La Cour suprême condamne la banque à payer les frais de litige pour clauses abusives

hipoteca multidivisa

Si la demande des consommateurs sur les clauses abusives est estimée, le défendeur doit être condamné aux dépens

  Consultez votre cas gratuitement maintenant

Así se desprende del principio de efectividad del Derecho de la UE, que exige que los consumidores no se vean vinculados por las cláusulas abusivas y que se cumpla en efecto disuasorio del uso de estas sus contratos no negociados.

Si el consumidor que tiene que reclamar la nulidad de unas cláusulas abusivas, debe pagar « de su bolsillo » los gastos del proceso, il y aurait un effet dissuasif inverse: Dans de nombreux cas, les consommateurs seraient empêchés de déposer une plainte pour des montants modérés.

La Plénière de la Chambre civile de la Cour suprême a rendu une décision sur 17 Septembre 2009, avec aucune résolution 472/2020, l'estimation de l'appel par D. Ángel y Dña. Raimunda, déclarer sans effet la décision sur les frais de première instance, condamnant BANCO SANTANDER, S.A., au paiement des frais de procédure au plaignant.

Rappel des faits

La 17 Avril 2009, D. Ángel y Dña. Raimunda a signé un accord de prêt hypothécaire multidevises. Ils ont déposé une plainte contre BANCO SANTANDER, S.Un. (anciennement BANCO POPULAR ESPAÑOL, S.A.), la 27 Octobre 2016, demandant que la clause multi-devises soit déclarée abusive.

Primera Instancia

Le Tribunal de première instance n ° 89 Madrid a rendu son arrêt sur 7 Novembre 2017, rejetant la demande. Condenó a los demandantes al pago de las costas. Il a rejeté le fait qu'il s'agissait d'un dérivé financier complexe et qu'il y avait un manque de transparence.

Cour provinciale

D. Ángel y Dña. Raimunda a interjeté appel.

La 25e section du tribunal provincial de Madrid a statué sur 10 Septembre 2018, estimer l'appel.

Il a déclaré la nullité du prêt hypothécaire signé par D. Ángel y Dña. Raimunda le 17 Avril 2009 Concernant les clauses des clauses multi-devises, pour ne pas passer le contrôle de transparence. Il a condamné le Banco Popular Español, S.A., retourner les commissions aux plaignants, coûts et dépenses liés et appliqués à l'utilisation de la monnaie.

Quant aux côtes, compris qu'il y avait des doutes juridiques sur la réglementation applicable aux prêts hypothécaires en devises, par conséquent, il n'a pas expressément imposé les frais exposés dans l'un ou l'autre des deux cas.

Cour suprême

D. Ángel y Dña. Raimunda a interjeté appel.

Ils n'ont réclamé qu'une seule raison: arts d'infraction. 8 b) et c) et 83 LGCU et la jurisprudence de la Cour suprême établie dans la sentence de la Plénière No. 419/2017, de 4 Juillet, quant à derecho del consumidor a obtener una reparación completa de los daños causados bajo el principio de no vinculación del consumidor a las cláusulas abusivas según la jurisprudencia del TJUE.

Les appelants ont soutenu que la non-imposition de frais à la banque représentait une exception au principe de l'expiration objective de l'art. 394.1 LECivil. En devant payer les coûts du processus, le consommateur lui-même, il y avait un effet dissuasif inverse, enfreignant le principe d'effectivité du droit de l'Union et celle de non contraignant des consommateurs à des clauses abusives.

La chambre civile a évoqué la STS 419/2017, de 4 Juillet, parce qu'il appliquait le principe d'effectivité du droit de l'Union, et en particulier, de la Directiva 93/13/CEE. Il a estimé que, dans les litiges sur des clauses abusives, "(...) si le consommateur devait payer intégralement les frais découlant de sa défense et de sa représentation, La situation factuelle et juridique qui se serait produite si la clause abusive n'avait pas existé ne serait pas rétablie et, donc, le consommateur ne serait pas immunisé bien qu'il ait en sa faveur une règle de procédure nationale dont la règle générale l'exempterait de ces frais. En somme, il y aurait un effet dissuasif inverse, Les banques ne seraient pas découragées d'inclure des clauses abusives dans les prêts hypothécaires, plutôt, les consommateurs seraient découragés de poursuivre des poursuites pour des montants modérés. "

En fin de compte, la Sala concluyó que la regla general del vencimiento en materia de costas procesales favorecía la aplicación del principio de efectividad del Derecho de la Unión mientras que la excepción a la regla general supuso un obstáculo para la aplicación de ese mismo principio.

Dans ce cas,, la Sala consideró que la sentencia dictada por la Audiencia Provincial no respetó las exigencias establecidas en los arts. 6.1 et 7.1 de la Directiva 93/13/CEE y del principio de efectividad del Derecho de la UE, ni tampoco lo establecido en l'STJUE de 16 Juillet 2020, asuntos acumulados C-224/19 y C-259/19.

La Sala revocó la sentencia de la Audiencia Provincial en materia de costas, y sustituyó el pronunciamiento por la condena al BANCO SANTANDER, S.A., al pago de dichas costas procesales.

Conclusion

En materia de cláusulas abusivas, si se aplica la regla de la « no imposición » de las costas por existencia de serias dudas de hecho o de derecho, el consumidor tendría que pagar sus gastos derivados del litigio. No se restablecería completamente la situación de hecho y de derecho que se habría dado si no hubiera existido la cláusula abusiva y, donc, no quedaría indemne. Se produciría un efecto disuasorio inverso, pues se impediría a los consumidores que reclamasen.

  Consultez votre cas gratuitement maintenant

Laisser un commentaire

Langue


Defini comme langue par défaut
 Modifier la traduction


Abonnez-vous pour recevoir un fichier PDF livre


Juste pour vous inscrire recevoir par e-mail le lien pour télécharger le livre "Comment changer d'avocat" sous forme numérique.
Inscrivez-vous ici

Sígueme en Twitter



M'abonner

* Ce champs est obligatoire