Assurance de dommages, le non-paiement du Consortium de rémunération et primes d'assurance

 

 

seguro de daños

Les accords entre l'assureur et l'assurance contre les dommages assurés ne touchent pas l'indemnisation pour les assurances Consortium

  Consultez votre cas maintenant

 

Dans l' l'assurance des biens, des accords entre l'assureur et le preneur d'assurance sur le retard de paiement de la prime ne lie pas le Consortium de compensation des assurances.

La Cour suprême du 2 Juillet 2019, No.. résolution 383/2019, il a statué sur le fond de la couverture par le Consortium de compensation des assurances pour les dommages résultant des risques extraordinaires. Spécifiquement, lors du paiement d'assurance ordinaire de la prime, il se produit tardivement par exist entre l'assureur et le preneur d'un pacte. En el presente caso, le paiement est venu le jour même de l'incident et, au bout de six mois après l'expiration de la prime.

Rappel des faits

En 2008 SOTAVENTO S.A.U, il a signé, pour la station Playitas Resort,une politique tout risque matériel / perte de bénéfice / vol / dommages à l'équipement électronique AXA Assurances générales S.A..

Pour Playitas Golf Resort, également propriété, Il a engagé assurance tous risques d'assurance-vie S.A..

Des politiques ont été affectées par supplément obligatoire en faveur du Consortium, conformément à l'art. 7 de RD. 7/2004, par le Statut juridique du Consortium de compensation des assurances approuvé.

La 30 Novembre 2010 il y avait un incident extraordinaire inondations qui ont affecté les deux propriétés.

LEEWARD S.A.U a demandé l'indemnisation des dommages dans la station et le parcours de golf. Les compagnies d'assurance ont refusé.

Le Consortium a convenu que ne devrait prendre le risque extraordinaire pour les dommages au parcours de golf. En effet, la prime et la surtaxe payable au Consortium avait été payé avant l'incident (spécifiquement, la 25 Novembre 2010). Inversement, Consortium a rejeté le paiement de la compensation du complexe d'hôtel. SOTAVENTO Je ne l'avais pas payé la prime de la police d'assurance avant l'accident.

La 30 Novembre 2012 procès intenté contre LEEWARD procès ordinaire AXA, Banque d'assurance-vie S.A. (Generali en Espagne S.Un.), Ace European Group Limited et le Consortium de compensation des assurances.

il a demandé l'indemnisation des dommages et une indemnité pour retard à la livraison de réunion dans les montants suivants:

  • Consortium de compensation des assurances: 911.778,78.-€ € 109.576,04.- paiement principal et fin.
  • AXA Seguros S.A.: 13.200.-€ € 1.586,36.- paiement principal et fin.
  • Ace European Group: 8.800.-€ € 1.057,57.- paiement principal et fin.
  • assurance vie (Generali Espagne): 000.-€ € 360,53.- paiement principal et fin.

La 27 Juin 2013, en voiture, il avait été retiré par le demandeur par rapport à l'entité Generali Espagne.

La 14 Octobre a eu lieu fin au processus par rapport à AXA et ACE European Group Limited pour parvenir à un accord de compromis.

le traitement par rapport Consortium de compensation des assurances continue.

Dans sa réponse à la plainte, le Consortium a fait valoir qu'il n'a pas été obligé de payer, "si on pensait que la politique d'AXA avait été éteinte par le non-paiement de la première prime (art. 15.I LCS) comme si elle était considérée comme ... c'était un renouvellement, comme Ils avaient passé plus de six mois à compter de la date d'effet (art. 15.II LCS)".

Primera Instancia

La 22 Octobre 2013 le Tribunal de première instance n ° 6 Las Palmas a donné un jugement rejetant la demande formulée par l'entité SOTAVENTO et acquittant l'indemnisation pour les assurances Consortium des réclamations contre.

