Intérêts de l'Art.20 de la loi sur le contrat d'assurance par Rafael Juan Juan Sanjose

juzgados

 

 

 

 

 

 

 

 

Si la compagnie d'assurance est de retarder le paiement de l'indemnisation, est obligé de payer des intérêts conformément à l'article 20 Droit des contrats d'assurance.

Sur ce sujet, Je dois l'honneur de publier le travail de D. Juan Juan Rafael Sanjose, Juge suppléant de la Cour provinciale de Castellón et brillant juriste.

Je recommande ce travail en particulier pour les avocats parce que sa profondeur est supérieure à la billetterie généralement publique.

Ici vous travaillez D. Juan Juan Rafael Sanjose:

INTÉRÊT ARTICLE 20

LOI DU CONTRAT D'ASSURANCE

Analyse jurisprudentielle de la question.

Nous devons partir du principe qu'une fois que l'accident se produit obligation née, par l'assureur, indemniser l'assuré, et cela parce que, moyennant paiement de la prime, est d'indemniser les dommages assurés au moment de la perte se produit.

L'assureur, donc, obligé de verser une indemnité à la fin de l'enquête et les enquêtes nécessaires pour établir l'existence de la demande et, si, le montant des dommages en résultant, tel que stipulé à l'article 18 LCS[1].

Suivez déterminer que l'article 18 LCS dans tous les cours, l'assureur doit faire, dans les quarante jours, à partir de la réception de la déclaration, payer le montant minimum qui peut être redevable à l'assureur, selon les circonstances connues de lui, l'assureur peut, lorsque la nature de l'assurance et les assurés permis consent, remplacer le paiement d'une indemnité pour la réparation ou le remplacement de l'objet endommagé.

Elle est dérivée de l'obligation de payer l'indemnité par l'assureur à l'assuré, sauf, comme mentionné à l'article 19 LCS, l'accident a été causé par la mauvaise foi de l'assuré.

Cependant, Article 20 LCS, et afin de protéger l'assuré, prévoit une peine en cas de défaut de paiement par l'assureur en paiement de l'indemnité.

Une fois ces bases établies en ce qui concerne la compréhension de l'obligation d'indemnisation en vertu du contrat d'assurance, nous allons analyser l'article 20 LCS, qui est de la discussion récurrente dans la cour entre assuré et assureur.

L'article 20 LCS, énonce les règles sur l'hypothèse que l'assureur est en défaut à se conformer à la disposition, en laissant toujours intacte les clauses contractuelles qui sont les plus bénéfiques pour l'assuré et bien dans son premier point détermine que touchent, généralement, le défaut par l'assureur à l'égard de l'assuré ou assuré et, avec caractère particulier, le retard en ce qui concerne la troisième partie assurance de responsabilité blessé et le bénéficiaire de l'assurance vie.

Cette première règle qui est exposé sont les personnes qui peuvent prétendre à l'assureur dans le cas où il est retardé dans le versement d'une indemnité à la prochaine requis.

La seconde spécifie des règles applicables au retard dans la satisfaction de compensation, paiement ou pour la réparation ou le remplacement de l'objet endommagé, et aussi le retard dans le paiement de la somme minimale que l'assureur peut devoir.

Le troisième point une détermination explicite des périodes à partir de laquelle l'assureur est en défaut et donc expose l'assureur en défaut si pas conformé à la disposition dans les trois mois de la survenance de la perte ou tout procédé à payer le montant minimum de ce qui peut être dû dans les quarante jours à compter de la réception de la déclaration.

Sur ce point, est important de déterminer le temps de démarrage de l'accumulation des intérêts, ce qui va forcément entrer ensemble au moment de l'événement de production pour l'obligation indemnité, parce que cela va déterminer non seulement le montant des intérêts, mais même mûrier propre assureur ou.

Depuis ce point est non pacifique, surtout casuisticsts de fruits multiple se produit dans la pratique médico-légale, jurisprudence a parlé, soulignant entre autres la résolution suivante, où l'événement donnant lieu à une obligation d'indemniser est analysé et donc loin a quo pour déterminer le retard de l'assureur:

STS Sala 1ª- 20-7-2011 - Principes de la loi 5- Haut-parleur: Juan Antonio Rios Xiol: Assurance accident - fait générateur et le risque assuré.

En assurance accident a distingué entre le générateur de fait et risque assuré, ce que vous mettez dans le cadre de l'assurance accident avec l'assurance invalidité dans différents niveaux, a conduit à la conclusion que la théorie, Bien que les obligations d'assurance, essentiellement, compenser les dommages causés à l'assuré, dans les limites convenues, sont payables à l'assureur dont le contrat était en vigueur lors de l'événement qui a donné lieu, plus tard, à l'invalidité, Cependant, le risque assuré, dont la présence est indispensable d'être dans l'obligation d'indemniser, ce qui est dit incapacité résultant de l'accident, compris du point de vue phénoménologique, fait générateur d'un tel risque -invalidez- couvert. Ceci explique que les obligations de l'assureur ne sont pas nés de la Génération, En raison de la violente, Soudain, externe, ce qui provoque des lésions corporelles déterminant de handicap, mais découlent de la même invalidité, qui est le risque assuré, étant la date de la déclaration de l'incapacité de déterminer les effets temporels et économiques de la couverture d'assurance concertée, et l'applicabilité des conditions convenues.

