Guide d'attribution des crédits

cesion de creditos

La cession de crédits permet le transfert des droits sans leur résiliation

 Consultez votre cas gratuitement maintenant

Dans cet article, nous faisons un bref examen de la réglementation de affectations de crédit.

Qu'est-ce qu'une cession de crédit?

A cession de crédit est une entreprise légale par laquelle un créancier, intitulé "précédent", transmet au nouveau créancier, intitulé "cessionnaire", les droits que vous avez contre un tiers, intitulé "débiteur", sans rapport avec la cession ou la transmission du crédit, mais qu'arrive-t-il à être le débiteur du nouveau créancier. La relation n'est pas terminée avec la cession du crédit. Il est réglementé dans le articles 1526 et suivant et 1535 Code civil. Sur Code de commerce, Articles 347 et 348.

Comment venir objeto de la cession de crédit est le droit de recevoir, por parte del deudor, un montant convenu, dans une période déterminée. La cession du crédit est prolongée, non seulement au crédit principal, mais aussi celle de vos droits accessoires.

La Cour suprême en De SSSS 15/11/1990, 22/02/1994 et 18/07/2005 Il a établi que

"(...) la cession de crédit, en remplacement de la personne du créancier par une autre à l'égard du même crédit, est admis, généralement, pour l'article 1112 CCivil  et est réglementé, avec caractère particulier, Articles 1526 et suite du même organe juridique, en tant qu'entreprise juridique, qu'il s'agisse ou non d'un contrat de vente, et suppose un changement de créancier laissant au nouveau le même droit que le précédent, la relation obligatoire reste intacte. (...)".

Pour que la cession de prêt soit valide, le consentement du débiteur n'est pas nécessaire, ainsi que ses connaissances. Dans le cas où le débiteur paie le montant dû au créancier initial avant d'avoir eu connaissance de la cession, le débiteur sera libéré de la dette et le cessionnaire ne pourra rien lui réclamer.

Généralement, comme règle générale, il liberté de forme concernant la cession de crédit, sauf dans le cas de la cession du prêt hypothécaire, comme art. 149 Loi hypothécaire exige que le transfert soit formalisé dans un acte public, se faire expressément connaître du débiteur, ainsi que le caractère obligatoire de son inscription au registre de la propriété ("Le crédit ou le prêt garanti par une hypothèque peut être cédé en tout ou en partie conformément aux dispositions de la article 1.526 Code civil. Le transfert de propriété de l'hypothèque garantissant un crédit ou un prêt doit être effectué par acte public et inscrit au registre foncier. Le débiteur ne sera lié par ledit contrat que s'il est lié par son. Le cessionnaire sera subrogé dans tous les droits du cédant. ")

Différence d'attribution de crédit avec d'autres chiffres similaires

Assomption de la dette

La prise en charge de la dette, bien qu'il n'ait pas de réglementation expresse, il est référencé dans le arts. 1203, 1205, 1206 et 1275 du CCivil. C'est une autre activité juridique par laquelle, un nouveau débiteur assume la dette du précédent. Cette entreprise, nécessite un consentement, le débiteur d'origine et le nouveau, ainsi que le créancier, afin que le débiteur primitif puisse être libéré de la dette.

Le contrat de reprise de dette n'éteint pas l'obligation initiale. Tu es monté, car seul le débiteur est changé, à condition que ce changement soit accepté par le créancier. Le consentement tacite ou présumé n'est pas autorisé, il doit s'agir d'un consentement exprès, comme elle a créé le art. 1205 CCivil.

C'est un chiffre qui s'oppose au transfert de crédits, pour, dans ce cas,, un nouveau débiteur occupera la position du débiteur d'origine.

Dans le cadre de la prise en charge de la dette, trois modalités peuvent être distinguées:

Expromisión

Il consiste en un accord entre le créancier et le nouveau débiteur, sans avoir besoin du consentement ou de la connaissance du débiteur initial, pour sa pleine validité. Cette modalité peut être cumulative ou libératoire.

