L'assurance-vie et un questionnaire de santé rempli sans demander l'assuré

seguro de vida

 

Dans les contrats d'assurance-vie, questionnaires de santé remplis par l'employé de la compagnie d'assurance sans demander à l'assuré, ne servent pas à éviter de payer une indemnité

 Consultez votre cas maintenant

 

en location seguros de vida, si el questionnaire de santé a été complété par le partenaire d'assurance sans poser de questions le preneur d'assurance, la société assume le risque.

La L'article 2 de la Cour provinciale de León dans l'affaire 25 Juillet 2019 nº 238/2019, Il résolut en faveur du preneur d'assurance dans un litige sur l'existence d'une fraude ou de négligence grave en signant le contrat seguro de vida. Le questionnaire de santé était complété par l'assurance des employés, quien il n'a pas soulevé des questions au preneur d'assurance. Le preneur d'assurance à l'époque était l'affection à un invalidité permanente. Temps plus tard, la politique a été déclarée pour invalidité totale, moment de la demande versement d'une indemnité à l'assureur. L'assureur a contesté au motif qu'il y avait eu fraude à remplir le questionnaire pour faire taire le preneur d'assurance au sujet de son handicap. Cependant, d'audience, il n'y avait pas d'obligation d'exprimer une telle circonstance la politique n'a pas été posée ainsi, Pechar assureur doit avec les conséquences de ne pas présenter questionnaire de santé.

Rappel des faits

D. Pascual était sorti depuis 19 Avril 2010 jusqu'à ce que 18 Avril 2011 un état d'anxiété non précisée.

depuis Juin 2010 D. Pascual faisait l'objet d'un traitement à l'unité de santé mentale de l'hôpital pour des troubles de l'anxiété, après le traitement de la drogue.

La 25 Octobre 2011 Avis Proposition de résolution a été émis par l'INSS dont la note est proposé à D. Pascual comme degré total définitivement désactivé. La raison était une boîte anxiété résiduelle.

La 31 Octobre 2011 D. Pascual avait ouvert dans l'entité un NCG Banco « Profil client ». Dans ce, dans « Les données économiques et la famille » profession a été répertorié comme « retraite / retraité ».

La 8 Juin 2012, D. Pascual a signé avec cette entité une politique de prêt avec une garantie personnelle la somme de 3.000 d'euros, étant la date de la dernière livraison 1 Juillet 2018.

Le même jour, D. Pascual a signé une assurance liée de prêt couvrant la situation d'invalidité absolue et permanente avec un capital assuré 30.000 d'euros.

le questionnaire correspondant de « déclaration de santé » a été remplie par l'employé de l'assurance, contestando con un “no” a las siguientes preguntas:

"(1) Êtes-vous actuellement malade ou d'un accident?; (2) Avez-vous eu ou avez une maladie qui Ie a été forcé d'interrompre leur travail pendant plus de quinze jours au cours des cinq dernières années?; (3) Souffrez-vous ou avez eu une infection du sang, une maladie du foie ou d'une maladie contagieuse, comme l'hépatite (n'importe quel type) ou les maladies sexuellement transmissibles, infection par le VIH (SIDA liée à la)?; (4) Avez-vous une déficience physique ou fonctionnelle, Il a subi un grave accident, Il a subi une intervention chirurgicale ou reçu une transfusion sanguine?; (5) Auriez-vous est recommandé de consulter un médecin, hospitalisé, subir un traitement ou une intervention chirurgicale?; (8) Auriez-vous fait ou recommandé test du sida?; (9) Est-ce que vous consommez ou avez régulièrement consommé des boissons alcoolisées, anxiolytiques, médicaments ou tout autre médicament avec ou sans ordonnance?; (10) En conclusion, Est-ce que votre santé est bonne et la maladie?".

La 23 Mai 2013 Promulgation émis par la proposition INSS déclarant D. affection d'un Pascual invalidité totale en raison de maladies courantes pour l'aggravation de leurs maux et ils ont aggravé l'invalidation de l'Etat.