"... Intérêts moratoires article 20 LCS sur l'assurance-accidents.

Conformément à l'article 100 LCS, «Sous réserve de la limitation du risque que les parties engagées dans le contrat, signifie une blessure corporelle accidentelle qui résulte d'une cause soudaine et violente, externe et indépendante de la volonté de l'assuré, produzca que l'invalidité permanente muerte temporelle ».

Jurisprudence (De SSSS 14 Juin 1999 (Núm RC. 3545/1994) et 23 Décembre 1999 (Núm RC. 1365/1995)) a distingué entre le générateur de fait et risque assuré. Cette distinction, placé dans le cadre de l'assurance accident avec l'assurance invalidité dans différents niveaux, a conduit à la conclusion que la théorie, Bien que les obligations d'assurance, essentiellement, compenser les dommages causés à l'assuré, dans les limites convenues (article 1 LCS), sont payables à l'assureur dont le contrat était en vigueur lors de l'événement qui a donné lieu, plus tard, à l'invalidité, Cependant, le risque assuré, dont la présence est indispensable d'être dans l'obligation d'indemniser (article 1 LCS), ce qui est dit incapacité résultant de l'accident, compris du point de vue phénoménologique, fait générateur d'un tel risque -invalidez- couvert. Ceci explique que les obligations de l'assureur ne sont pas nés de la Génération, En raison de la violente, Soudain, externe, ce qui provoque des lésions corporelles déterminant de handicap, mais découlent de la même invalidité ( De SSSS 17 Mai 1985, 22 Septembre 1987), qui est le risque assuré ( STS 19 Janvier 1984), étant la date de la déclaration de l'incapacité de déterminer les effets temporels et économiques de la couverture d'assurance concertée, et l'applicabilité des conditions convenues ( STS 13 Juin 1989).

En cas de controverse au sujet de l'assureur délinquant, en particulier, en ce qui concerne l'accumulation des intérêts prévus par la loi, doctrine précédente doit être lié à l'confirmé par cette Cour dans le cadre de l'article 20 LCS, précepte a été dit qu'il est applicable à tous les types d'assurance, et que les dommages-intérêts que le paragraphe 4 des mêmes préoccupations impliquent l'existence d'un retard coupable, obéissent pas causer ou qui ne peut être imputée à l'assureur. Comme il n'a pas de place pour apprécier le retard mais dès que l'incident se produit, comme indiqué à l'article 20.3 LCS, que le fait que l'accumulation initiale de durée déterminée, qui dans la demande d'assurance-accident ne vient pas donné de l'accident, fait comme générateur ou causé des lésions corporelles, mais par accident au sens strict est dérivé du libellé de l'article 100 LCS, à savoir, comme des lésions corporelles résultant de telles causes, compréhension de décès et d'invalidité, couverture des risques, censés seulement à partir de la déclaration d'invalidité et de la connaissance par l'assureur commence ce défaut et la charge d'intérêt, si le retard dans le paiement de la compensation ne répond pas à une bonne cause ou une cause qui peut être attribuée. Cela découle de la jurisprudence contenu, inter, les STS 8 Novembre 2007 (Núm RC. 5507/2000), il examine si l'exercice devrait commencer par le rapport publié par la Société à l'issue de la procédure de l'article 38 LCS avant, communication avec le malade d'assurance (donc, en tout cas de l'accident qui a été le fait générateur de l'invalidité), et celle contenue dans les STS de 7 Février 2007 (Núm RC. 1435/2000), dans lequel il est indiqué que l'assurance accident du risque assuré est invalide (avec la mort accidentelle) et, qui, donc, "Sinister, qui consiste à mettre en oeuvre le risque, ne se trouve pas directement dans la production, résumé, accident auquel il est connecté causalement handicap subi, production mais cette invalidité, Par conséquent chaque fois, immédiate ou éloignée dans le temps, accident '. Il rappelle aussi le jugement dès qu'il ne peut pas être dit à propos de l'incident comme un événement déroutant pour invalidité avec le moment de la production de cette, que le risque assuré, et conclut que, "En bref, la date d'origine de l'invalidité, comme date de la perte de ce qui devraient être déterminées les arriérés, étude dépend des circonstances de l'affaire ».

Dans le cas de poursuites, Bien que toutes les actions intentées par l'appelant aujourd'hui, qui fait l'objet de deux des trois combinaisons accumulé, ont leur fondement factuel dans le même accident de voiture qui a eu lieu le 3 Novembre 2001, cependant, réponse adéquate à la controverse qui découle de ce moyen nécessite de distinguer entre l'action directe, nature extra-contractuelle, fait par l'appelant, comme douteux, contre les auteurs présumés de victimes civiles, y compris l'assurance du véhicule tracteur, et l'action sur la base de leur propre assurance accident , contractuel, qui a exercé contre Aegon, la revendication de l'indemnité dans le cas de l'événement se produire dont le risque -les degrés de nullité absolue, Partielle et professionnel- a été couvert.