Délégation

Il s'agit d'un accord entre le débiteur d'origine et le nouveau débiteur avec le consentement du créancier. Dans ce cas,, le débiteur primitif, aussi appelé "délégatif", convient avec un tiers de payer le créancier de la dette, admettre le changement de sujet obligé.

Hypothèse cumulatif ou le renforcement

Dans ce cas,, le débiteur d'origine et le nouveau débiteur sont placés ensemble en tant que débiteurs conjoints. Il n'y a pas d'effets de libération pour le débiteur primitif, donc il n'y a pas de novation, mais deux obligations identiques en régime de solidarité. Dans ce cas,, le créancier peut exiger le paiement de la dette indistinctement de l'un ou l'autre des deux débiteurs.

Subrogation de dette

La subrogation de dette consiste en une novation subjective de l'obligation, changer le créancier, né une nouvelle obligation qui, étant identique au précédent, sauf chez le créancier, ce qui se trouve être un autre.

Dans la subrogation de la dette du tiers dans la figure du créancier, indique l'extinction de l'obligation initiale, bien qu'il soit remplacé par le nouveau, qui est identique. Il est produit par un accord de testament entre le créancier initial, le nouveau et le débiteur. Le débiteur peut faire la subrogation sans le consentement du créancier quand payer le montant dû a emprunté l'argent par acte public. Dans ladite écriture, il sera déclaré, pas seulement l'objectif de celui-ci, mais aussi dans la lettre de paiement, il sera fait référence à l'origine du montant payé, comme elle a créé le art. 1211 CCivil ("Le débiteur peut procéder à la subrogation sans le consentement du créancier, quand payer la dette vous avez emprunté l'argent par acte public, énonçant son objectif, et en indiquant dans la lettre de paiement l'origine du montant payé. ")

Aussi, la subrogation entraîne le transfert du crédit avec les droits attachés au subrogé, soit contre le débiteur, contre des tiers, qu'ils soient garants ou titulaires des hypothèques (art. 1212 CCivil).

Il est également possible la subrogation des prêts hypothécaires, bien qu'il ne nécessite pas le consentement du créancier initial, dans le cas où l'argent emprunté pour l'annulation du prêt hypothécaire est enregistré dans un acte public, ainsi que la volonté de procéder à la subrogation de la dette chez un nouveau créancier.

Éléments nécessaires à sa validité

Pour que la cession de prêt soit valide, vous avez besoin des éléments suivants:

  • Volonté: l'un des éléments essentiels de sa validité est la volonté commune de ceux qui accordent la cession de prêt, à savoir, il doit y avoir un accord entre le créancier initial, appelé "cédant", et le nouveau créancier, appelé "cessionnaire".
  • Consentement: le consentement du débiteur n'est pas nécessaire, pas même tes connaissances. La STS 874/2001, de 1 Octobre Il a établi que "Le débiteur cédé n'est pas tenu de consentir à l'activité de cession pour qu'elle soit menée à bien. Devant lui, il ne doit être prouvé que par celui qui réclame le paiement qui a été effectué, et aucun précepte juridique n'exige un document comme forme constitutive de la cession ou ne limite le répertoire des preuves juridiques à cela. La date de la cession est pour le débiteur indifférent, Quoi qu'il en soit, il sera toujours responsable envers la personne qui détient légalement le crédit. Le débiteur cédé n'est pas une personne à qui l'activité juridique de la cession peut causer un préjudice, comme l'exige l'art. 1526 Pour votre application. "

En fait, la art. 1158 CCivil Etats "Tout le monde peut effectuer le paiement, si vous avez ou non intérêt à vous conformer à l'obligation, Je le connais déjà et l'approuve, ou déjà ignoré par le débiteur. Celui qui paie pour le compte d'autrui peut réclamer au débiteur ce qu'il aurait payé, ne pas l'avoir fait contre sa volonté expresse. Dans ce cas, le débiteur ne pourra répéter que ce à quoi le paiement aurait été utile. "