Il a expliqué que, comme "la première politique conclu en 2008, la période correspondante entre 10 Mai 2010 et 10 Mai 2011 Il a été le deuxième renouvellement, de sorte que le cours était des primes régulières et, puisque le paiement est effectué 30 Novembre 2010, après une période de six mois visés à l'article. 15.II LCS, la relation contractuelle a été éteinte « ipso iure » et automatiquement".

Ainsi,, l'application était l'hypothèse couverture exclusion à condition que la technique. 6.k) Règlement sur l'assurance des risques extraordinaires.

Cour provinciale

Le requérant interjeta appel du jugement en première instance.

La 12 Septembre 2016, 5e section de la Cour provinciale de Las Palmas, Il a rendu une décision confirmant en partie l'appel. Il a condamné le Consortium à verser au requérant le montant de 908.762 d'euros.

Compris que l'audition, lors de l'accident était la politique de force AXA.

Il ne pouvait pas être considéré comme suspendu ou expiré police d'assurance, conforme al art. 15 LCS y 6.k) Règlement sur l'assurance des risques extraordinaires, notamment, cuando Il n'y avait pas faute du preneur d'assurance dans le retard de paiement de la prime d'assurance, parce que c'est été satisfaisant sans aucune objection à l'accord d'AXA.

Pendant des années, il avait été accepté cette procédure sans componction. Public a ajouté que "les parties ont convenu de reporter l'octroi de la flexibilité et la présentation possible à la collecte des primes pour chaque rente ou d'un terme de ... qui ont été renouvelés, dont la prime n'a pas été payée au début de la même ".

De manière que, "le retard dans la présentation pour le paiement et le paiement de la prime...Il n'a pas d'incidence sur la couverture".

En 2008, étant la date effective de la politique 10/05/2008 un 10/05/2009, primes d'assurance AXA charge la 19 Décembre 2008. En 2009 Il a affirmé les effets politiques mai 2009 à mai 2010 en Juillet 2010. A savoir, plus de six mois après l'expiration de leur mandat. En 2010, la prime payée le même jour de l'incident (30 Novembre 2010).

public ajouté, Article. 15 LCS prévu, à titre d'exception, qui les parties sont convenues paiement de la prime au plus tard. Et, Ce pacte aussi affecté la relation Consortium de compensation des assurances avec l'assuré. En effet,, l'alliance était sur la même police d'assurance et non une assurance séparée disposée directement avec le Consortium.

Cour suprême

Le Consortium de compensation des assurances a déposé un recours en contrefaçon de procédure et de recours.

La 2 Juillet 2019 la Chambre civile de la Cour suprême,  Il a résolu le différend par son pas de jugement. 383/2019.

La Chambre a rejeté l'appel pour vice de procédure.

En ce qui concerne l'appel interjeté par le CCS, Elle était fondée sur deux raisons:

  • 1° Violation de l'art. 6 k) Règlement sur l'assurance des risques extraordinaires par rapport à l'art. 8 du Statut du Consortium de compensation des assurances.
  • 2° Violation de l'art. 15.2 LCS.

 

Il estime que la Chambre, Compte tenu du lien étroit entre les deux motifs, Ils doivent être analysés ensemble et considérés comme l'appel.

Pour la Haute Cour,  Il était d'obtenir « tous les dommages matériels de risque / perte de profit » signé en 2008, durée annuelle. Il a dit l'assurance a été soumis à l'effet de renouvellement 10 Mai 2010 à l' 10 Mai 2011.

L'application est la prévision de l'art. 15.2 LCS sur par défaut par l'une des premières suivantes. En effet, la prime pour la période 10 Mai 2010 à l' 10 Mai 2011 n'a pas été celle de la première annuité, mais une suite.