Compte tenu de ces faits, D. Pascual a intenté un procès contre la société Caixa Galicia Assurance et réassurance. Il a demandé le paiement de 30.000 euros, plus les intérêts de l'art. 20 LCS.

Il était le preneur d'assurance de la vie et avait été déclarée pour incapacité permanente absolue, riesgo que se encontraba cubierto por el seguro suscrito.

La société intimée a objecté au motif que Brokered malveillance ou de négligence dans le preneur d'assurance d'omettre qui avaient une incapacité permanente totale. Dicha circunstancia modificaba el riesgo cubierto por el contrato.

Conformément à l'art. 10 Droit des contrats d'assurance, Il n'existait pas pour l'obligation de l'assureur à indemniser.

Primera Instancia

La 18 Octobre 2018 el Juzgado de Primera Instancia nº 1 A rejeté ponferrada jugement le procès. Le juge a estimé que l'existence au moins une faute lourde dans D. Pascual pour remplir le questionnaire de santé.

Cour provincialeseguro de vida

D. Pascual a fait appel de l'instance de jugement tiré d'une erreur dans l'appréciation de la preuve.

La 25 Juillet 2019 2ème section, de la Cour provinciale de León a statué l'estimation de la ressource D. Pascual.

Il envisagea prouvé que le demandeur et son épouse sont allés à la banque pour demander un crédit. La banque a demandé à tous les documents financiers nécessaires à l'étude de faisabilité du même. Donc, la société avait en sa possession à la pension que le requérant chargé et savait qu'il était retraité.

La police d'assurance a été contractée le même jour le prêt banque d'exigence et pas l'acteur a subi le questionnaire de santé, mais il était l'employé de l'entité elle-même qui a mis la réponse « NON » à toutes les questions dans le questionnaire sans preguntárselas clients.

Donc,  ne pouvait pas être vu ou de fraude ou de mauvaise foi.

La question était de savoir si D alors. Pascual il a engagé, du moins faute lourde lors de la signature du contrat déclarer aucun problème de santé subis. Puis, il y aurait une violation de l'art. 10 LCS.

La Cour a noté en premier lieu, entre les garanties couvertes par la politique, l'invalidité totale et permanente ont été. Et, D. Pascual a été déclaré 23 Mai 2013 par résolution du INSS dans l'incapacité absolue.

La Cour a cité les STS 4 diciembre de 2014 recueillir la doctrine de la déclaration des droits qui à son tour risque, Il a fait référence à l'arrêt 479/2006, de 3 Juin, par lequel: "conformément à l'article 10 LCS, le preneur d'assurance a le devoir avant la conclusion du contrat, de déclarer à l'assureur, selon le questionnaire qu'il a soumis à ce, toutes les circonstances connues qui peuvent influer sur l'évaluation des risques".

Cette obligation a été remplie, selon le cas, Je réponds au questionnaire soumis par l'assureur, qui a pris le risque sinon présent ou faire incomplètement.

a poursuivi la collecte de cas les conséquences de la violation de cette obligation, reflété dans l'art. 10.LCS II et étaient:

" un) La capacité de l'assureur de résilier le contrat dans un mois ..., avoir une connaissance de la réserve ou de l'inexactitude de la politique ...

b) La réduction de la prestation de l'assureur proportionnelle ... que si l'incident se produit avant que l'assureur fait la déclaration de résiliation.

c) La libération du paiement de la prestation de l'assureur. Cet effet se produit uniquement, conformément à l'art. 10. II, dernier élément, LCS, oui signifie malveillance ou de faute lourde du preneur".

Alors, la réduction de la provision ne nécessitait pas l'assentiment de dol ou de faute grave du preneur d'assurance, sino solo la existencia de reticencias o inexactitudes en la declaración.