Également STS 2 Juillet 2008 Il a établi que "(...) la cession de crédits peut être effectuée valablement sans connaissance préalable du débiteur, et même en contrat de sa volonté, sans que la notification n'ait d'autre portée que de vous obliger auprès du nouveau créancier, de sorte que du même, Le paiement effectué au cédant et non au cessionnaire ne sera pas considéré comme légitime, qui est subrogée de plénitude juridique dans la position juridique de l'un à la fois par rapport à l'obligation principale et par rapport aux obligations accessoires que sa garantie avait, si, constitué. "

A savoir, au débiteur, En général, peu importe qui est le créancier. Cependant, le créancier se soucie de l'identité du débiteur, car la satisfaction de votre crédit en dépend. La connaissance ou le consentement du débiteur lors de la cession d'un prêt d'un créancier à un autre, pas un élément de validité, mais d'effet contre le débiteur. Le débiteur peut payer le créancier initial et est libéré tant qu'il n'a pas connaissance de la cession du crédit. Seulement, si vous connaissez déjà la mission,  vous devrez payer le nouveau créancier pour être libéré

Dans ce sens,, le STS 1873/1990, de 19 Février 1993 précisé que "Le contrat de cession de prêt, en tant que telle entreprise bilatérale, relie principalement les sujets cédants et cessionnaires, de telle manière que le débiteur cédé n'est pas partie à l'entreprise de cession et n'a pas à y consentir. (...) Un, conformément aux dispositions du code civil, le débiteur qui n'a pas connaissance de la cession verse la prestation au créancier cédant initial, est libéré de son obligation et rien ne peut réclamer le nouveau créancier cessionnaire (art. 1527); Oui, ça l'est, au contraire, le cessionnaire a connaissance de la cession, Il ne libère l'obligation que s'il paie le cessionnaire. "

La STS 19 Février 2004 a également exprimé que "Le consentement du débiteur cédé n'est pas une condition qui affecte l'existence de la cession, mais c'est en dehors du contrat, et il suffit que la cession soit effective, lier le nouveau créancier, tandis que le simple fait de porter votre attention n'a pour but que d'empêcher la libération consentie par l'art.. 1527 CCivil ».

  • Forme: dans cette affaire juridique, le liberté de forme, comme elle a créé le art. 1278 CCivil et art. 51 Crcom.
  • Spécialité de crédits hypothécaires art 149 LH: sur les prêts immobiliers, la cession du crédit doit se faire par acte public, comme requis par le art. 149 LH, à la connaissance expresse du débiteur, en plus de l'inscription au registre de la propriété.

Effets de la cession de crédit

Lorsqu'une cession de crédit est formalisée, elle produit des effets entre les parties signataires de ladite affaire légale. Les parties sont liées par ce qui a été convenu dans la cession (art. 1091 CCivil). Depuis qu'il est perfectionné, les parties sont tenues de se conformer.

En tant qu'obligations principales des parties, le cessionnaire doit honorer son retour. Le cédant doit transférer le crédit, ainsi que les droits qui y sont attachés, appelé "accessoires" (art. 1907 CCivil), puisque la cession du crédit implique la transmission du principal, ainsi que tous les droits, garanties, actions et éléments accessoires qui l'entourent, bien qu'ils puissent être exclus de la mission (art. 1528 CCivil).