Dans cette situation,, application au cas de la doctrine jusqu'à la main permet de considérer comme légal la décision de l'AP, considérant qu'il ne devait pas être réalisée à partir du rapport de séquelles médicales ou de blessure permanente (21 Mai 2003) quand il est né l'obligation de l'assureur d'indemniser et de, donc, lorsque la reconnaissance de l'intérêt ne se voit pas cause du retard a commencé (article 20.8 LCS), valeur étant également en raison de, bien que strictement parlant il a fallu attendre la résolution de l'INSS a publié moins d'un mois après (19 Juin 2003) de ce rapport lorsque l'invalidité permanente totale de l'appelant a plaidé, que la réforme de péjoratif dans ce bureau est pas permis de retarder justifiée ne pas appliquer jusqu'à la date de la résolution indique le début de l'exercice des suppléments ".

En conclusion de cette doctrine exposée par la Haute Cour, doit être déterminée exactement, lorsque le paramètre par défaut ou non l'assureur, le moment où l'obligation de payer une indemnité commence, pour ce qui sera soumis à la fois la notion de compensation, quant à la relation entre les parties en conflit, Comme il sera l'interaction entre l'événement et le risque assuré qui façonneront le début du calcul de défaillance de l'assureur.

Quatrièmement, exposer l'article 20 LCS que des dommages-intérêts seront imposées automatiquement par le tribunal et se composent du paiement d'un montant égal au taux d'intérêt légal en vigueur au moment où l'intérêt annuel qui revient, l'augmentation de la 50 par 100; Ces intérêts sont réputés courir tous les jours, sans plainte judiciaire.

Cependant, deux ans après la survenance du sinistre, l'intérêt annuel ne doit pas être inférieure à 20 par 100.

En ce qui concerne ce point, appelant a été question de savoir si l'intérêt sur les arriérés 20% est automatiquement appliqué, après l'expiration de la deuxième année suivant la date de la perte, ou intérêt juridique doit être l'argent a augmenté dans une 50% jusqu'à la deuxième année, en fonction de leur ordinateur pendant des jours, et à partir de la deuxième année, au taux de 20%, Tout le monde trouve inférieur si, être plusieurs positions jurisprudentielles sur, l'exposition de la Haute Cour, certainement sa doctrine sur les résolutions de ce genre:

STS Sala 1ª- 1-3-2007 - Principes de la loi 1 et 2 – Haut-parleur: José Antonio Seijas Quintana: Article 20 LCS. Théorie des deux sections.

Établir des critères juridiques concernant l'application de l'article 20 LCS et donc pour les deux premières années suivant la survenance du sinistre, dommages-intérêts implique le paiement d'un montant égal à l'intérêt légal au taux d'intérêt annuel applicable à chaque jour, qui correspondra à cette pension a augmenté de 50%. Partir de cette date les intérêts courront de la même façon, à condition que dépasser 20%, avec un taux minimum de 20%, sinon dépasse, inchangé et donc déjà accumulés quotidiennement jusqu'à ce. (Théorie des deux sections).

"... PREMIER.- L'appel à l'examen de l'interprétation de la Commission de l'article 4 de l'article 20 Droit des contrats d'assurance , dans la formulation donnée par la loi 30/1995, de 8 Novembre , en vertu de laquelle:

"Les dommages et intérêts peuvent être imposées automatiquement par le tribunal et se composent du paiement d'un montant égal au taux d'intérêt légal en vigueur au moment où l'intérêt annuel qui revient, l'augmentation de la 50%; Ces intérêts sont réputés courir tous les jours, sans plainte judiciaire ".

Cependant, deux ans après la survenance du sinistre, l'intérêt annuel ne doit pas être inférieure à 20% ".

Le problème consiste à déterminer si les intérêts sur les arriérés 20% est automatiquement appliqué, après l'expiration de la deuxième année suivant la date de la perte, ou intérêt juridique doit être l'argent a augmenté dans une 50% jusqu'à la deuxième année, en fonction de leur ordinateur pendant des jours, et à partir de la deuxième année, au taux de 20%, Tout le monde trouve inférieur si.

Ceci est ce que la doctrine, et dans les jugements différents et contradictoires des tribunaux provinciaux, connue comme la théorie de la tranche unique ou deux sections d'intérêt.

Le premier est justifiée par le but punitif et dissuasif que le législateur a voulu attribuer à des intérêts moratoires et son but ultime, réalisé pour obtenir une réparation rapide et efficace des dommages résultant de la circulation des véhicules à moteur, pour ce qui signifie que les compagnies d'assurance ont imposé une obligation spéciale de soins dans le versement d'une indemnité, avec la conséquence que si il le fait ou est entré dans trois mois, l'intérêt légal calculé sur une augmentation 50%, et si vous passez deux ans à compter de la date de l'incident sans avoir fait, intérêts moratoires doit être au moins 20% à partir de la date de l'accident et non des deux années. Opposé, aussi, envisagerait une nouvelle date pour le calcul -les intérêts de la troisième année- et la règle de calcul ne crée pas d'intérêt différent de celui indiqué dans le n °. 6 Article 20.

