal de première instance n ° 53 Madrid en Février 2011 condamnant entièrement rejetant la demande.

Ils recourent à la Cour provinciale de Madrid confirmant le rejet de la demande.

Les deux jugements ont rejeté la demande au motif que il n'a jamais été un contrat de reprise de dette, mais ce était une garantie contre les banques, dont le règlement est établi dans les articles 1.822 et suivants du Code civil. Et dans ce sens, la Cour provinciale dit:

"Les défendeurs ne ont pas obligation de livrer tout montant aux demandeurs, ils sont obligés de répondre aux banques pour les montants dus par le CEA ".

Ne étant pas satisfait avec les deux décisions, ressources présentes infractions de procédure et un recours devant le Cour suprême. Le pourvoi est rejeté pour vice de procédure, car il ne manque pas de motivation mais seulement l'appelant est en désaccord avec elle. Quant à l'appel, rejette l'existence d'une reprise de dette, ne se conforment pas à ce que les documents disent. Pour la Cour suprême, l'hypothèse de la dette est le remplacement de la personne responsable pour les autres, par rapport à la même relation de liaison, sans terminaison de celui-ci et

"Vous ne pouvez jamais accordé tacitement compris ou soupçonnée (phrase 10 Juin 2003), il ne existe aucune présomption, devraient indiquer clairement la volonté exprimée (phrase 21 Mai 2007) nécessaire la nécessité incontestée pour le dossier ... "(phrase 13 Février 2009).

Dans ce cas,, ne consiste pas en aucune façon d'exprimer la volonté et le consentement d'avoir fait une reprise de la dette, il est donc un paiement de sécurité ne peut pas prétendre le débiteur.

En fin de compte, l'appel est rejeté et condamné à payer le demandeur (ce montant à la quantité considérable).

Consultez votre cas maintenant

 

Rejoignez la Classe d'Actions Bankia maintenant

Laisser un commentaire

Langue


Defini comme langue par défaut
 Modifier la traduction


Abonnez-vous pour recevoir un fichier PDF livre


Juste pour vous inscrire recevoir par e-mail le lien pour télécharger le livre "Comment changer d'avocat" sous forme numérique.
Inscrivez-vous ici

Sígueme en Twitter



M'abonner

* Ce champs est obligatoire