La art. 1529 CCivil Etats « La vendeur de bonne foi sera responsable de l'existence et de la légitimité du crédit au moment de la vente, à moins qu'il ne soit vendu comme douteux; mais pas la solvabilité du débiteur, sauf stipulation expresse, ou que l'insolvabilité était antérieure et publique. Même dans ces cas, il ne sera responsable que du prix reçu et des dépenses exprimées dans le premier numéro du art. 1518 CCivil. La vendeur de mauvaise foi sera toujours responsable du paiement de tous les frais et dommages. "

Dans le cas du cédant, la art. 1530 CCivil stipule que "Lorsque le cédant de bonne foi est responsable de la solvabilité du débiteur, et les parties contractantes n'avaient rien stipulé sur la durée de la responsabilité, ça ne durera qu'un an, à compter de la cession de prêt, si le délai était déjà expiré. Si le crédit est payable à terme ou à terme non encore dû, la responsabilité cessera un an après l'expiration. Si le crédit consiste en un revenu perpétuel, la responsabilité expirera après dix ans, à compter de la date d'affectation. "

Contre des tiers, les effets qui se produisent avec la cession du crédit à partir de la date à laquelle il doit être pris par une certaine conformité au arts. 1218 et 1227 CCivil (art. 1526 CCivil). En cas de référence à une propriété, à compter de la date de son inscription au registre de la propriété (art. 1526.2 CCivil).

Types de virements

Dans le cadre de la cession de crédit, plusieurs classes peuvent être distinguées:

Cession en garantie

Ce type de cession de crédit suppose que le cédant accorde au cessionnaire un prêt assorti d'une garantie d'obligation souscrite entre les deux.. Assure, en cas de défaut, que le tiers paiera le cessionnaire, sans être une vraie garantie.

Cession pour paiement

Il s'agit d'un contrat par lequel le cessionnaire est chargé de payer une obligation, les droits de crédit dérivés du contrat primitif, remplissant une fonction de paiement d'une obligation préexistante antérieure au moment de la cession du crédit.

Achat de crédits

Dans ce cas,, le cédant transmet au cessionnaire tous, la partie, des droits de crédit d'un contrat signé entre le premier et un tiers.

Achat de contrat

Il implique la transmission de tous les effets de la cession du contrat initial, sans être remplacé par un plus récent. C'est comme une subrogation d'un créancier à la place du créancier initial dans tous les droits et obligations.

Cession de crédits litigieux

La art. 1535 CCivil Etats "Un crédit sera considéré comme litigieux dès que la réclamation la concernant aura été traitée." Si un crédit litigieux est vendu, le débiteur a le droit d'éteindre, remboursant au cessionnaire le prix payé, coûts qu'il a occasionnés le prix et l'intérêt de la journée, il était satisfait.

Cession de prêts hypothécaires

Ce type de mission est réglementé dans le arts. 1878 CCivil y 149 un 152 LH. "Le prêt hypothécaire peut être vendu ou cédé à un tiers en tout ou en partie, avec les formalités requises par la loi. " (art. 1878 CCivil). Pour sa part, la art. 149 LH Il nécessite l'acte public et l'inscription au registre de la propriété pour le transfert du droit hypothécaire.

Cession avec recours et sans recours

Cession avec recours

Ce type d'attribution de crédit suppose que, en cas de non-paiement du prêt cédé, c'est le créancier initial qui est responsable de la dette. Le crédit est transmis, mais la dette n'est pas éteinte (affectation «pro solvendo").

Transfert sans recours

Lorsque le nouveau créancier, appelé "cessionnaire", ne peut pas aller contre le créancier initial en cas de défaut, devoir aller contre le débiteur cédé. Dans ce cas,, le crédit est transmis et la dette est éteinte (Affectation «pro soluto»).

Missions spéciales

Il existe plusieurs cessions de crédit considérées comme spéciales en raison de la nature de l'objet sur lequel il tombe:

Cession de tous certains droits, revenus ou produits

Dans ce cas,, Article. 1532 CCivil déclare que "Quiconque vend tous certains droits en vrac ou en ballon, les revenus ou les produits seront conformes à répondre à la légitimité de l'ensemble en général; mais il ne sera pas obligé de nettoyer chacune des parties qui les composent, sauf en cas d'expulsion de tout ou partie de celui-ci. "

 Transfert des droits héréditaires

Cela arrive dans le cas de la vente d'un héritage. L'art. 1531 CCivil établit que «Celui qui vend un héritage sans énumérer les choses dont il est composé, Il ne sera tenu de répondre que de son statut d'héritier. "