Le second prend en compte l'intérêt est calculé par jours à partir de la date de la perte, afin de fixer un taux d'exercice quotidien en vigueur dans (le montant de la pension plus le 50%), la seule chose qui distingue le deuxième paragraphe, lorsque l'assureur prend plus de deux ans, est de fixer un taux minimal supérieur, comme sanction la plus élevée, mais sans modifier la règle de calcul quotidien; interprétation sert à la modification apportée par la loi 30/95 Je supposais, Comme il ressort de son exposé des motifs et avant son adoption parlementaire débats, que cela se produise à comptabiliser les intérêts de tous les jours en dehors du taux applicable, empêchant son application rétroactive où cette modifierait existants comptabilisé dans les deux années précédentes, l'application à être plus contraignante qu'à partir de la troisième année. Ce critère considère également la nature restrictive doit être interprétée avec toute norme de sanction et le libellé du deuxième alinéa qui utilise le mot «après» dans le cadre d'une expression sans avenir "peut être", ce qui indique que seulement alors, terminé les deux premières années et à partir du premier jour du troisième, est lorsque l'aggravation des intérêts en présence.

Le jugement qui est pourvue en cassation accueille posture seule section à condition que le taux sera, dès le premier jour, que de 20%, le défaut de paiement de l'assureur dans les deux ans à partir de la survenance du sinistre. Contre l'appel lancé par P peuplements. (demandeur) dans lequel, par le seul motif admis à la procédure d'appel, invoquent la violation de l'article 20 Droit des contrats d'assurance.

DEUXIÈME.- Ces contradictions, et l'absence de jurisprudence sur l'exercice et le montant des intérêts de retard prévu à l'article 20 LCS, exige que la doctrine de la Cour est finalement adopté, qui, est avancé, est nul autre que le prochain: Pendant les deux premières années suivant la survenance du sinistre, dommages-intérêts implique le paiement d'un montant égal à l'intérêt légal au taux d'intérêt annuel applicable à chaque jour, qui correspondra à cette pension a augmenté de 50%. Partir de cette date les intérêts courront de la même façon, à condition que dépasser 20%, avec un taux minimum de 20%, sinon dépasse, inchangé et donc déjà accumulés quotidiennement jusqu'à ce.

Cette interprétation favorable à l'existence de différents types et de longueurs, est compatible avec l'intention du législateur, exprimée dans le préambule de la Loi 30/1995, au paragraphe 6, qui justifie la réforme de l'article 20 LCS de la nécessité d'éviter des interprétations très diverses qui ont abouti, notant que «l'intérêt doit être quantifiée, modérer la formule de l'intérêt absolu de le faire au cours des deux premières années, référence à l'intérêt juridique ". Cette situation juridique ne signifie pas l'octroi d'une période de grâce plus long pour les compagnies d'assurance, depuis on ne dit rien. Consiste à établir deux périodes de deux types bien distincts d'intérêt applicable, qui doit être déterminé sans modifier le calcul quotidien, avec le minimum de 20% si dans la deuxième année de la perte ne dépasse pas ce pourcentage. Il est également compatible avec son sens grammatical et son exercice quotidien, comme cela est incompatible avec la possibilité d'avoir à attendre deux ans pour répondre, Si l'assureur ne, le taux d'intérêt applicable aux modifié rétroactivement et cumulés quotidiennement, sous l'intérêt alors en vigueur, dans les deux années précédentes.

L'effet dissuasif de l'intérêt qui prévaut dans la conclusion inverse peut être accepté avec des réserves de l'idée d'éviter l'opposition des assureurs à remplir leurs obligations d'indemnisation, pas de l'intention claire et expresse du législateur de donner un nouveau traitement de l'aspect standard et le comportement du débiteur d'une manière différente d'autant plus que, tandis que, officiellement décrété l'accumulation des intérêts et cela se produit pendant des jours. Si le législateur a voulu renforcer la position des blessés, à peine ont changé depuis la norme précédente était assez pour garder le seul taux d'intérêt annuel courant de 20%.

Revendication, aussi, cette formule est plus lourde, et en tant que telle dissuasion, est peu défendable aujourd'hui en raison de taux d'intérêt légal bas, pas d'une situation différente de celle du futur, dans lequel la somme de 50% l'intérêt juridique peut fournir un plus grand intérêt pour la 20%, qui fonctionne comme une filiale de valeur est pas remplie. Finalement, 6 Article norme 20, pas changé avec cette interprétation, car il fait spécifiquement référence à la fois qu'ils commencent à comptabiliser les intérêts de pénalité, il est dans la section 4, dans laquelle le taux d'intérêt pour une période et est déterminée à partir de l'accident ... "

Ainsi, et confrontés avec le choix entre les deux théories en vigueur dans les tribunaux provinciaux (une section et deux sections), Cour suprême établit doctrine et favorise la théorie des deux sections et établit ainsi que pendant les deux premières années suivant la survenance du sinistre, dommages-intérêts implique le paiement d'un montant égal à l'intérêt légal au taux d'intérêt annuel applicable à chaque jour, qui correspondra à cette pension a augmenté de 50%. Partir de cette date les intérêts courront de la même façon, à condition que dépasser 20%, avec un taux minimum de 20%, sinon dépasse, inchangé et donc déjà accumulés quotidiennement jusqu'à ce.

Dans son cinquième point, Article 20 LCS, stipule que la réparation ou le remplacement de l'objet endommagé base initiale pour le calcul des intérêts est le montant net de telle réparation ou remplacement, sans l'illiquidité empêche commencer à comptabiliser les intérêts quand il vient à l'AP. 6º suite. Sinon, il sera calcul de l'indemnité de base initial en raison, ou le montant minimum qui peut être redevable à l'assureur.