"par l'obligation de la déclaration des titulaires de police des circonstances qui définissent le risque émerge façon nette ... caractère que le contrat d'assurance de toute bonne foi".

La bonne foi se manifeste dans laquelle l'assureur a dû compter sur la description du risque à une autre partie. Les activités d'assurance nécessaires collaboration loyale de tous ceux qui voulaient couvrir les assureurs. Solo mediante una une évaluation précise du risque la aseguradora podía decidir justamente si asumirlo o no. De cette façon, en el caso de que decidieran celebrar el contratose podría determinar la prima que debía pagar el asegurado.

Mais, "L'art. 10 le LCS ... a conçu plus d'une déclaration de service, une le devoir de répondre ou de réponse du preneur d'assurance à ce qui est demandé par l'assuré, car cela en raison de leur plus grande connaissance ... vous devriez demander au contractant toutes les données qu'il juge appropriées ".

L'exemption des droits du preneur d'assurance de déclarer une maladie dont souffre "Il ne peut se justifier par la simple raison que le questionnaire a été rempli par le personnel de la banque ...La vraiment pertinente pour cette circonstance exemptés de cette obligation et il l'empêche peut évaluer un comportement frauduleux ... est que, on peut conclure que le preneur d'assurance n'a pas été remis en question par les informations pertinentes. En los casos en que el cuestionario es rellenado por empleados de la compañía asegurado sin que se haya recabado de la tomadora la contestación a las preguntas, Autant que sa signature apparaît à la fin du questionnaire, il n'y aura pas manquement à l'obligation de déclarer que les circonstances pertinentes à l'évaluation du risque, parce qu'il aura été demandé ce".

Pour l'essai a témoigné épouse de l'acteur, Mlle.. Gabriela.

Dijo en su declaración que le comunicaron al empleado que la póliza no les valdría de nada porque D. Pascual ya tenía una incapacidad y también un seguro de vida desde el año 2007. Aussi, señaló que el empleado del banco no les mostró ningún cuestionario y que solo les realizó dos preguntas: la altura y peso de D. Pascual.

La Audiencia consideró verosímil la declaración de Dña. Gabriela y por tanto que fue el empleado del banco quien rellenó el cuestionario.

No era creíble que el empleado del banco no conociera la enfermedad de D. Pascual cuando se daban las siguientes circunstancias:

1.- En la “Ficha Cliente” de D. Pascual que obraba en la entidad bancaria, figuraba como jubilado/pensionista. Hecho que era notorio dada la edad del mismo (32 ans) y que revelaba la existencia de algún problema de salud.

2.- Resultaba incuestionable, por ser la práctica usual bancaria, que antes de la concesión de un préstamo se interesara a D. Pascual documentación acreditativa de su situación económica. Este hecho evidenciaba que el mismo era perceptor de una pensión por incapacidad.

Donc, la Audiencia concluyó el cuestionario de salud fue rellenado sin haberse recabado del tomador la contestación a las preguntas. Aplicando la doctrina jurisprudencial expuesta, no podía apreciarse por parte de D. Pascual una infracción del deber de declaración del art. 10 LCS, aunque apareciera su firma al final del cuestionario.

La audiencia estimó el recurso y condenó a la aseguradora al pago de 30.000 euros, plus les intérêts de l'art. 20 LCS.

Conclusion

Si les contrats seguro de vida le questionnaire est rempli par l'employé de l'assureur sans poser de questions le preneur d'assurance, il n'y aura pas eu violation de l'obligation de déclarer et l'assureur doit indemniser.

 Consultez votre cas maintenant

Laisser un commentaire

Langue


Defini comme langue par défaut
 Modifier la traduction


Abonnez-vous pour recevoir un fichier PDF livre


Juste pour vous inscrire recevoir par e-mail le lien pour télécharger le livre "Comment changer d'avocat" sous forme numérique.
Inscrivez-vous ici

Sígueme en Twitter



M'abonner

* Ce champs est obligatoire