Pour sa part, la art. 1533 CCivil réglemente ce "Si le vendeur a profité de certains fruits ou a reçu quelque chose de l'héritage qu'il a vendu, ils doivent être payés à l'acheteur si le contraire n'a pas été convenu. "

Dernier, la art. 1534 CCivil reflète cette «L'acheteur doit satisfaire le vendeur de tout ce qu'il a payé pour les dettes et charges de l'héritage et pour les crédits qu'il a sur lui., sauf accord contraire. "

Cession globale d'actifs et de passifs

La loi 3/2009, de 3 Avril, sobre modificaciones estructurales de las sociedades mercantiles, établit dans son art. 81 qui "Une société enregistrée peut transférer tous ses actifs en bloc par succession universelle, à un ou plusieurs partenaires ou tiers, en échange d'une contrepartie qui ne peut être constituée d'actions, participations ou frais d'adhésion du cessionnaire. La société cédante sera éteinte si la contrepartie est reçue totalement et directement par les associés.. De toute façon, la contrepartie que reçoit chaque partenaire doit respecter les règles applicables aux frais de règlement. "

Cession de prêts hypothécaires

L'art. 2 Agir 2/1981, de 25 Mars, régulation du marché hypothécaire, Etats "Les établissements de crédit qui, puis, Ils pourront octroyer des prêts et crédits et délivrer les titres régis par cette loi, dans les conditions déterminées par règlement (...)."

Principaux problèmes juridiques posés par l'attribution de crédits

les questions de procédure

Légitimation active qui a le droit de réclamer?

Dans le cas où le créancier dépose une réclamation pour le montant dû par le débiteur, soit dans une procédure d'injonction de payer, ordinaire ou verbal, si le contrat de cession de prêt ou le document correspondant n'est pas fourni, le débiteur peut alléguer un défaut de qualité pour agir, puisque ledit contrat est celui qui légitime le cessionnaire à exercer la réclamation du montant dû.

La Sentence 345/2013, de 13 Septembre, délivré par la 5e section de la Cour provinciale de Las Palmas Il a établi que "(...) Es acertada la consideración del Juez a quo de que la legitimación para formular la demanda origen del presente procedimiento tiene por presupuesto la acreditación de la cesión del crédito verificada por la entidad bancaria (cessionnaire) a favor de la aquí demandante (débiteur), lo cual no ha acontecido en las presentes actuaciones, limitándose la parte actora a aportar una certificación emitida por ella misma, la cual ha sido objeto de impugnación, y además no ha aportado el contrato de cesión en cuestión a pesar de que ha tenido dos momentos para ello pues desde el escrito de oposición al monitorio.

No se ha causado indefensión alguna a la cesionaria ya que ha sido su falta de diligencia la que le ha impedido proponer adecuadamente la prueba de la que pretendía servirse en juicio verbal, primero porque junto con la demanda inicial de juicio monitorio, ya debió aportar la documental acreditativa de la cesión a su favor, del contrato firmado por el deudor con la entidad cedente, así como del saldo deudor de dicho contrato (...).

Recapitulando se obtiene que la parte actora no ha acreditado ser titular del derecho de crédito en virtud de cesión contractual, pues dicha cesión, cuestionada de contrario, no basta con alegarla y tratar de justificarla con una certificación de la propia entidad actora (...)."

Nullité de la cession de prêt

Normalement, los cesionarios son entidades denominadas “fonds vautours”. Cuando en el contrato de cesión aparezca una cláusula de renuncia a la notificación de la cesión del crédito a un tercero es nula, et, donc, la reclamación de la cuantía, aussi.

Portrait de crédit litige

Por retracto de un crédito litigioso se entiende la facultad del deudor para poder extinguir su crédito cuando se haya cedido por un precio a un tercero, debiéndose reembolsar al cesionario el precio que pagó, más las costas e intereses.