La Chambre a cité son arrêt en séance plénière 357/2015, de 30 Juin, Il dit:

« Dans le cas de défaut par l'une des premières suivantes, section 2 Art. 15 LCS, prévoit que<<couverture d'assurance est suspendu un mois après le jour de la maturité. Si l'assureur ne demande pas le paiement dans les six mois qui suivent l'expiration de la prime, il est entendu que le contrat est éteint. De toute façon, el asegurador, lorsque le contrat est suspendu, il peut exiger le paiement de la prime pour la période actuelle>>.

Le non-paiement de l'une des premières ... suivant suppose que le contrat, qui avait déjà commencé à déployer tous ses effets avant, Il a été automatiquement prolongé, et aucune des deux parties a dénoncé en termes d'art. 22 LCS.

Dans ces cas,, de la valeur par défaut de la prime successive, au cours du premier mois du contrat demeure en vigueur et ainsi une couverture d'assurance, si l'accident se produit à ce moment, la société est tenu d'indemniser l'assuré dans les conditions convenues dans le contrat et répond au tiers exerçant l'action directe de l'art. 76 LCS.

A partir du mois suivant le non-paiement de la prime, et pendant les cinq prochaines, tandis que l'emprunteur ne paie toujours pas la prime et l'assureur n'a pas résilié le contrat, couverture d'assurance est suspendue. Cela signifie que les parties ne présente pas d'effets, en ce sens que l'accident est arrivé à ce moment, l'assurance ne couvre pas contre son assuré (…)

Au bout de six mois de non-paiement de la prime, sans l'assureur avait réclamé le paiement, le contrat d'assurance est automatiquement résilié et l'effet juridique de la disposition elle-même, sans la nécessité d'encourager la résolution par l'une des parties. Lógicamente, l'incident est survenu après la résiliation du contrat ne sont pas couverts par l'assurance (...)".

Alors, la raison pour laquelle la Cour a estimé qu'il n'a pas été exclu Consortium de couverture était d'un commun accord entre l'assureur et le preneur d'assurance. La Chambre a estimé que ce raisonnement de la Cour a eu tort.

Ainsi,, Hall a cité le jugement 58/2017, de 30 Janvier, pourquoi "bien qu'il puisse être accepté dans l'art. 15.2 LCS une qualification équivalente à celle contenue dans l'art. 15.1 LCS (ce qui permet par ailleurs indiqué dans le cas de défaut de la première prime ou prime unique) et est resté sans ambiguïté preuve du pacte, il ne serait pas opposable au Consortium, dont la relation juridique avec le preneur d'assurance et l'assuré est différent de l'assureur, bien émanant de la même politique".

Art.8 de la jambe RD. 7/2004, de 29 Octobre, définir l'obligation Consortium pour répondre au règlement des revendications aux titulaires de police "qui ont payé les frais supplémentaires correspondants".

Pour sa part, Article. 6 k) Décret royal 300/2004, exclus de la couverture par le Consortium des dommages correspondant à "survenant avant le paiement de la première prime ou quand ...est suspendu ou l'assurance a été résilié pour non-paiement des primes"

L'application de ces normes Consortium exclu l'obligation de satisfaire la rémunération des assurés assurés lorsque la prime a été payée après l'incident, et après échéance six mois.

Donc, la Chambre a accueilli l'appel. Rejeté un procès intenté par SOTAVENTO contre le Consortium de compensation des assurances pour les dommages matériels.

Conclusion

Les accords entre le preneur assuré et l'assureur concernant le retard possible et non-paiement d'une prime, ne lie pas le Consortium de compensation des assurances. Nous sommes confrontés à différentes relations juridiques, bien émanant de la même politique.

  Consultez votre cas maintenant

 

Laisser un commentaire

Langue


Defini comme langue par défaut
 Modifier la traduction


Abonnez-vous pour recevoir un fichier PDF livre


Juste pour vous inscrire recevoir par e-mail le lien pour télécharger le livre "Comment changer d'avocat" sous forme numérique.
Inscrivez-vous ici

Sígueme en Twitter



M'abonner

* Ce champs est obligatoire