Responsabilité des agents pour vices de construction

defectos constructivos

 

Les mandataires sont solidairement responsables des vices de construction non individualisables ou lorsque la concordance des vices n'est pas prouvée.

  Consultez votre cas gratuitement maintenant

La 1ère section de la Cour provinciale de Huesca a rendu un jugement sur 30 Mars 2020, avec aucune résolution 53/2020, confirmant partiellement l'appel interjeté par le Communauté des propriétaires. Il a condamné D. Benito, D. Calixto, TRAVAUX ET CONTRATS FEMORA, S.L., PATRIMONIAL DE BISAN, S.L. ET ASSURANCE CASER, S.A., selon leur responsabilité pour les dommages et défauts avérés après la construction des maisons et des locaux de stockage.

Rappel des faits

Par le promoteur, PATRIMONIAL DE BISAN, S.L., et l'entreprise de construction, TRAVAUX ET CONTRATS FEMORA, S.L., un immeuble en copropriété a été construit.

PATRIMONIAL DE BISAN, S.L., a souscrit deux assurances avec CASER, ASSURANCE ET DE LA SOCIÉTÉ DE RÉASSURANCE, S.A., «Tous risques de construction» et «segmenté sur dix ans». Le premier comprenait tous les travaux et installations et maintenance, à partir de 14 Mars 2010 un 14 Mars 2011. Le second, dommages structurels au bâtiment selon l'art. 19 LIRE, et dommages au travail fondamental, travail secondaire, installations fixes, propres équipements et éléments d'urbanisation, les frais de démolition et de débris, avec une limite.

La communauté des propriétaires a intenté une action en justice, demander une compensation pour défauts de construction, contre BISAL PATRIMONIAL. S.L., TRAVAUX ET CONTRATS FEMORA, S.L., D. Benito, D. Calixto (architecte, rédacteur de projet et chef de chantier, respectivement) et CASER SEGUROS, S.Un.

Primera Instancia

Le Tribunal de première instance n ° 1 de Huesca a condamné le 30 Juin 2016, rejetant la demande dans son intégralité en raison du manque de preuve des vices allégués par la Communauté des propriétaires.

Cour provinciale

La communauté des propriétaires a interjeté appel. Les raisons étaient liées aux prétendus vices de construction, selon qu'ils affectent des éléments communs ou propriétaires.

La section a partiellement accueilli l'appel.

Il a estimé que, étant intervenu dans la construction divers agents, et que, Bien que le Loi sur la planification des bâtiments, responsabilité personnelle et individualisée réglementée, sur article 17.3 il a été déclaré que "lorsque la cause du dommage matériel ne peut être identifiée ou la concordance des fautes a été dûment prouvée sans pouvoir préciser le degré d'intervention de chaque agent dans le dommage produit, la responsabilité sera demandée conjointement et individuellement. De toute façon, le promoteur répondra en solidarité avec les autres intervenants avant les éventuels acquéreurs des dommages matériels dans le bâtiment causés par des vices ou des vices de construction. " (STS 2167/2012, de 20 Mai 2015).

Conclusion

Selon le article 17.3 LIRE,:

«Lorsque la cause du dommage matériel n'a pas pu être identifiée ou que la concordance des fautes a été dûment prouvée sans pouvoir préciser le degré d'intervention de chaque agent dans le dommage produit, la responsabilité sera demandée conjointement et individuellement. De toute façon, le promoteur sera responsable solidairement avec les autres intervenants devant les éventuels acquéreurs des dommages matériels dans l'immeuble causés par des vices ou vices de construction. "

 Consultez votre cas gratuitement maintenant

Laisser un commentaire

Langue


Defini comme langue par défaut
 Modifier la traduction


Abonnez-vous pour recevoir un fichier PDF livre


Juste pour vous inscrire recevoir par e-mail le lien pour télécharger le livre "Comment changer d'avocat" sous forme numérique.
Inscrivez-vous ici

Sígueme en Twitter



M'abonner

* Ce champs est obligatoire