Para poder ejercitar la acción de retracto el crédito debe estar en litigio en el momento de la cesión del mismo, sin haber aún sentencia firme donde se declare por el juez que es un crédito existente y exigible.

La jurisprudencia ha establecido una serie de presupuestos para que el retracto se pueda ejercitar:

  1. Que exista venta o transmisión de un crédito.
  2. Que sea litigioso.
  3. Que la acción de retracto se ejerza en el plazo de 9 jours.
  4. Que se proceda al pago o consignación de las cuantías por las que se cedió el crédito.

Titrisation de crédit

La titulización de créditos se regula por primera vez en España en Loi 19/1992, de 7 Juillet, sobre Régimen de Sociedades y Fondos de Inversión Inmobiliaria y sobre Fondos de Titulización Hipotecaria. La titulización es un mecanismo que se utiliza por entidades de crédito con el objetivo de obtener liquidación y financiación, estructurando la cesión de los créditos (actif) que son titularidad de dicha entidad, como cedente, a un tercero, que será un inversor, a través de un Fondo de Titulización a través de elevar el contrato a escritura pública.

En fin de compte, lo que pretenden estas entidades es mejorar su solvencia y obtener liquidez para poder continuar con su actividad y conceder préstamos a sus clientes.

La art. 1 Décret royal 926/1998, de 14 Mai, por el que se regulan los fondos de titulización de activos y las sociedades gestoras de fondos de titulización à condition que “Los fondos de titulización de activos son patrimonios separados, carentes de personalidad jurídica, integrados, en cuanto a su activo, por los activos financieros y otros derechos (ci-après, actif) que agrupen y, en cuanto a su pasivo, por los valores de renta fija que emitan y por préstamos concedidos por entidades de crédito.”

Maintenant, la vigente Droit 5/2015, de 27 Avril, de fomento de la financiación empresarial regula la titulización en los articles 15 ff. La art. 15 Etats “Los fondos de titulización son patrimonios separados, carentes de personalidad jurídica, con valor patrimonial neto nulo, integrados: un) En cuanto a su activo, por los derechos de crédito, presentes o futuros, que agrupen de conformidad con lo previsto en el artículo 16 et, b) en cuanto a su pasivo, por los valores de renta fija que emitan y por los créditos concedidos por cualquier tercero.”

La titulización es denominada “cesión atípica", car il ne s'agit pas d'un transfert total ou partiel du crédit titrisé ou de son résultat économique. Ce n'est pas un contrat de cession en tant que mécanisme de transfert de crédit, c'est un titre intermédiaire, depuis le fonds de titrisation, car il n'a pas de personnalité juridique et est administré par une entité de gestion, tant la titrisation que la conservation et l'administration des crédits et des prêts, continuera à correspondre à l'établissement de crédit d'origine, obligada a realizar todos los procedimientos necesario para su efectividad. En el caso de las titulizaciones hipotecarias, la entidad bancaria primitiva sigue apareciendo como titular de la garantía hipotecaria en el ámbito registral (Registre de la propriété).

Légitimité active pour réclamer le crédit

La legitimación activa en la titulización corresponde a la entidad prestamista, no al Fondo, pues este carece de personalidad jurídica. Al no producirse una cesión en la titularidad del crédito, pues la titulización es un mecanismo financiero que permite a la entidad prestamista protegerse de un posible impago del crédito por el deudor por insolvencia, sin transmitirse “stricto sensu”, la entidad prestamista conserva la legitimación, tanto activa como pasiva del crédito.

 Consultez votre cas gratuitement maintenant

Laisser un commentaire

Langue


Defini comme langue par défaut
 Modifier la traduction


Abonnez-vous pour recevoir un fichier PDF livre


Juste pour vous inscrire recevoir par e-mail le lien pour télécharger le livre "Comment changer d'avocat" sous forme numérique.
Inscrivez-vous ici

Sígueme en Twitter



M'abonner

* Ce champs est obligatoire