À ce point, le plus de controverse est déterminée en fonction de l'appropriation possible par l'assuré, pas totale, mais une quantité partielle de l'indemnisation définitive à laquelle le paiement est exigé, et si la Cour suprême a déterminé, dans les résolutions successives, parmi lesquels comprennent la Les STS 12 Mars 2012 (ROJ: STS 1909/2012) (Sentence: 165/2012 | Ressource: 1203/2008 | Haut-parleur: Juan Antonio Rios Xiol) qui:

"En ce qui concerne le calcul de l'intérêt et l'efficacité de l'appropriation partielle , mais aussi en vigueur au moment de la perte d'une telle saisine de mentionner spécifiquement la possibilité que l'assureur va libérer la compensation de charge due reléguer -dans le cadre de dommages qui ne peuvent pas être la réparation, seulement avec des fins libératrices envisagées versement d'une indemnité -, On ne peut pas conclure que la disposition a été interdite avant la réforme 1995 expressément envisagée comme un moyen d'éviter la surtaxe. Et selon la jurisprudence récente, cette disposition doit être interprétée en ce sens que le bénéfice de l'exonération de supplément est subordonné à l'accomplissement de l'obligation de payer à temps ou envoi contraire convenable de ne pas appliquer à mener que les effets de la production mûre impeditive ( STS 29 Juin 2009, N.º RC 840/2005 ), et seulement après l'entrée en vigueur de la réforme de 2007 ( Droit 21/2007, de 11 Juillet) On peut faire valoir que le dispositif d'évacuation est fait pour que le paiement (article 7.3 et ), combiné avec l'article 9); Cela implique que l'attribution faite en vertu de la formulation précédente, que ce soit la loi initiale 30/1995 ou essais résultant des modifications apportées après le 13 DF LEC et le texte révisé de la LRCSCVM, Décret royal 8/2004, de 29 Octobre, avait pas de provision pour le paiement, mais un but de sécurité ( De SSSS 26 Mars 2009, N.º RC 469/2006 ; 12 Juillet 2010, N.º RC 694/2006 et 28 Juin 2011, N.º RC 1968/2007 ). Donc, exister, appropriation partielle faite, mais pas lié offre de paiement, Gratuitement, mais seulement par sa quantité, Que dois-je continuer à l'accumulation des intérêts sur la différence. "

Il en résulte que, en termes de trafic, appropriation réglementé 8e disposition additionnelle de la loi 30/95, selon la réforme de la formulation précédente 2007, ne nécessite pas que les fins de paiement à produire des effets de décharge. Qui est pas le cas aujourd'hui, Après la réforme de referida.

Suite à l'article suivant exposant 20 sera la durée initiale du calcul de ces intérêts à la date de perte.

Cependant, si le preneur, l'assuré ou le bénéficiaire n'a pas rempli l'obligation de déclarer la perte dans le délai fixé dans la politique ou, deuxièmement, dans sept jours, je l'ai connu, la durée initiale du calcul sera le jour du dépôt de la demande.

Comme la partie lésée ou ses héritiers comme prévu dans le premier paragraphe de ce nombre sont exonérés si l'assureur prouve qu'il n'a pas eu connaissance de la demande avant la demande ou de l'exercice d'une action directe de la personne lésée ou ses héritiers, Dans ce cas, la date sera la durée initiale de revendication, aucun exercice de cette action directe. (p.6)

Dans le septième paragraphe indique que prendra fin la fin de calcul des intérêts en cas de défaut de paiement du montant minimum pour lequel l'assureur peut devoir, le jour sous le numéro précédent de commencer à comptabiliser les intérêts sur le montant total de l'indemnisation, précédemment sauf si elle est versée par l'assureur le montant minimum, Dans ce cas, la date sera définitive ce terme de paiement. Il finira expiration de l'obligation de payer des intérêts de retard par l'assureur dans les autres cas la date de satisfait de rémunération réels, par paiement, la réparation ou le remplacement, l'assuré, bénéficiaire ou blessés.

Et le huitième à être pas de place pour des dommages-intérêts de l'assureur lorsque l'insatisfaction de l'indemnisation ou le paiement du montant minimum est basée sur une cause ou qui ne résulte pas.

Quant à ces fins est de mettre en évidence les STS 11 Décembre 2006, le traitement des cas de défaut de paiement par l'assureur et en particulier ceux qui sont considérés comme des retards justifiés.

STS salle 1e-3e 11-12-2006- bonnes bases- Haut-parleur: Juan Antonio Rios Xiol: L'assurance incendie. Retard dans le paiement de l'assurance.

Lors de la détermination des intérêts de l'article 20 LCS, concernant le retard dans le paiement de l'assurance, doivent être pris en compte dans la litispendance de l'assurance-incendie de la procédure pénale visant à identifier les causes de l'accident justifie retard de paiement, au moins jusqu'à il ya acquittement.

"... A) La loi sur le contrat d'assurance (LCS), dans la formulation précédente 1995, requis par l'article 20 pour définir la valeur par défaut par l'assureur que le retard dans l'exécution de l'obligation de verser une indemnité dans le délai indiqué est due à une cause qui lui est imputable et ne se justifie pas. Injustifiée simple opposition au paiement et à des tactiques dilatoires par l'assureur, pour raison de mandat juridique réside dans la prévention du processus est utilisé comme une excuse pour empêcher ou retarder le paiement de blessés. Pour déterminer si l'opposition est justifiée paiement doit procéder à une analyse de ce qui est arrivé dans chaque cas (De SSSS 16 Mars 2004, 8 Novembre 2004, 15 Décembre 2005 et 2 Mars 2006, inter).

  1. B) Il est bonne raison pour le retard dans le paiement de la rémunération convenue dans le litispendance de l'assurance-incendie de la procédure pénale, même si la conclusion est l'acquittement, fondée sur l'existence de preuves cohérentes d'intention de la part de l'assuré dans l'étiologie de l'accident. En effet, la loi stipule qu'il doit être considéré comme une manifestation de la survenance d'un motif valable pour le retard, seulement jusqu'au moment où acquittement criminelle a été rendue entreprise, avoir suivi la procédure pénale dont le but était principalement de déterminer les causes de l'accident, Compte tenu du, conformément à l'art. 48 II LCS, "(et)l assureur doit indemniser les dommages causés par le feu quand le feu était dû à une faute intentionnelle ou de négligence grave de l'assuré ".

Inclure, Parmi les plus récentes, Le SSSS suite:

  1. un) Les STS 27 Mai 1998 considère bonne raison pour le retard "la réalité d'une procédure pénale est pas initié à la demande de compagnies d'assurance", parce qu'il «est soulevée, plus la question de la quantité, mais la même obligation de payer ".
  2. b) Les STS 12 Mars 2001 également considéré comme un motif valable de l'existence d'une procédure pénale, "Bien que ne pas avoir l'autorité nécessaire pour attribuer une cause de l'accident de l'assuré, Regarde sont évidemment de la décision raisonnable suffisante pour impliquer qu'une incertitude rationnel ou que justifie l'application de l'exclusion juridique des charges doute est donné ".
  3. c) La même conclusion vient STS 28 Novembre 2003.
  4. d) Les STS 8 Mars 2006, dans un tel cas de poursuites par ce processus, stipule que «lors de la détermination de la cause du paiement de l'assurance doit être rendue par le tribunal est discutable surtout quand l'existence ou la réalité de la perte, comme quand ils ont pas appris de leurs causes et c'est déterminant du montant de l'indemnité ou, comme il est différend entre les parties, pas sur le montant exact de la compensation, mais si ou de ne pas couvrir l'incident; et lorsque, par la nécessité de recourir à la juridiction compétente pour la détermination de la cause, coupable ou non, perte de production, décisions judiciaires fixant le montant payable par l'assureur à titre de compensation pour les écarts entre les parties est nécessaire, particulièrement (STS 5 Mars 1992) lorsque la complexité des relations entre les détenus exclut la détermination facile du montant effectivement dû ", Mulberry exclut assureur ».
  5. et) De même, les SSSS sont prononcés 9 Mars 2006 et 10 Mai 2006.
  6. C) Dans le procès de cours est suffisante pour mettre en évidence les circonstances qui met en évidence l'appelant, constitué de l'auto-initiation de la procédure pénale, répété accords gag, Afin d'interception des conversations téléphoniques, ouverture du procès à la demande du procureur note provisoire d'incendie criminel et escroquerie, reconnaissance par la preuve de jugement pénal acquittement qu'il existe des preuves concernant D. Rodrigo et sa femme, ainsi que l'existence d'un conflit similaire "V., SA "avec son ancien assureur autre accident, qui a également terminé avec acquittement, où la Cour pénale dit que il ya des déclarations claires et explicites des témoins dans l'enquête sur l'affaire, Vous pouvez ensuite fanée dans le procès; et dans le jugement de la Cour provinciale a également appelé à l'absence de preuves comme base pour l'acquittement.

Ce fond, complexe lié à la preuve recueillie dans le processus de demande, examiné par le juge, sur la situation économique et le contexte de l'entreprise sécurisé, conduire à la conclusion que, au moins, il y avait des indications sur l'intentionnalité possible dans la production d'incendie et, en conséquence, On peut comprendre qu'il y avait un doute raisonnable quant à la cause de cette, qui a justifié le retard de l'assureur de payer le montant de l'indemnité. Cette, Bien que pas en mesure de démontrer l'intention ou de négligence grave de l'assuré, était raisonnable, en vue de l'arrière-plan et en particulier la recherche faite dans le cadre de l'incident pour lequel il est demandé réparation, qui mettrait les moyens d'enquêter sur la signification possible de la situation afin de déterminer la responsabilité d'un incendie dont les causes précises, en fin de compte, n'a pu être déterminée.

  1. D) Pour tout ce qui précède, être considéré comme conforme à la doctrine de l'arrêt de la Cour, le cas échéant l'objet d'une indemnisation en supplément de la peine à partir du moment de l'incident, sur la base de pré-contractuelle déterminer le montant de l'indemnité, mais en omettant les faits qui viennent d'être évoqués. Ceux-ci proviennent en grande partie de la preuve resultancia qui prend en charge le jugement lui-même, et, Cas, sont susceptibles d'être considérés en appel en vertu des pouvoirs de l'intégration des faits concernant la loi reconnaît ceux qui, consistant à voitures et pas aller à l'encontre de la déclaration de faits constatés, elles sont pertinentes pour l'application de la règle violée et invoqué comme ils ont été privés de leurs droits par l'arrêt attaqué.

Ces faits, en cas de poursuites, sont tout à fait pertinentes, en vertu de la jurisprudence citée, il peut donc être considéré que seul le jugement pénal d'acquittement efface brevet si l'incertitude quant à l'existence possible d'une intention de produire le feu, de sorte qu'à partir de la date du jugement a été rendu dans le second degré dans le criminel disparaît justification pour le paiement de l'assureur retardé, ont été rendus orphelins par le test de l'intentionnalité de la demande et son auteur par les gestionnaires de l'assuré, de telle sorte que de lui peut être considéré comme une absence injustifiée de paiement par l'assureur pour la compensation de ... "

STS est aussi 25 Février 2013 (ROJ: STS 1523/2013) (Sentence: 117/2013 | Ressource: 1671/2010 | Haut-parleur: Juan Antonio Rios Xiol), face à un dilemme et points au-dessus de la manière restrictive dont la Haute Cour considérée comme une fin:

"Troisième.- Intérêts de retard. Provenance de la fiscalité.

  1. A) Le 8 DA de droit 30/1995 de 8 Novembre, Réglementation et surveillance des assurances privées , en plus de changer le nom de la loi sur l'utilisation et la circulation des véhicules à moteur (qui a été rebaptisée Loi sur la responsabilité et de l'assurance sur circulation de véhicules motorisés), à cette norme une DA, concernant le défaut par l'assureur, où, même si elle fait référence sur ce sujet à l'article 20 LCS , également reconnu un certain nombre de caractéristiques, principalement la possibilité que la compagnie d'assurance pourrait exonérer les frais de retard indemnisation ou reléguer judiciaire dans les trois mois suivant la date de survenance du sinistre, précisant que, si il ne pouvait pas savoir à ce moment la pleine ampleur des dégâts objet d'une indemnisation, devait être le juge de statuer sur la suffisance ou de l'expansion du crédit ouvert, Le rapport préliminaire du coroner le cas échéant, et selon le montant approximatif qui peut, en vertu du système juridique de l'évaluation qui a incorporé l'annexe de cette loi avec.

Comme il a été entendu la jurisprudence de la Cour (De SSSS 29 Juin 2009, N.º RC 840/2005 ; 7 Juin 2010, N.º RC 427/2006 , 12 Juillet 2010, N.º RC 694/2006 ; 22 Novembre 2010, N.º RC 400/2006 et 28 Juin 2011, N.º RC 1968/2007 , Parmi les plus récentes), le libellé de la norme citée dans sa forme originale, applicable aux sinistres survenus pendant la durée ( De SSSS 26 Mars 2009, N.º RC 469/2006 ; de 22 Novembre 2010, N.º RC 400/2006 et 10 Novembre 2010, N.º RC 882/2007 , inter)-, est clair que le bénéfice de l'exonération de la taxe dépend du respect de l'obligation de payer à temps ou de la consignation (trois mois suivant la survenance de l'incident), et, aussi, ils sont blessures plus de trois mois, ou dont la longueur portée exacte ne peut être déterminée après affectation, que le montant est suffisant déclaration par le tribunal en vue du rapport médico-légal le cas échéant, ce qui est une déclaration que l'assureur doit demander. L'absence de ces deux budgets, pas être reconnus pour la conduite affichée par la compagnie d'assurance retenir les effets de la production de mûrier qui comprend la norme. Jusqu'à l'entrée en vigueur de la réforme introduite par la loi 21/2007 (article 7.3 et], combiné avec l'article 9) cette Cour n'a pas jugé nécessaire de fournir les quantités blessés signalés pour les effets de décharge par la reconnaissance d'un but strictement garantie (De SSSS 26 Mars 2009, N.º RC 469/2006, 12 Juillet 2010, N.º RC 694/2006).

Par ailleurs, Bien que conformément à l'article 20 .8.º LCS , l'existence de la cause implique l'absence de faute ou de retard imputable à l'assureur, et lui exonéré de ce que ces charges des intérêts de retard, dans l'appréciation de cette exemption parce que cette Cour a maintenu une interprétation restrictive en réponse à la nature punitive qui peut être attribuée à l'effet de la règle empêchant ce processus est utilisé comme une excuse pour empêcher ou retarder les paiements de blessés ( SSSS 17 Octobre 2007, N.º RC 3398/2000 ; 18 Octobre 2007, N.º RC 3806/2000 ; 6 Novembre 2008, N.º RC 332/2004 , 7 Juin 2010, N.º RC 427/2006 ; 1 Octobre 2010, N.º RC 1314/2005 ; 17 Décembre 2010, N.º RC 2307/2006 ; 11 Avril 2011, N.º RC 1950/2007 et 7 Novembre 2011, N.º RC 1430/2008 ).

En réponse à ce cas, si le retard est déterminé par le cours d'un litige, opposition à l'assureur est jugée justifiée pour les fins de l'imposition des intérêts n'a pas examiné le bien-fondé de la même, base des constatations faites par le tribunal de première instance, ce qui correspond à l'établissement des faits avérés et les circonstances d'un budget de nature factuelle nécessaires pour intégrer la norme utilisée.

Cette règle d'interprétation que la simple existence d'un processus, ou le fait d'aller à la même, constituent de justes motifs pour le délai lui-même, ou présumer le caractère raisonnable de l'opposition. Le processus ne fait pas obstacle à imposer les intérêts de l'assureur, sauf si vous appréciez un réel besoin de recourir aux tribunaux pour résoudre un doute raisonnable ou l'incertitude quant à la naissance de la même obligation d'indemniser ( SSSS 7 Juin 2010, N.º RC 427/2006 ; 29 Septembre 2010, N.º RC 1393/2005 ; 1 Octobre 2010, N.º RC 1315/2005 ; 26 Octobre 2010, N.º RC 677/2007 ; 31 Janvier 2011, N.º RC 2156/2006 et 1 Février 2011, N.º RC 2040/2006 ). Pour cette raison,, jurisprudence ne voit pas de justification lorsque, sans remettre en cause la réalité de la créance ou sa couverture, incertitude sur le montant réel de la rémunération ne se pose que, ou concernant l'influence causale de la faute de l'assuré dans sa causalité, même en cas de l'apparition éventuelle de conduite négligente. Dans le premier cas,, car il est important que l'incertitude a été alimentée par l'assureur lui-même négliger son devoir d'utiliser la plus grande diligence dans l'évaluation rapide des dommages causés, pour faciliter l'assuré pour une réparation rapide de ce qui est considéré en raison ( De SSSS 1 Juillet 2008, N.º RC 372/2002 , 1 Octobre 2010, N.º RC 1315/2005 et 26 Octobre 2010, N.º RC 677/2007 ), nonobstant le fait que l'assureur défendre et que, prospérer opposition, droit au remboursement du prix payé, et que, pour surmonter vieil aphorisme dans illiquidis non mora ajustement [pas habiter se produit quand il est des quantités non liquides] a conduit à la jurisprudence de considérer l'indemnisation comme une dette, peu importe le moment de quantifier, existe déjà au moment de l'accident se produisent, comme un facteur déterminant de l'obligation d'indemniser (Parmi les plus récentes, De SSSS 1 Octobre 2010, N.º RC 1315/2005 ; 31 Janvier 2011, N.º RC 2156/2006 ; 1 Février 2011, N.º RC 2040/2006 et 7 Novembre 2011; RC 1430/2008 ). Dans le second cas, parce que la responsabilité découlant de l'utilisation des véhicules à moteur est basé sur le risque posé par leur conduite (article 1.1 II LRCSVM 1995), de sorte que seule la répartition du résultat du pilote est exclu lorsque la chaîne de causalité interfère avec la conduite ou la négligence des blessés (si le dommage est dû uniquement à leur) ou de force majeure sans rapport avec le fonctionnement de conduite et véhicule ( STS 16 Décembre 2008, N.º RC 615/2002 , parmi d'autres). En particulier, blâmer la victime, mais il est avéré, si pas la seule cause de l'accident, est inefficace pour exonérer le conducteur (De SSSS 10 Décembre 2009, N.º RC 1090/2005; 23 Avril 2009, N.º RC 2031/2006; 29 Juin 2009, Nº RC 840/2005 et 10 Octobre 2008, N.º RC 1445/2003, inter)."

Dernier, aux points 9 et 10, Article 20 LCS, vient de mettre en place certaines spécialités, si tel est le Consortium de Compensation Insurance redevable de la rémunération, certaines lois et règlements sur.

Le neuvième point est dit que lorsque l'assurance contre les accidents Consortium doit répondre à la compensation comme un fonds de garantie, signifie que par défaut que dans le cas où la période de trois mois se sont écoulés depuis la date à laquelle vous demandez satisfaction sans compensation par le Consortium ayant payé le même conformément à ses règles spécifique, étant non requis pour compenser défaut de non-paiement du montant minimum. Dans le reste lorsque le consortium impliqué en tant que fonds de garantie, et, aucune exception, lorsque le consortium engagé comme assureur direct, être entièrement couverte par le présent article.

Et le dixième point de déterminer l'assureur dommages-intérêts ne sont pas applicables les dispositions de l'article. 1108[2] CC., ni les préceptes par. cuarto art. 921[3] LEC, à moins que les dispositions contenues dans cette dernière disposition pour reprise partielle ou totale de l'arrêt.

[1] Droit 50/1980, de 8 Octobre, Contrat d'assurance.

[2] Art. 1108 CC "Si l'obligation consiste dans le paiement d'une somme d'argent, et les retards débiteurs, la réparation des dommages, pas qu'il y ait un accord à l'effet contraire, consiste dans le paiement de l'intérêt convenu, et l'absence d'accord, l'intérêt légal. "

[3] Art. 921 p 4 LEC "Lorsque la résolution condamné à payer un montant net, ce reviendront au créancier, car il il était le tribunal de première instance jusqu'à ce qu'elle soit entièrement exécuté, égal à l'intérêt légal de l'argent a augmenté l'intérêt annuel à deux points, ou approprié par accord des parties, la disposition spéciale, interjeté appel, sauf si le jugement est entièrement révoqué. En cas de révocation partielle, la Cour a décidé en fonction de leur discrétion, but razonándolo ".

Laisser un commentaire

Langue


Définir comme langue par défaut
Modifier la traduction


Abonnez-vous pour recevoir un fichier PDF livre


Juste pour vous inscrire recevoir par e-mail le lien pour télécharger le livre "Comment changer d'avocat" sous forme numérique.
Inscrivez-vous ici

Sígueme en Twitter



M'abonner

* Ce champs est obligatoire